email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

CANNES 2022 Cannes Première

Critique : As bestas

par 

- CANNES 2022 : Dans le nouveau film de Rodrigo Sorogoyen, les hommes marquent leur territoire et terrassent d’autres humains, démontrant qu’ils sont capables de se muer en de véritables bêtes féroces

Critique : As bestas
Denis Ménochet (à gauche) dans As bestas

S'il y a un mot qui définit le cinéma (et les séries – on vous conseille la magnifique Antidisturbios [+lire aussi :
critique
interview : Rodrigo Sorogoyen
fiche série
]
) de Rodrigo Sorogoyen, c’est bien "tension". De cette sensation angoissante, qui vous serre le ventre jusqu’à vous mettre mal à l’aise, on en trouvait à revendre dans Madre [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Rodrigo Sorogoyen
fiche film
]
, El reino [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Rodrigo Sorogoyen
interview : Rodrigo Sorogoyen, Isabel …
fiche film
]
et Que Dios nos perdone [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Rodrigo Sorogoyen
fiche film
]
, et la même chose vaut bien sûr pour As bestas [+lire aussi :
bande-annonce
interview : Rodrigo Sorogoyen et Isabe…
fiche film
]
, un film qui vient de valoir au cinéaste madrilène sa première invitation au Festival de Cannes, où il a été sélectionné dans la section Cannes Première.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

As bestas, qui se situe en Galice (une région d’une beauté intense, qui doit composer avec un fort enracinement de traditions cuisinées à feu doux pendant des siècles d'une part, et d'autre part avec le devenir inquiétant des temps nouveaux et les assauts du capitalisme, parfois déguisé en écologie), établit un parallèle, à la fois beau et brutal, entre la célèbre fête de la tonte des bêtes (dont l’iconographie sert d’ouverture au film) et un des moments les plus dramatiques de son intrigue.

Le conflit au cœur du long-métrage (inspiré de faits réels) se perçoit dès la présentation des personnages, semi-cachés dans la pénombre d’un bar rural, où les locaux jouent aux dominos tandis qu’un étranger écoute ce qu’ils racontent. Bien qu’ils se partagent le territoire, ils sont séparés par des habitudes, des principes, leur langue, leurs projets de vie et, surtout, un manque brutal de compréhension.

Cette absence de compréhension va aller crescendo au fil du film qui, comme une cocotte minute, imprègne d’incertitude le devenir d’un couple français installé dans les montagnes du nord-est espagnol. Sorogoyen et Isabel Peña, sa fidèle co-scénariste, dosent très bien, tout du long, les discordes de voisins entre protagonistes et antagonistes jusqu’à ce qu'éclate ce qu’on sent instinctivement dès la première minute (et l'attente s'avère particulièrement angoissante).

As bestas, divisé en deux temps, ne fait pas que perturber : ce film émeut aussi profondément. Derrière sa texture de film violent (impossible de ne pas songer à des films comme Backwoods [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
, Les Chiens de paille ou Délivrance, pour ne citer que quelques titres appartenant au sous genre "ici, vous n’êtes pas les bienvenus") palpite une bouleversante histoire d’amour : un idéalisme partagé capable de surmonter peur, tragédie et menace.

Avant de conclure cette critique, il convient de souligner le bon travail du réalisateur pour ce qui est de doser le suspense, la présence de certains dialogues particulièrement inspirés (la discussion entre mère et fille dans la cuisine) et les belles interprétations des comédiens, les Français comme les Galiciens : Marina Foïs, Denis Ménochet, Marie Colomb, Luis Zahera et la grande découverte du film, Diego Anido, dont il y a gros à parier qu'il sera le prochain gagnant du Goya du meilleur acteur révélation (ou du meilleur second rôle ?).

As bestas a été produit par les sociétés espagnoles Arcadia Motion Pictures, Caballo Films et Cronos Entertainment, en association avec la française Le Pacte. Les ventes internationales du film sont assurées par Latido Films.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

(Traduit de l'espagnol)


Galerie de photo 27/05/2022 : Cannes 2022 - As bestas

24 photos disponibles ici. Faire glisser vers la gauche ou la droite pour toutes les voir.

Rodrigo Sorogoyen, Marina Foïs, Denis Ménochet, Marie Colomb
© 2022 Fabrizio de Gennaro for Cineuropa - fadege.it, @fadege.it

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.

Privacy Policy