email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

VENISE 2005 Semaine de la Critique

Premières oeuvres: courage et engagement personnel

par 

Premières oeuvres: courage et engagement personnel

En choisissant des premières oeuvres porteuses d'idées fortes, des oeuvres de débutants non pas improvisées, mais fruits d'un travail de préparation intense, cette année encore La Semaine Internationale de la Critique - qui aura lieu pendant le Festival de Venise du 1er au 9 septembre prochains - se concentre sur la découverte des nouvelles tendances et langages cinématographiques.
L'événement spécial sera la projection d'un documentaire français, Bełżec [+lire aussi :
critique
fiche film
]
de Guillaume Moscovitz.
Les premières oeuvres sélectionnées sont au nombre de sept. Trois d'entre elles sont européennes: le photographe irlandais Perry Ogden présentera son premier travail de réalisateur, le docufiction Pavee Lackeen [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
(La fille Pavee), histoire de Winnie, petite fille "Pavee", enfant de la communauté des "Travellers" irlandais qui vivent dans des roulottes en marge de villes et du système. Le film français du réalisateur / acteur Eric Caravaca, Le passager [+lire aussi :
critique
bande-annonce
fiche film
]
, décrit un voyage dans les zones les plus sombres de l'adolescence — un drame d'une sensibilité rare. Le film italien Mater natura de Massimo Andrei raconte les mésaventure d'un très beau transsexuel napolitain, Desiderio —un film atypique et excentrique.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)
series serie

Les autres film sont des productions non-européennes. Así (Comme ça), de Jesús-Mario Lozano (Mexique), repose sur une structure narrative étonnante, avec des séquences qui durent uniquement 32 secondes; Brick (La chose), de Rian Johnson (USA), est un film sur l'adolescence qui utilise les mécanismes du noir; Kuihua duoduo (Les tournesols), de Wang Baomin (Chine), montre un chanteur folk chinois qui raconte l'histoire d'un jeune détenu après sa sortie de prison; Yadasht Bar Zamin (Traces sur la Terre) de Ali Mohammad Ghasemi (Iran), est une oeuvre hypnotique et visionnaire qui exprime la folle réalité du fanatisme religieux contemporain.

"La sélection de cette année nous semble en accord avec les peurs et les incertitudes de notre temps", explique Francesco Di Pace, délégué de la Commission de sélection. "Les sept films sélectionnés reflètent une tension et une violence existentielle aux accents politiques. Les thèmes varient, de la simple actualité à la guerre et la terreur. Il s'agit d'un cinéma souvent personnel, courageux. En ce sens, même l'Evénement Spécial de la Semaine de la Critique, le très beau documentaire sur la Shoah, Bełżec, se situe dans les franges de la mémoire, reconstruisant l'horreur sur les débris invisibles des images refoulées".
Enfin, en collaboration avec les Journées des Auteurs et le Gan Assurances, le Festival rendra un hommage à Alberto Lattuada, en projettant Giacomo l’idealista, film Italien de 1943.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

(Traduit de l'italien)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.

Privacy Policy