email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

CANNES 2021

Le tapis rouge cannois prépare son redécollage

par 

- À une semaine de la révélation de la Sélection Officielle du 74e Festival de Cannes, le point des pronostics sur les probables et les possibles prétendants à une place sur la Croisette

Le tapis rouge cannois prépare son redécollage
Les réalisateurs Nanni Moretti, Apichatpong Weerasethakul, Joachim Trier, Paul Verhoeven, Mia Hansen-Løve, Leos Carax, Joanna Hogg, Nadav Lapid et Claire Denis

C’est un nouveau drapeau estival dans un paysage mental affermi par la traversée de la pandémie que se prépare à hisser le Festival de Cannes avec la révélation, dans une semaine pile à Paris, de la Sélection Officielle de sa 74e édition (du 6 au 17 juillet 2021). Il y aura certes des passeports vaccinaux, des tests, des masques et des désinfections de salles sur la Croisette, des contraintes logistiques aujourd’hui quasi banalisées à l’échelle mondiale, mais les feux s’orientant au vert en France sur le front du virus, Cannes et ses disciples célèbreront dans la joie (néanmoins vigilante) des retrouvailles très attendues avec le meilleur du cinéma d’auteur international.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Conséquence des confinements et des longues séquences de fermeture des grands écrans : les aficionados du 7e art ont eu énormément de temps pour peaufiner leurs pronostics habituels sur la composition de la vitrine cannoise, mais le délégué général Thierry Frémaux a continué à engranger le maximum de provisions pour une édition qu’on espère artistiquement millésimée. En retardant nombre d’invitations, le sélectionneur cannois a rebattu les cartes, notamment pour les (multiples) films français postulants, et un jeu de dominos de dernière minute est à prévoir qui verra les sections parallèles cannoises tenter de récupérer les cinéastes que les propositions de l’Officielle feraient hésiter, avec tous les autres festivals (Locarno, Karlovy Vary, Venise, Toronto, San Sebastián) également en attente, à l’affût. Mais avant que ne soit dévoilé le visage exact de cette édition cannoise 2021, aventurons-nous à en dessiner les contours.

En compétition officielle sont déjà confirmés Annette [+lire aussi :
critique
bande-annonce
fiche film
]
du Français Leos Carax (qui ouvrira le festival – lire la news), Benedetta [+lire aussi :
critique
bande-annonce
fiche film
]
du Néerlandais Paul Verhoeven et The French Dispatch [+lire aussi :
critique
bande-annonce
fiche film
]
de l’Américain Wes Anderson. Au rayon des probables figurent Tre piani [+lire aussi :
critique
bande-annonce
fiche film
]
de l’Italien Nanni Moretti, Julie (en 12 chapitres) [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Joachim Trier
fiche film
]
 du Norvégien Joachim Trier, Petrov's Flu [+lire aussi :
critique
bande-annonce
fiche film
]
du Russe Kirill Serebrennikov, Baglilik Hasan du Turc Semih Kaplanoglu, Le genou d’Ahed [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Nadav Lapid
fiche film
]
 de l’Israélien Nadav Lapid, Un héros [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Asghar Farhadi
fiche film
]
de l’Iranien Asghar Farhadi, Memoria [+lire aussi :
critique
bande-annonce
fiche film
]
du Thaïlandais Apichatpong Weerasethakul, Decision to Leave du Sud-Coréen Park Chan-Wook (en dépit d’un timing de livraison pressenti comme très serré) et Drive My Car du Japonais Ryusuke Hamaguchi (dont la durée de près de 3h est néanmoins un peu problématique pour la programmation qui devra gérer des temps longs de nettoyage sanitaire des salles entre les séances), le tout sans oublier Lingui [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Mahamat-Saleh Haroun et Ac…
fiche film
]
du Tchadien Mahamat Saleh Haroun et Flag Day de l’Américain Sean Penn (en quête d’une rédemption cannoise après un dernier passage douloureux).

En outsiders pointent The Eternal Daughter de l’Anglaise Joanna Hogg (news), Les Intranquilles [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Joachim Lafosse
fiche film
]
du Belge Joachim Lafosse et Mona Lisa and The Blood Moon de l’Américaine Ana Lily Amirpour. Enfin, l’absence notable de candidat d’Amérique Latine pourrait éventuellement ouvrir la porte à Driftwood du Mexicain Michel Franco.

La confirmation des heureux élus français retenus dans la course à la Palme d’Or se jouant traditionnellement lors de la dernière soirée précédant l’annonce de la sélection, les dernières tendances pointent en favoris Les Olympiades [+lire aussi :
critique
bande-annonce
fiche film
]
de Jacques Audiard, Bergman Island [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Mia Hansen-Løve
fiche film
]
de Mia Hansen-Løve et De son vivant [+lire aussi :
critique
bande-annonce
fiche film
]
d’Emmanuelle Bercot. Seraient en ballotage Un autre monde [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Stéphane Brizé
fiche film
]
de Stéphane Brizé, Titane [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Julia Ducournau, Vincent L…
fiche film
]
de Julia Ducournau (qu’on murmure brillant, mais très trash) et Avec amour et acharnement (ex Feu) de Claire Denis (news).

Seraient bien partis pour rallier Un Certain Regard L’Infiltré [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Thierry de Peretti
fiche film
]
du Français Thierry de Peretti, A Chiara [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Jonas Carpignano
fiche film
]
de l’Italien Jonas Carpignano, Huda’s Salon [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
du Palestinien Hany Abu-Assad, Lamb [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Valdimar Jóhannsson
fiche film
]
de l’Islandais Valdimar Jóhannsson, Clara Sola [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Nathalie Álvarez Mesén
fiche film
]
de la Suédo-costaricaine Nathalie Álvarez Mesén, Ali & Ava [+lire aussi :
critique
bande-annonce
fiche film
]
de l’Anglaise Clio Barnard, Compartment No. 6 du Finlandais Juho Kuosmanen (news), un film polonais (Leave No Traces [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Jan P. Matuszyński
fiche film
]
de Jan P. Matuszyński ou Fools de Tomasz Wasilewski ?), The Great Freedom [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Sebastian Meise
fiche film
]
de l’Autrichien Sebastian Meise, le film d’animation La Traversée [+lire aussi :
critique
bande-annonce
fiche film
]
de la Française Florence Miailhe, Bonne mère [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Hafsia Herzi
fiche film
]
de sa compatriote Hafsia Herzi, Feathers [+lire aussi :
critique
bande-annonce
fiche film
]
 de l’Egyptien Omar El Zohairy, peut-être La Civil [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Teodora Ana Mihai
fiche film
]
de la roumano-belge Teodora Ana Mihai, voire Earwig [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Lucile Hadzihalilovic
fiche film
]
de Lucile Hadzihalilovic.

Difficile à ce stade de deviner la destination exacte du film d’animation Le Journal d’Anna Frank [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Ari Folman
fiche film
]
de l’Israélien Ari Folman et des trois films français Tromperie [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Arnaud Desplechin
fiche film
]
d’Arnaud Desplechin, Serre-moi fort [+lire aussi :
critique
bande-annonce
fiche film
]
de Mathieu Amalric et Viens, je t’emmène d’Alain Guiraudie (news) qui, si la compétition leur échappait, n’auraient que l’embarras du choix pour trouver un autre point de chute à Cannes ou ailleurs.

De la même manière, problématique des plateformes oblige (un compétiteur cannois doit obligatoirement être assuré d’une sortie salles en France enclenchant une chronologie contraignante et séquencée dans le temps sur les autres supports de diffusion encore relativement peu en phase avec les stratégies de lancements SvoD mondiaux des géants du streaming), The Power of the Dog [+lire aussi :
critique
fiche film
]
 de la Néo-Zélandaise Jane Campion et Blonde de l’Australien Andrew Dominik (tous deux sous la bannière Netflix) ainsi que The Tragedy of Macbeth de l’Américain Joel Coen (acheté par Apple TV) ne seront, sauf improbable coup de théâtre, pas en compétition. En revanche, il est très possible qu’un des deux premiers nommés arrive hors compétition en signe de bonne volonté de la part de Netflix qui est le plus avancé dans ses négociations pour s’insérer dans le cadre légal du financement de l’industrie cinématographique française.

En attendant le mystérieux "blockbuster planétaire" promis par Thierry Frémaux (sur lequel courent les rumeurs les plus folles, n’en rajoutons pas) devraient être aussi présentés hors compétition Stillwater de l’Américain Tom McCarthy et OSS 117 : Alerte rouge en Afrique noire [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
du Français Nicolas Bedos, voire Au bord du monde de l’Argentin Gaspar Noé (tourné et monté à la vitesse de l’éclair).

Pourraient également être de la partie, à Un Certain Regard ou à la Quinzaine des Réalisateurs, Journal de Tuôa [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Maureen Fazendeiro et Migu…
fiche film
]
des Portugais Miguel Gomes et Maureen Fazendeiro, Onoda [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Arthur Harari
fiche film
]
du Français Arthur Harari, Mi iubita, mon amour [+lire aussi :
critique
bande-annonce
fiche film
]
de sa compatriote Noémie Merlant, The Innocents [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Eskil Vogt
fiche film
]
du Norvégien Eskil Vogt, Reflection [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Valentyn Vasyanovych
fiche film
]
de l’Ukrainien Valentyn Vasyanovych, Women Do Cry [+lire aussi :
critique
interview : Mina Mileva, Vesela Kazakova
fiche film
]
des Bulgares Mina Mileva et Vesela Kazakova, Baby-sitter de la Canadienne Monia Chokri, Un monde [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Laura Wandel
fiche film
]
 de la Belge Laura Wandel et Moneyboys [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : C.B. Yi
fiche film
]
du Chinois C.B. Yi.

Les échos les plus insistants du côté de la Quinzaine des Réalisateurs évoquent Incroyable mais vrai du Français Quentin Dupieux (news), Ouistreham [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Emmanuel Carrère
fiche film
]
de son compatriote Emmanuel Carrère, Haut et Fort [+lire aussi :
critique
bande-annonce
fiche film
]
du franco-marocain Nabil Ayouch, Face à la mer [+lire aussi :
critique
bande-annonce
fiche film
]
du Libanais Ely Dagher, le titre en langue anglaise Nobody Has to Know [+lire aussi :
critique
interview : Bouli Lanners
fiche film
]
des Belges Bouli Lanners et Tim Mielants, le documentaire italien Futura [+lire aussi :
critique
bande-annonce
fiche film
]
d’Alice Rohwacher, Pietro Marcello et Francesco Munzi, La Colline où rugissent les lionnes [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Luana Bajrami
fiche film
]
 de la Française d’origine kosovare Luàna Bajrami, Murina de la Croate Antoneta Kusijanović, Speak No Evil du Danois Christian Tafdrup, Medusa de la Brésilienne Anita Rocha da Silveira, le film d’animation japonais Belle de Mamoru Hosoda et Red Rocket de l’Américain Sean Baker.

Parmi les titres les mieux placés pour la Semaine de la Critique se distingueraient Bruno Reidal [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Vincent Le Port
fiche film
]
du Français Vincent Le Port, Libertad [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Clara Roquet
fiche film
]
de l’Espagnole Clara Roquet, Piccolo corpo [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Laura Samani
fiche film
]
de l’Italienne Laura Samani, Robuste de la Française Clémence Meyer, Petite nature [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Samuel Theis
fiche film
]
de son compatriote Samuel Theis, La Femme du fossoyeur [+lire aussi :
critique
bande-annonce
fiche film
]
du Somalien Khadar Ayderus Ahmed, Une histoire d’amour et de désir de la Tunisienne Leyla Bouzid (news) et Amparo [+lire aussi :
critique
bande-annonce
fiche film
]
du Colombien Simón Mesa Soto.

A signaler au rayon des premiers longs dont les noms émergent également  sans destination encore clairement identifiable Les amours d’Anaïs [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Charline Bourgeois-Tacquet
fiche film
]
de Charline Bourgeois-Tacquet, Rien à foutre du Français Emmanuel Marre (news), la production majoritaire suisse Olga [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Elie Grappe
fiche film
]
d’Elie Grappe et Unclenching the Fists [+lire aussi :
critique
bande-annonce
fiche film
]
de la Russe Kira Kovalenko. Le tout sans oublier Oranges Sanguines [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Jean-Christophe Meurisse
fiche film
]
, le second long de Jean-Christophe Meurisse.

"Les jeux sont faits, rien ne va plus !" Désormais la roue tourne entre les mains des sélectionneurs d’une édition cannoise qui s’annonce, quoi qu’il arrive, mémorable. Verdict le 3 juin pour la Sélection Officielle, le 7 pour la Semaine de la Critique et pour le programme de l’ACID et le 8 pour la Quinzaine des Réalisateurs.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.

Privacy Policy