email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

TRIBECA 2022

Critique : My Love Affair With Marriage

par 

- La réalisatrice lettone Signe Baumane revient avec un nouveau long-métrage extrêmement drôle qui fusionne comédie musicale, science, animation et rebellion féminine

Critique : My Love Affair With Marriage

Après l'assez merveilleux Rocks in My Pockets [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Signe Baumane
fiche film
]
(2014), le nouveau film de Signe Baumane, My Love Affair With Marriage [+lire aussi :
bande-annonce
interview : Signe Baumane
fiche film
]
, qui a fait sa première mondiale à Tribeca dans le cadre de la compétition longs-métrages de fiction, rénoue avec le mélange d’insouciance facétieuse et d’introspection acérée qu'on en est venus à attendre de cette réalisatrice de films d'animation lettone. Quoique moins ouvertement autobiographique que certains de ses autres travaux, celui-ci reste tout de même une histoire profondément personnelle, car Baumane explore ici des idées sur l'identité féminine, et les nuances et complexités des relations humaines.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Zelma (à laquelle prête sa voix l’actrice polonaise Dagmara Dominczyk) grandit dans la Lettonie sous occupation soviétique avec l'idée que les hommes veulent des femmes qui se conforment à la notion, bien ancrée dans la société, d'une féminité discrète et soumise. Persuadée que l’amour sera la réponse à certains de ses problèmes, Zelma se met à se façonner de manière à devenir cette femme dont elle pense que c’est la femme qu'un homme voudra. Quand elle se retrouve finalement mariée à Sergei (Cameron Monaghan), elle découvre que l’amour n’est peut-être pas cette chose formidable dont tout le monde parle. Alors qu'elle se met à affirmer son identité de façons qu'elle n’aurait jamais pensé possibles avant, elle rencontre le cosmopolite et mystérieux Bo (Matthew Modine), mais l'arrivée dans sa vie de cette nouvelle personne signifie qu’elle doit de nouveau remettre en question tout ce qu'il y a eu avant.

Même si les spectateurs qui connaissent le travail de Baumane vont retrouver ici beaucoup d’éléments familiers, rassurants (de son style d’animation à sa manière candide d'explorer les relations humaines), avec My Love Affair With Marriage, elle va tout de même beaucoup plus loin, techniquement et créativement.

Les personnages en 2D, qui ont une allure légèrement "dessin animé" (ce sont tous des personnages caricaturaux, avec des grands yeux), évoluent dans des décors en 3D méticuleusement construits. Le contraste visuel sert bien le film, tandis qu'il enquête sur les fossés qui séparent identité, attentes et désirs. Baumane s'appuie aussi sur les aspects scientifiques de l’amour et de la construction de l’identité de genre, révélant avec espiéglerie les réactions chimiques et les fonctions du cerveau qui régulent nos sentiments quand on tombe amoureux (ou en désamour). Ces séquences, animées par Yajun Shi dans un style complètement différent de celui du reste du film, créent un autre effet de juxtaposition intéressant et ludique entre les moments plus terre à terre du film et ses joyeuses envolées de l'imagination.

Il ne s'agirait pas d'oublier de mentionner que le film est aussi une comédie musicale, et que l'histoire de Zelma est souvent racontée à travers des chansons accrocheuses composées par l’Italien Kristian Sensini, souvent chantées par un choeur grec de "sirènes" qui suivent Zelma tout au long de sa vie.

My Love Affair With Marriage est une enivrante concoction d’influences, d’idées et de styles différents, ce qui n'en fait pas une indémêlable zizanie, mais une œuvre joyeusement exubérante qui parvient à proposer un examen sérieux du comportement humain tout en restant à chaque instant formidablement divertissante. Beaucoup des thèmes traités (le genre, l’identité, la conformité) semblent par ailleurs incroyablement actuels.

Le film, dont la première mondiale a rapidement été suivie par une première européenne à Annecy, dans le cadre de compétition longs-métrages, est déjà en train de faire un tabac dans le circuit des festivals et va probablement devenir un chouchou des événements généralistes comme de ceux qui se spécialisent dans l’animation. Les noms de Modine (également producteur délégué du film), Dominczyk et Monaghan étant en outre connus du public (sans compter que les comédiens font tous ici un très bon travail dans leurs rôles respectifs), on peut prévoir que le film aura une belle carrière internationale, dans les salles et en VàD (surtout que le film a déjà plus de 1500 fans hérités de sa campagne Kickstarter).

My Love Affair With Marriage est une coproduction entre la Lettonie, les États-Unis et le Luxembourg qui a réuni les efforts de Studio Locomotive, Antevita Films et The Marriage Company LLC. Les ventes internationales du film sont gérées par New Europe Film Sales.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

(Traduit de l'anglais)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.

Privacy Policy