email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

SAN SEBASTIÁN 2021 Compétition

Critique : Enquête sur un Scandale d’Etat

par 

- Dans son passionnant style anti-spectaculaire, Thierry de Peretti s’immerge dans les zones grises de la lutte anti-drogue, dans le sillage d’un infiltré et d’un journaliste d’investigation

Critique : Enquête sur un Scandale d’Etat
Roschdy Zem dans Enquête sur un Scandale d’Etat

"J’ai vu de quelle manière il compromet et trahit les gens qui travaillent pour lui : il a baisé tout le monde ! Il a fait de l'Office le plus grand trafiquant de drogue du pays." Nous sommes en 2015, dans un bar parisien où se rencontrent pour la première fois un infiltré français basé à Marbella ("je ne suis ni flic, ni voyou") et un journaliste du quotidien Libération. L’Office central pour la répression du trafic illicite des stupéfiants (l’OCRTIS) est pointé du doigt après une saisie par les Douanes de 7 tonnes de résine de cannabis trouvées dans une camionnette garée dans une rue de la capitale. La procureure découvre en effet que l’objet du délit était soit-disant surveillé par l’Office et que le très gros trafiquant destinataire de la marchandise est un indicateur du patron de l’Office, ce dernier prétendant que ce laissez-faire s’insère dans une stratégie beaucoup plus large pour faire tomber les réseaux de narco-trafiquants. Mais à en croire son propre infiltré en Andalousie, c’est très loin d’être la vérité. Qui ment ? Qui est intouchable ? Quels sont les risques des révélations ? Jusqu’à quel niveau politique ferme-t-on éventuellement les yeux en échange de quelques résultats ? C’est dans ces eaux extrêmement troubles que plonge en profondeur Thierry de Peretti avec Enquête sur un Scandale d’Etat [+lire aussi :
bande-annonce
interview : Thierry de Peretti
fiche film
]
, dévoilé en compétition au 69e Festival de San Sebastián.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Après Une vie violente [+lire aussi :
critique
bande-annonce
fiche film
]
(apprécié à la Semaine de la Critique 2017), le cinéaste poursuit son passionnant travail de restitution de la complexité du réel à travers un style de fiction cinématographique très immersif et hyper-documenté. Comme Stéphane (Pio Marmaï), le journaliste enquêteur du film, le spectateur doit capter, décoder et évaluer des informations parcellaires, démêler le vrai du faux, tenter de reconstituer une toile d’araignée fréquentée par des professionnels de la pénombre et des jeux dangereux à double-face, à l’image de l’infiltré Hubert Antoine (Roschdy Zem) et du patron de l’Office, Jacques Billiard (Vincent Lindon). Cet écheveau aux racines impliquant aussi les controversés commandos clandestins espagnols du GAL, voire les réseaux de la Françafrique, révèle une porosité systémique avec la délinquance qui pose question sur l’État de droit. "Complicité ? Complaisance ? Incompétence ?" Des ramifications décortiquées au fur et à mesure que se développent les relations, presque jusqu’à une forme d’amitié, entre Stéphane et Hubert. Mais il n’est pas si facile de s’attaquer frontalement à la façade irréprochable de l’État…

Scoop et pistes, ambiguïté permanente de la source, atmosphère menaçante, conférences de rédaction où l’on pèse soigneusement le pour et le contre sans craindre de foncer quand il le faut : Thierry de Peretti (qui a librement adapté avec Jeanne Aptekman le livre L’infiltré de Hubert Avoine et Emmanuel Fansten) analyse par petite touches précises ou suggestives un sujet très vaste et tout un système. Très solidement interprété (mention spéciale aussi aux seconds rôles Julie Moulier et Alexis Manenti) et intensifié par son format carré 1.33 et l’âpre photographie signée Claire Mathon, le film déconcertera peut-être les adeptes des histoires simples et des intrigues remuantes à la French Connection, mais il comblera les amateurs de puzzle narco-policiers et de grenades politico-journalistiques dégoupillées.

Produit par Les Films Velvet et coproduit par Arte France Cinéma, Les Productions du Ch’timi, Rectangle Productions et Srab Films, Enquête sur un Scandale d’Etat est vendu par Wild Bunch International.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.

Privacy Policy