email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

FIPADOC 2022

Le FIPADOC retrouve Biarritz en janvier

par 

- Le festival biarrot reprend son tempo habituel en présentiel du 17 au 23 janvier 2022 avec plus de 200 œuvres documentaires en vitrine, un Focus Benelux et ses Journées Professionnelles

Le FIPADOC retrouve Biarritz en janvier
Babi Yar. Context de Sergueï Loznitsa

Après une édition 2021 organisée en deux temps pour slalomer entre les contraintes sanitaires (en ligne d’abord, puis en physique en juin dernier), retour en présentiel à ses dates habituelles à Biarritz pour le FIPADOC dont la 4e édition se déroulera du 17 au 23 janvier 2022 avec plus de 200 œuvres documentaires au programme.

En compétition internationale, 11 titres (tous inédits en France) seront départagés par un jury incluant la réalisatrice américano-israélienne Rachel Leah Jones, son homologue français Stan Neumann et la Néerlandaise Adriek van Nieuwenhuyzen (responsable du volet Industrie de l’IDFA). Neuf longs en lice sont des (co)productions européennes : Babi Yar. Context [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Sergei Loznitsa
fiche film
]
de l’Ukrainien Sergueï Loznitsa, President [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Camilla Nielsson
fiche film
]
de la Danoise Camilla Nielsson, The Lost Leonardo [+lire aussi :
bande-annonce
interview : Andreas Koefoed
fiche film
]
de son compatriote Andreas Koefoed, Burning Memories [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
de la Suisse Alice Schmid, The Balcony Movie [+lire aussi :
critique
interview : Paweł Łoziński
fiche film
]
du Polonais Pawel Lozínski, All-In [+lire aussi :
critique
bande-annonce
fiche film
]
du Belgo-turc Volkan Üce, Mille Feux [+lire aussi :
critique
bande-annonce
fiche film
]
du Britannico-palestinien Saeed Taji Farouky, le titre franco-belgo-gabonais Sur le fil du zénith (On Zenith’s Edge) de Natyvel Pontalier, Le Dernier Refuge [+lire aussi :
critique
bande-annonce
fiche film
]
de Ousmane Zoromé Samassékou (Mali/France/Afrique du Sud) et Blue Box [+lire aussi :
critique
fiche film
]
de Michal Weits (Israël/Canada/Belgique).

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

14 films participeront à la compétition nationale dont les longs métrages Ordalies, le tribunal de l’invisible [+lire aussi :
critique
fiche film
]
 de Hadrien La Vapeur et Corto Vaclav, Les échappées (Escape) de Katia Jarjoura, Marie-José vous attend à 16h de Camille Ponsin, Pénélope mon amour [+lire aussi :
critique
interview : Claire Doyon
fiche film
]
de Claire Doyon, Jacques Tati, tombé de la lune (The Rise and Fall of Jacques Tati) de Jean-Baptiste Péretié, Des idées de génie ? de Brice Gravelle, L’homme qui peint des gouttes d’eau de Oan Kim et Brigitte Bouillot, La ferme à Gégé (Gégé, a Farm Story) de Florent Verdet, Le procès – Prague 1952 (The Trial – Prague 1952) de Ruth Zylberman et Le siècle des couturières (The Century of Seamstresses) de Philippe Picard et Jérôme Lambert.

Plusieurs autres compétitions sont au menu. Au rayon Documentaires musicaux (un genre qui se vend bien à l’international actuellement) se distinguent notamment la production française Boom Town de Sébastien Koegler, le titre hollandais Crazy Days (Crazy Days – Or Making an Opera in Pandemic Times) de Sanne Rovers, les films belges Misha de Paul de Roo et En mis zapatos de Pedro Morato ou encore le long portugo-francais Paraíso [+lire aussi :
critique
fiche film
]
du Brésilien Sérgio Tréfaut.

Parmi les 10 titres de compétition Impact pointent entre autres Aya [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Simon Coulibaly Gillard
fiche film
]
de Simon Coulibaly Gillard (découvert au programme de l’ACID à Cannes), la production française Chine : le drame ouïghour (China: The Uyghur Drama) de François Reinhardt, Le pouvoir du règne (Name of the Game) du Norvégien Håvard Bustnes, Comment tuer un nuage [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Tuija Halttunen
fiche film
]
de la Finlandaise Tuija Halttunen, Land de l’Allemand Timo Großpietsch, et la production néerlandaise Shadow Game du duo Eefje Blankevoort - Els van Driel.

Figure aussi au menu une section Histoires d’Europe incluant le film d’animation My Favorite War [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Ilze Burkovska Jacobsen
fiche film
]
de la Lettone Ilze Burkovska Jacobsen, Before They Meet [+lire aussi :
critique
fiche film
]
de Vytautas Puidokas, les film espagnols Gemma a un plan (Gemma Has a Plan) de Arantza Diez et Altsasu (That Night) de Marc Parramon Bori et Amets Arzallus Antia, Children of the Enemy [+lire aussi :
critique
bande-annonce
fiche film
]
du Chilien-suédois Gorki Glaser-Müller, la production allemande Courage [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Aliaksei Paluyan et Jörn M…
fiche film
]
de Aliaksei Paluyan, le titre suisso-serbe Dida [+lire aussi :
critique
bande-annonce
fiche film
]
de Nikola Ilić et Corina Schwingruber Ilić, la production belgo-franco-irlandaise Game of Truth de Fabienne Lips-Dumas, et Reconciliation [+lire aussi :
critique
fiche film
]
de la Slovène Marija Zidar.

Au très riche programme pointent également un Panorama de 11 titres de la création francophone 2021, les compétition Smart (VR, réalité augmentée, web séries, etc.), courts métrages et Jeune création, un Focus Benelux (avec la documentariste Heddy Honigmann en invité d’honneur), une Carte blanche pour le 30e anniversaire d’Arte, la nouvelle section Le goût du doc (gastronomie, alimentation, mieux-manger), une sélection de films à découvrir en famille, et au rayon grandes avant-premières le multiprimé Flee [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Jonas Poher Rasmussen
fiche film
]
du Danois Jonas Poher Rasmussen et Deneuve, la reine Catherine de la Française Virginie Linhart.

Enfin, les Journées professionnelles proposeront un vaste éventail de conférences (notamment les sujets "le genre documentaire est-il soluble dans la série ? " et "l’avenir du documentaire de création") et de présentations thématiques (entre autres celle de la nouvelle chaîne Canal+ Docs), des ateliers, et quatre sessions de pitchs (dont un dédié à 23 projets Internationaux).

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.

Privacy Policy