email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

BIFFF 2021

Critique : Hotel Poseidon

par 

- Le premier long métrage du Belge Stef Lernous, présenté en première mondiale au BIFFF, est un trip hallucinatoire glauque et déjanté

Critique : Hotel Poseidon
Tom Vermeir dans Hotel Poseidon

Bienvenue à l’Hotel Poseidon, petit établissement de charme à la décoration intérieure innovante et personnelle, fusion des styles verdâtres et décatis, avec moisissures apparentes, bordel généralisé, et crasse à tous les étages.

L’hôtel n’est pas complètement ouvert - en même temps, en temps de pandémie mondiale, c’est compliqué -, mais si jamais vous savez vous attirer les faveurs de Dave (Tom Vermeir), le geôlier, pardon, le tenancier, celui-ci devrait pouvoir vous trouver une petite chambre au frais, garantie sans infestation de rongeurs, ou presque.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Chaque matin, Dave se lève encore fatigué dans son hôtel fermé, où tout semble singulièrement disfonctionner. Les néons crépitent, les ampoules frôlent l’auto-combustion, les robinets gouttent, bien sûr, et les frigos bourdonnent. Sans grande conviction, mais inlassablement, il performe le même rituel, joue la comédie de l’hygiène élémentaire, prend des pilules, met du gel dans les cheveux, vide une bombe de déodorant. C’est vrai qu’il y a comme une odeur de pourriture dans l’air.

Si Dave semble (très) profondément dépressif - et il faut dire qu’il a particulièrement mauvaise mine -, on distingue encore au fond de son regard un peu terne une lueur de mélancolie, qui à terme, pourrait même raviver une once d’espoir, qui sait. C’est du moins ce que semble penser une jeune touriste hollandaise, bien décidée à poser ses valises à l’Hotel Poseidon. Elle ne sait pas encore que son séjour sera ponctué de rencontres improbables, et d’hallucinations collectives qui tournent tour à tour au cauchemar ou à la renaissance.

Difficile de traduire en mots l’esthétique si particulière d’Hotel Poseidon [+lire aussi :
interview : Stef Lernous
fiche film
]
, le premier long métrage du Belge Stef Lernous (présenté en première mondiale au Brussels International Fantastic Film Festival (BIFFF), dans le cadre de la White Raven Competition), une esthétique de la décrépitude, qui joue sur le dégoût du spectateur, dégoût qui pourtant peut virer à la fascination. Une fascination (peut-être) un peu malsaine pour le sordide et le grotesque, pour un monde répugnant, mais qui pourtant nous rappelle quelque chose…

Souvent au cinéma l’apocalypse est spectaculaire, une onde de choc qui bouleverse les vies et les certitudes. Ici, loin d’être un évènement, l’apocalypse est un processus, lent et insidieux. Les âmes en peine de l’hôtel évoquent au premier abord une armée bien peu belliqueuse de zombies dépressifs, mais bientôt, ils apparaissent plutôt comme des êtres bien vivants, mais vivant une forme de vie dégradée, corrompue.

Le monde d’Hotel Poseidon, royaume pourri, est en pleine décomposition, pas loin de la putréfaction, soumis à une déliquescence systémique qui se traduit par une insalubrité généralisée. Pourtant ce monde est un monde de l’entre-deux. On est avant le champ de ruines, avant le moment où il apparait enfin possible de faire table rase du passé. Avant la fin.

Hotel Poseidon, sorti de l’imagination de Lernous, metteur en scène de théâtre fondateur de la Compagnie Abbatoir Fermé, est une transposition sur grand écran d’un univers visuel grand-guignolesque et cauchemardesque, qui s’inspire autant de Lynch que de Bosch. Le film propose une succession de tableaux grotesques et baroques, qui entrainent le spectateur réceptif à son univers dans un bad trip complètement hallucinatoire, où on l’invite à s’interroger sur une société en totale décrépitude, qui pourrit de l’intérieur, où seule un résidu de force vitale et un retour à la nature pourrait offrir la possibilité d’une porte de sortie, d’un recommencement. Une expérience filmique inattendue et exigeante, à ne pas forcément mettre devant tous les yeux, qui mise sur la fascination, à la limite de la transe.

Hotel Poseidon est produit par Abattoir Fermé, et coproduit par Potemkino.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.

Privacy Policy