email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

HOT DOCS 2021

Critique : Dark Blossom

par 

- Rassemblez vos carcasses et préparez-vous pour un gros chagrin d’amour platonique : Frigge Fri présente un film d’apprentissage avec un look goth

Critique : Dark Blossom

"Célébrer la nuit en mangeant de la chair fraîche et en dansant autour d’un cercle d'ossements !" : c'est ce qui est préconisé dans Dark Blossom [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
de Frigge Fri, un titre étonnamment touchant qui donne terriblement envie de redevenir jeune et gothique. Regarder trois bons amis, Josephine, Cauchemar et Jay, s'amuser avec leurs maquillages, leurs perriques et leurs tatouages faits maison est un réjouissement en soi, et il faut dire que Fri tire ici merveilleusement profit de son expérience dans le clip musical. Elle semble adhérer pleinement à la théâtralité de son sujet et aux visuels démentiels qui vont avec, et les créations finales de ses personnages se retrouvent d'ailleurs fièrement exhibées sur les réseaux sociaux. Cela dit, au bout du compte, on a affaire ici à une histoire vieille comme le monde : celle d'un amour naissant qui met immédiatement en danger un lien amical qui semblait jusque-là indéfectible. Les enfants, répétez donc après Nicolas Cage, à l’époque où il a perdu une main dans un accident de trancheuse à pain : "L’amour ne rend pas les choses agréables. Il gâche tout".

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)
series serie

Et c’est probablement pour cela que Dark Blossom, au programme de Hot Docs après avoir remporté le Prix Politiken Danish:Dox à CPH:DOX, fait l'effet de ne pas exploiter assez le style "prends ça en pleine face" de ses sujets, ni d'en utiliser le côté choquant. Oui, ces jeunes aiment les animaux morts, mais qui n’aime pas ça ? Tout bien considéré, ils ne sont qu'une petite bande groupe de marginaux parmi tant d'autres, en l'espèce engoncés dans leur petite province danoise, qui rêvent de devenir dentistes et s'avèrent trop timides pour se plaindre à la serveuse du fast-food quand elle se trompe dans la commande.

C’est surtout un film sur l’enfance, à vrai dire, sur cette époque où avoir des amis est la seule valeur qui compte. Quand ils sont ensemble, ils sont heureux, ces trois mousquetaires avec un goût prononcé pour les snacks tout sauf diététiques. Maintenant qu’ils se sont trouvés et ne sont plus seuls, ils passent leurs journées à se déguiser, à se plaindre de leurs familles et à se tartiner de fond de teint. Ils sont proches, mais la séparation, un jour ou l'autre, semble inévitable : après tout, grandir signifie changer. Et quand passer du temps avec son nouveau petit ami devient la priorité pour Jose, visiblement très amoureuse, ce qui suit, comme c’est généralement le cas quand survient un premier amour, se résume à quelque chose que tout le monde a vécu : plus l’amitié est forte, plus le conflit est grand.

Ce que Fri montre assez bien ici, c’est que parfois, une rupture amicale est bien plus difficile à encaisser qu'une déception amoureuse. Les amis vous connaissent bien, alors ils savent comment vous blesser. Mais bon, à cette époque de la vie, celle des premiers emplois et des premiers appartements loués avec des garçons tandis qu'on essaie de décider de la carrière qu'on souhaite, c'est si facile, de prendre ses distances sans chercher à s'accrocher. Quitte à oublier, peut-être, que les camarades amateurs d'animaux morts ne courent pas les rues – et ça, franchement, c’est bien dommage. Grand bravo à Fri pour avoir su mettre tout cela dans son petit film plein de tendresse, et maintenant il est temps d’aller faire les tiroirs pour retrouver cet eye-liner tout séché qui doit encore traîner quelque part à la maison.

Dark Blossom a été produit par Mathilde Hvid Lippmann pour la société danoise Made in Copenhagen. Les ventes internationales du film sont assurées par Reservoir Docs.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

(Traduit de l'anglais)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.

Privacy Policy