email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

SAN SEBASTIAN 2021 New Directors

Critique : Inventory

par 

- Dans le premier long-métrage de Darko Sinko, le héros entreprend de faire un inventaire de sa vie personnelle pour comprendre un attaque par balles dirigée contre lui

Critique : Inventory
Radoš Bolčina dans Inventory

Pourquoi quelqu’un se ferait-il tirer dessus sans aucune raison apparente ? Dans Inventory [+lire aussi :
bande-annonce
interview : Darko Sinko
fiche film
]
, le premier long-métrage de fiction du réalisateur slovène Darko Sinko (qui s'est fait un nom avec les moyens-métrages documentaires This Is Where I Live en 2011, Revolt en 2013 et Little Houses en 2015), ce mystère est le déclencheur d’une série d’événements. Inventory vient de faire sa première dans la section compétitive New Directors du Festival de San Sebastian.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Vraiment, il n'y a aucune raison pour que Boris Robič (Radoš Bolčina), un homme d'âge moyen qui travaille comme assistant technique dans une université, se fasse tirer dessus de loin, alors qu’il est en train de se détendre chez lui après une dure journée de travail. C'est un homme remarquablement ordinaire, qui vit dans un appartement ordinaire et qui a un emploi ordinaire. Son mariage avec Alenka (Mirel Knez) est respectueux, mais pas franchement passionné. Leur fils Mitja (Žan Koprivnik) a quitté le nid pour fonder sa propre famille. Boris a peu d'amis proches et aucun ennemi connu. Il ne cultive pas de vieilles rancunes et ne se souvient même pas d’avoir croisé qui que ce soit dans sa vie.

Ces faits rendent l’enquête sur l’affaire, menée par l'inspecteur de police aguerri Andrej (Dejan Spasić, aperçu dans Slovenian Girl [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
et Nightlife [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Damjan Kozole
fiche film
]
de Damjan Kozole, ainsi que Consequences [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Darko Štante
fiche film
]
de Darko Štante), plutôt difficile : après n'avoir trouvé aucun indice, il attribue l'affaire au hasard. Boris ne se sent toutefois pas en sécurité et sent le besoin impérieux d’aller au fond des choses. D’abord, personne dans son cercle d’amis ni dans sa famille ne le croit quand il dit qu’on lui a tiré dessus sans raison. Deuxièmement, il veut comprendre toute cette histoire. Il se met ainsi à scruter les événements lui-même.

Son enquête amateur ressemble à vrai dire à quelque chose qui se rapprocherait d’un inventaire de sa vie : il ré-examine ses relations et ses amitiés, et se met à trouver d'étranges coïncidences. Il se souvient d’une assurance-vie à son nom qu'il avait complètement oubliée, qui fait de sa femme et de son fils (qui a des vues sur son appartement) des suspects valides. D'un autre côté, un autre homme portant le même nom, un jeune entrepreneur qui a une liaison, pourrait bien être la véritable cible de l'attaque…

La prémisse du film ferait un formidable court-métrage, mais dans un format long, l'histoire est trop délayée. Cependant, le film de Sinko ne parle pas tant de l’enquête que de son inventaire personnel métaphorique et de la recherche d'un sens à donner à des coïncidences parfois déplaisantes voire même dangereuses. Le choix de Radoš Bolčina pour le rôle de Boris est parfait : Bolčina, qui est avant tout un comédien de théâtre, parvient très bien à souligner les aspects les plus remarquables de la condition parfaitement ordinaire du personnage, mais sans sur-jouer. Il porte ainsi tout le film et dans les moments où il joue face à d’autres acteurs, avec des sensibilités et des parcours différents, son interprétation, fluide, dégage une impression d'aise remarquable.

Au-delà de son talent dans son travail avec les acteurs, Sinko démontre aussi qu'il a un vrai sens de l’esthétique : il use principalement de plans fixes avec une certaine symétrie, de manière à souligner le côté "carré" de Boris, et peint l'ensemble (aidé par son directeur de la photographie Marko Brdar) dans des tons avant tout froids, mais aussi clairs, c'est-à-dire des blancs et des gris clairs. Le design sonore conçu par Julij Zornik est intéressant ; en revanche, les changements de tons de la partitition composée par Matija Krečič accompagnent le film de manière parfois un peu trop littérale. La combinaison de tout cela fait d'Inventory un premier long-métrage de fiction bien maîtrisé et stylé.

Inventory a été produit par la société slovène December.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

(Traduit de l'anglais)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.

Privacy Policy