email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

SOLEURE 2022

Critique : L’art du silence

par 

- Le deuxième long-métrage de Maurizius Staerkle Drux pose un regard neuf sur la vie et l’art du célèbre mime Marcel Marceau

Critique : L’art du silence

L’Art du silence [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
du Suisse Maurizius Staerkle Drux, présenteé en première mondiale aux Journées de Soleure 2022, où il est en lice pour le Prix de Soleure, est le premier documentaire jamais consacré au légendaire mime français Marcel Marceau, qui a inspiré des générations entières d’artistes, du célèbre clown suisse Dimitri, qui a fait partie de sa compagnie, à David Bowie et Kate Bush, dont le mentor Lindsay Kemp a étudié la danse et le mime justement avec Marceau.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

À bien y réfléchir, L’Art du silence n’est pas qu'un portrait de Marcel Marceau, mais aussi et peut-être surtout une étude sur l'art même du mime, sur les raisons de son existence. Ce qui est sûr, c’est que le film est né d’une expérience personnelle, celle du réalisateur, fils de Christoph Staerkle, mime suisse sourd de renom. C’est en partant de cette situation de surdité, ou mieux de l’absence de mots qui distingue l'art enseigné et représenté par le Marceau, que ce film est né. C’est de la nécessité de libérer le langage des mots, et de rendre aux gestes toute leur charge expressive que le film procède. Le célèbrissime mime français devient alors l’incarnation même d’un art qui a ses racines dans le besoin d’échapper au tragique de la réalité pour retrouver la raison même du vivre ensemble.

Au-delà de la fascination que les mimiques et les gestes de Marceau ont suscité et continuent de susciter se cache en fait, comme le dévoile le film, une vie et surtout une enfance marquée par des blessures profondes, impossibles à effacer. Au lieu de transformer sa rage en amertume, celui qui s'appelait alors encore Marcel Mangel est parvenu à la sublimer, à l’emprisonner dans un silence qui exprime ce que les mots ne peuvent plus dire. L’Art du silence met l’accent sur l’universalité d’un art qui transcende les cultures et abat les frontières linguistiques.

À travers des images d’archives et des témoignages de Marceau lui-même, mais aussi des témoignages inédits de membres de sa famille (sa femme Anne Sicco, ses filles Aurélia et Camille Marceau et son petit-fils Louis Chevalier), le film pose un regard neuf sur les motivations qui ont amené Marcel Mangel à devenir le fameux mime Marcel Marceau. Dans cette transformation, un traumatisme a sans doute eu un rôle central : celui de la déportation et de la mort de son père dans le tristement célèbre camp de concentration d'Auschwitz. C’est précisément la violence de l'affreux événement, ainsi que l’obscurité qui envahit alors le monde dans son ensemble et la perte d’empathie en résultant, qui a longtemps tout recouvert, qui a amené Mangel à intégrer la Résistance française et à sauver des quantités d'enfants juifs d’un tragique destin en les aidant à passer la frontière avec la Suisse. Selon ses filles, c’est de ce pacifisme, de cette résistance silencieuse, qu'est né le mime le plus connu du monde.

Ce portrait jailli du passé est complété par la représentation théâtrale que la famille de Marceau est en train de monter en son honneur, et que le réalisateur observe en conservant une nécessaire distance. Sorte de trait d’union entre des générations différentes, mais également habitées par la tolérance et l'anticonformisme, le neveu de Marceau, Louis, nous parle sans pudeur de sa conception de la masculinité, enfin libre des diktats du binarisme de genre. Comme son grand-père, Louis cherche dans l’art, en l'espèce dans la danse, les mots qui échappent au langage. Comme lui, il creuse au plus profond de lui-même pour évoquer ce que le monde veut, par peur, garder caché. Louis, mais aussi Maurizius, chacun à travers son art de prédilection, poursuivent une tradition qui a encore beaucoup à offrir.

L'Art du silence a été produit par la société suisse Beauvoir Films (qui en détient aussi les droits pour le monde) avec la société allemande Lichtblick Film und Fernsehproduktion ainsi que ZDF/ARTE, SFR Schweizer Radio und Fernsehen et la RTS Radio Télévision Suisse.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

(Traduit de l'italien)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.

Privacy Policy