email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

PRODUCTION / FINANCEMENT Allemagne / France / Turquie

Mehtap de Ali Soozandeh en vitrine à Strasbourg

par 

- Le projet de second long d’animation du cinéaste révélé à la Semaine de la Critique cannoise 2017 avec Téhéran Tabou brille parmi les pitchs du Forum Alentours

Mehtap de Ali Soozandeh en vitrine à Strasbourg
Une image promotionnelle de Mehtap

Parmi les 25 projets (lire la news et l’interview de la productrice Caroline Adrian) sélectionnés pour les pitchs du Forum Alentours - Rendez-vous de la coproduction rhénane qui démarre aujourd’hui pour trois jours à Strasbourg, se distingue notamment le titre d’animation Mehtap de l’Allemand d’origine iranienne Ali Soozandeh.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Très remarqué à la Semaine de la Critique du Festival de Cannes 2017 avec son premier opus Téhéran Tabou [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Ali Soozandeh
fiche film
]
, le réalisateur prépare maintenant Mehtap qui entend raconter l’horreur de la guerre du point de vue d’un chien errant. Le scénario est en effet centré sur le chiot Pegah qui doit lutter pour sa survie alors que la guerre s’abat sur un village niché dans les montages du Proche-Orient, À force de courage et de bravoure, mais aussi de chance, il rejoint le gang "Flaming Hearts", les seigneurs de la décharge. Sa rencontre avec Sia, le chien sauvage des rebelles, le comble de joie. Mais cela ne va pas durer. Il est rapidement envoyé dans un camp de chiens détecteurs de mines et de son flair va dépendre la survie de toute une unité...

Selon Ali Soozandeh, Mehtap "montre que la guerre n’affecte pas seulement les hommes, mais aussi les animaux et la nature. Cela me rappelle mon enfance en Iran, en proie à la guerre. J’y ai perdu des amis, des proches. J’ai assisté de mes propres yeux au changement de la société. Le conflit militaire joue un rôle important dans le film, mais l’histoire se focalise sur l’univers et le ressenti des protagonistes. La situation des femmes en zones de guerre est traitée à travers les yeux de Pegah, le chien errant. Elles sont victimes de la guerre, mais également d’oppression et du patriarcat. Le film d’animation est un format particulièrement adapté pour illustrer le point de vue inhabituel d’un chien errant. Il permet de donner un aspect universel à cette histoire de guerre par procuration, sans devoir préciser d’époque ni de lieu."

Le projet piloté par Felix Glück pour la société berlinoise ArtHood Films (structure sœur du distributeur international ArtHood Entertainment), envisage une entrée en fabrication en 2023. Les différentes étapes du workflow nécessaires à la réalisation d’un film d’animation prévoient un rôle important de la France, de l’Allemagne et de la Turquie, sans exclure de faire appel à d’autres pays comme la Belgique par exemple.

À noter que l’animation est à l’honneur pour cette édition du Forum Alentours - Rendez-vous de la coproduction rhénane puisque Icare de Carlo Vogele, coproduction ayant associé le Luxembourg, la Belgique et la France, fera l’objet aujourd’hui en fin d’après midi d’une session d’étude de cas suivie d’une projection en ouverture de l’événement professionnel strasbourgeois.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.

Privacy Policy