email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

INDUSTRIE / MARCHÉ Maroc / Europe

Les derniers jours de R.M. parmi les primés des Ateliers de l’Atlas

par 

- Amin Sidi-­Boumédiène est récompensé avec Laïla Marrakchi, Lemohang Jeremiah Mosese et Youssef Michraf au rayon développement, Asmae El Moudir et Erige Sehiri côté post-production

Les derniers jours de R.M. parmi les primés des Ateliers de l’Atlas
Le réalisateur Amin Sidi-­Boumédiène, primé pour son projet Les derniers jours de R.M.

Organisé en ligne du 22 au 25 novembre dans le cadre du Festival International du Film de Marrakech, la 4e édition des Ateliers de l’Atlas a réuni 300 professionnels internationaux autour d’une sélection de 15 projets en développement et de 9 films en tournage ou postproduction.

Le jury des prix Atlas au développement (composé de Steven Markovitz, Janja Kralj et Sata Cissokho) a distingué trois projets, notamment la production française (pilotée par Louise Bellicaud et Claire Charles-Gervais pour In Vivo Films) Les derniers jours de R.M. de l’Algérien Amin Sidi-­Boumédiène, très remarqué à la Semaine de la Critique cannoise 2019 avec son premier long Abou Leila [+lire aussi :
critique
bande-annonce
fiche film
]
. Le scénario des Derniers jours de R.M. (qui participera en décembre au Village des Coproductions des Arcs Film Festival - lire la news) est centré sur R.M., un écrivain algérien d'une cinquantaine d'années, menacé de mort dans l'Algérie des années 90. Il décide, par peur, de s'exiler en France en banlieue parisienne. Loin de sa femme et de son fils, il y ressent l'angoisse persistante de la vie d'homme traqué qu'il a vécue en Algérie et une mélancolie sourde…

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

A noter que le prix le mieux doté est allé à la production sud-africaine The Chattering of Teeth de Lemohang Jeremiah Mosese (primé notamment au Festival de Sundance 2020 avec This Is Not a Burial, It’s a Resurrection [+lire aussi :
critique
bande-annonce
fiche film
]
) et que le jury a également distingué le projet marocain La más dulce ­de Laïla Marrakchi (révélée à Cannes, à Un Certain Regard, en 2005 avec Marock [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
).

Le Prix Arte Kino International est allé pour sa part à Sweet Disposition du Marocain Youssef Michraf. Piloté par Jean-­Christophe Reymond et Camille Marquet pour la société parisienne Kazak Productions, ce projet de premier long est centré sur Amine et ses amis qui ne peuvent plus retourner au lycée sauf s'ils se présentent avec leurs pères. Amine a profondément honte du sien. Il cherche alors dans la rue, un homme, la cinquantaine, qui voudrait bien prétendre être son père, et se présenter avec lui au bureau du conseiller principal d'éducation.

Le jury des prix Atlas à la postproduction (composé de Nuha El Tayeb, Sido Mohamed Lansari et Karel Och) a récompensé deux films coproduits par l’Europe : le documentaire La mère de tous les mensonges (The Mother of Lies) ­de la Marocaine Asmae El Moudir (coproduit par les Allemands de Soilfilms) et Sous les figues [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Erige Sehiri
fiche film
]
 de la Tunisienne Erige Sehiri (coproduit par Palmyre Badinier pour la société suisse Akka Films et par Didar Domehri pour la structure française Maneki Films, et vendu à l’international par Luxbox). Ce premier long de fiction est centré sur de jeunes saisonnières agricoles pour qui les longues journées de travail aux champs sont un moyen d’aider leurs familles, d'être ensemble et d'échapper à la monotonie de leur vie de campagne. Elles trouvent toujours un moyen de s'amuser, parfois au détriment des autres notamment au travailleurs et travailleuses plus âgées. Le verger de figuier devient alors un véritable théâtre d'émotions, où se jouent les relations au travail, à l'amour, l’amitié et à la terre…

Pour mémoire, en quatre éditions, les Ateliers de l’Atlas (dirigés par Rémi Bonhomme) ont accompagné 88 projets et films dont Burning Casablanca [+lire aussi :
critique
bande-annonce
fiche film
]
d’Ismaël El Iraki, Plumes [+lire aussi :
critique
bande-annonce
fiche film
]
d’Omar El Zohairy ou encore La femme du fossoyeur [+lire aussi :
critique
bande-annonce
fiche film
]
de Khadar Ahmed.

Le palmarès :

Prix Atlas à la postproduction (20 000 euros)
La mère de tous les mensonges (The Mother of Lies) ­‐ Asmae El Moudir
Produit par Insight Films (Maroc)
Coproduit par Soilfilms (Allemagne) et Aljazeera Documentary (Qatar)

Prix Atlas à la postproduction (10 000 euros)
Sous les figues [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Erige Sehiri
fiche film
]
 ‐ Erige Sehiri
Produit par Henia Production (Tunisie)
Coproduit par Akka Films (Suisse) et Maneki Films (France)

Prix Atlas au Développement (10 000 euros)
The Chattering of Teeth ­‐ Lemohang Jeremiah Mosese
Produit par Urucu (Afrique du Sud)

Prix Atlas au Développement (5 000 euros)
Les derniers jours de R.M. -­ Amin Sidi-­Boumédiène
Produit par In Vivo Films (France)

Prix Atlas au Développement (5 000 euros)
La más dulce ­‐ Laïla Marrakchi
Produit par Cinestésia (Maroc)

Prix ArteKino International (6 000 euros)
Sweet Disposition ‐ Youssef Michraf
Produit par Kazak Productions (France)

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.

Lire aussi

Privacy Policy