email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

PRODUCTION / FINANCEMENT Italie / Argentine / France

L’hyperactive Shellac mise sur La Légende du roi crabe

par 

- Le second long d’Alessio Rigo de Righi et Matteo Zoppis est coproduit et vendu par la société marseillaise qui se multiplie sur tous les fronts

L’hyperactive Shellac mise sur La Légende du roi crabe
Gabriele Silli dans La Légende du roi crabe

Pilotée par Thomas Ordonneau, la société française Shellac qui opère en production, distribution et ventes internationales autour d’une ligne éditoriale audacieuse et artistiquement exigeante, n’a pas désarmé, loin de là, dans le climat complexe de la crise sanitaire. Pour ne pas se laisser abattre par la fermeture des salles depuis décembre dernier dans l’Hexagone, Shellac a ainsi lancé le 15 janvier (sur son site) une formule d’abonnement VOD de 12 films par mois (trois nouveaux titres chaque semaine) mêlant grands auteurs, raretés et films inédits en France (comme L’Île aux Oiseaux [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Maya Kosa et Sérgio da Costa
fiche film
]
de Maya Kosa et Sergio da Costa), avec entre autres des rétrospectives Philippe Grandrieux, Serge Bozon, Angela Schanelec, Miguel Gomes...

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)
series serie

Mais l’avenir passe aussi et surtout par la production et dans ce domaine, Shellac ne ménage pas ses efforts et ses investissements, impliquée dans de nombreux titres en gestation. Parmi eux se distingue La Légende du roi crabe (Re Granchio) (The Tale of King Crab), le second long métrage, et le premier de fiction, des Italiens Alessio Rigo de Righi et Matteo Zoppis après le documentaire Il Solengo [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
(Grand Prix à Doclisboa en 2015).

Actuellement en post-production, le film (passé par le Venice Gap-Financing Market 2019) compte notamment au casting Gabriele Silli, Alexandra Lungu, Bruno di Giovanni et Pietro de Nella. Ecrit par les deux réalisateurs, le scénario est ancré dans les récits populaires en Italie : à la fin du XIXe siècle, Luciano, fils du médecin d’un petit village d’Italie centrale, ivrogne et rebelle, tue accidentellement sa fiancée dans le conflit qui l’oppose au chef du village. Il se retrouve contraint à l’exil sur une île de la Terre de Feu, à l’extrême sud de l’Argentine. La recherche d’un trésor caché sur l’île devient pour lui l’occasion de se racheter.

La Légende du roi crabe est produit par Tommaso Bertani (Producer on the Move 2017 de l’European Film Promotion) pour la société romaine Ring Film, avec les Français de Shellac Sud (qui assureront la distribution en France et qui pilotent les ventes internationales), et les Argentins de Wanka Cine et Volpe Films, avec le soutien du Ministère italien de la culture DGCA-MIC et du CNC (aide au codéveloppement et à la coproduction d’œuvres cinématographiques et audiovisuelles franco-italiennes).

Shellac continue aussi à travailler avec Miguel Gomes et distribuera dans l’Hexagone Journal de Tûoa (actuellement en post-production et que le très inventif cinéaste portugais a co-réalisé avec Maureen Fazendeiro) et ensuite Sauvagerie (un film en production que la société marseillaise coproduit, entre autres avec Arte France Cinéma – lire la news).

Parmi les auteurs maison, il faut également mentionner l’excellent documentariste français Régis Sauder avec En nous (en post-production – lire l’article) et son précédent opus, J’ai aimé vivre là [+lire aussi :
critique
bande-annonce
fiche film
]
(en attente de sortie en salles et vendu à l’international par Shellac). Figurent aussi au line-up la jeune cinéaste française Émilie Aussel avec L’Été l’éternité (en post-production et vendu par Shellac) et L’Extase de Dorothée (en production), mais aussi Le Bruit du dehors de l’Américain Ted Fendt (en post-production et vendu par Shellac), sans oublier plusieurs longs métrages qui se rapprochent des starting-blocks du tournage comme Serena de l’Italien Alessandro Comodin, La Vie des hommes infâmes du duo français Gilles Deroo - Maria Pistone, Fleur de Bambou de Kiyé Simon Luang (dont Shellac attend de lancer en salles Goodbye Mister Wong) ou encore L’homme sapin, la femme mésange de César Vayssié.

A signaler enfin dans cette profusion hyperactive défiant les contraintes pandémiques, deux autres films encore attente de distribution en France quand les salles rouvriront : Au crépuscule [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Sharunas Bartas
fiche film
]
du Lituanien Sharunas Bartas et J’étais à la maison, mais… [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Angela Schanelec
fiche film
]
de l’Allemande Angela Schanelec.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.

Privacy Policy