email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

CANNES 2021 Un Certain Regard

Critique : Noche de fuego

par 

- CANNES 2021 : Tatiana Huezo se lance, confiante, dans la fiction avec un récit d’apprentissage souvent sordide sur une communauté rurale menacée par les cartels de la drogue

Critique : Noche de fuego
Marya Membreño dans Noche de fuego

Noche de fuego [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
s’ouvre sur une bande de trois préadolescentes qui creusent un trou dans les bois. L’une d’elles prononce les premiers mots du film et fait signe à son amie : "allez, entre". Sommes-nous dans l’univers endiablé d’un jeu d’enfants ou est-ce le signe avant-coureur de l’horreur ? C‘est la question que pose la célèbre réalisatrice mexicaine, Tatiana Huezo dans son premier long-métrage de fiction quelquefois brutal, une adaptation longuement préparée du célèbre roman de Jennifer Clement publié en 2014. Présenté en avant-première dans la section Un Certain Regard à Cannes, cette coproduction en partie allemande est une œuvre empreinte d’empathie, extrêmement sensible à la détresse de ses personnages féminins, contraints de faire face à l’extrême violence de leur région.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

C’est l’histoire d’une famille réduite, mais proche, qui s’entrecroise avec un monde social plus vaste aux liens communautaires tendus. Faisant un clin d’œil à la structure générale du roman (bien que le film soit une adaptation plutôt libre de son texte source), le personnage principal est Ana, interprétée par Ana Cristina Ordóñez González à 8 ans et Marya Membreño à 14. Cette dernière mène une vie intrépide dans une région montagneuse du nord du Mexique. Or cette région, proche de la frontière et marquée par des flambées de violence, est le théâtre du conflit armé d’un cartel de drogue mystérieux et terrifiant avec la police fédérale (ou Federales), dont le travail baigne dans la corruption. Le passage du film montrant la préadolescence d’Ana comporte un étrange volet, qui dépeint la construction d’une nouvelle route à l’aide d’explosifs. Les effets spéciaux utilisés pour cette séquence sont magnifiques et témoignent une fois encore de la difficulté pour une jeune fille vulnérable de grandir dans cette partie du pays.

D’après les révélations journalistiques en provenance du pays, le cartel s'engage également dans le trafic sexuel de jeunes filles, une dimension de son empire criminel. C’est également une tactique pour effrayer la population locale afin qu'elle accepte leur présence dans la communauté et s’y soumette. Bien que Huezo parvienne à capturer une grande partie de la vie quotidienne, cette question se développe dans l’axe principal du récit de Noche de fuego : la sécurité d'Ana et de ses deux amies proches Maria et Paula, face à ce terrible danger. Ana est élevée par sa mère, Rita (Marya Batalla), qui, dans l'une des scènes les plus symboliques du film, l'accompagne chez le coiffeur pour lui faire raser sa chevelure flottante et soyeuse. Les tuteurs légaux de ces enfants sont désespérés, et si leur donner une apparence androgyne réduit de quelque façon que ce soit une menace…

Dès lors que des spécialistes du documentaire se tournent vers la fiction, des vestiges de leur ancienne pratique du métier apparaissent : par exemple, des tournages de "cinéma vérité" et un travail en équipe restreinte. Noche de fuego, à l’inverse, est joliment filmé, mais jamais lisse. Huezo orchestre un grand nombre de variables (effets, chorégraphie de foule, travelling), ce qui requiert des compétences très différentes de celles de l’univers documentaire. Là où le film faiblit légèrement, c'est dans la clarté de la narration : dans l'un de ses documentaires, comme le puissant Tempestad, le sentiment que nous avons des enjeux de ses sujets est toujours palpable. Ici, les épreuves endurées par Ana et de ses amis se transforment en un jeu du chat et de la souris avec un ennemi qui devient de plus en plus flou au fur et à mesure que le film avance avec pour conséquence moins d’adhésion de notre part à ce qu'elle nous montre.

Noche de fuego est une coproduction entre le Mexique, l’Allemagne, le Brésil et le Qatar de Pimienta Films, Match Factory Productions, Desvia Produções, Bord Cadre Films, Louverture Films, Cactus Film & Video et Jaque Content. Les ventes internationales sont assurées par The Match Factory.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

(Traduit de l'anglais par Karine Breysse)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.

Privacy Policy