email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

CANNES 2021

Critique : La Panthère des neiges

par 

- CANNES 2021 : Marie Amiguet signe un documentaire poétique qui suit la quête du photographe de la vie sauvage Vincent Munier et du romancier Sylvain Tesson pour trouver le léopard des neiges

Critique : La Panthère des neiges

Le premier long-métrage de Marie Amiguet, La Panthère des neiges, a été présenté cette année dans la section officielle spéciale Cinéma pour le climat du Festival de Cannes. Cette nouvelle section, conçue comme réponse à l'urgence climatique, reflète le stade critique de la situations actuelle, ainsi que l'engagement du festival à protéger l'environnement et à devenir plus "écolo".

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)
series serie

Dans son documentaire, Amiguet suit de près deux hommes en quête de la mystérieuse panthère des neiges, dans les hauteurs du plateau tibétain. Le premier de ces hommes est Vincent Munier, un des photographes animaliers les plus renommés du mnode ; le second est le romancier, géographe et aventurier Sylvain Tesson, auteur notamment du récit autobiographique Dans les forêts de Sibérie (2011).

La documentariste adopte ici une approche avant tout contemplative. Amiguet, très discrète, alterne entre des images sublimes de paysages fabuleux et des visions des créatures merveilleuses qui peuplent le Tibet. La juxtaposition est efficace et contribue à l'élaboration d'une expérience sensorielle intense. Le ciel sombre, la bruine, les rudes montagnes, la neige, les grottes à ours et la nature dans toute sa beauté (et sa cruauté) servent d'inspiration à des réflexions formulées par les deux hommes sur leur quête et, surtout, sur la relation compliquée entre l'Homme et l'environnement.

Pour accompagner cela et apporter à l'"esprit philosophique" du film, la bande originale composée par Warren Ellis, qui comprend aussi des morceaux de Nick Cave, laisse au spectateur un espace pour développer ses propres réflexions, ou tout simplement apprécier un moment de tranquillité tout en regardant des photographies ou des images en mouvement d'une beauté saisissante.

Quoique c'est Amiguet qui a eu ici la tâche délicate de manier ces images et d'insuffler son regard dans ce travail, il est important de souligner le fait que ce film est un travail réalisé à en trio, la réalisatrice ayant partagé les tâches d'écriture, de maniement de la caméra et d'enregistrement du son avec Tesson et Munier. Dans l'ensemble, l'équipe accomplit sa mission : dans la séquence finale, un moment de révélation très émouvant permet d'éclaircir les raisons pour lesquelles la quête de la panthère des neiges n'est pas juste une nouvelle aventure comme tant d'autres, mais s'inscrit dans la quête suprême du trio : celle de la beauté. L'apparition de la panthère, une espèce rare et difficile à répérer parmi les cimes tibétaines, une créature impitoyable mais d'une incroyable élégance, sert puissamment de métaphore pour un monde en danger d'extinction qu'on pourrait bien n'avoir plus jamais l'occasion de voir dans quelques générations. La Panthère des neiges est un superbe cadeau pour les amoureux des documentaires d'observation, du "slow cinema" et de la nature sauvage.

Ce film a été produit par les sociétés françaises Paprika Films, Kobalann Production et Le Bureau. Ses ventes internationales sont gérées par l'enseigne parisienne The Bureau Sales.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

(Traduit de l'anglais)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.

Privacy Policy