email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

LECCE 2020

Critique : The Food Club

par 

- La Danoise Barbara Topsøe-Rothenborg propose une histoire d’amitié et de solidarité entre femmes d’âge mûr, une comédie de sexagénaires située en Italie

Critique : The Food Club
Stina Ekblad, Kirsten Olesen et Kirsten Lehfeldt dans The Food Club

Il n’est jamais trop tard pour commencer une nouvelle vie, surtout si on fait bien la sauce tomate et qu’on a de bonnes amies avec lesquelles affronter cette "horreur" qu'est la vieillesse. C’est une ode à la force des femmes et une invitation à "cueillir l'instant", au rythme de "Funiculì funiculà", que propose la réalisatrice danoise Barbara Topsøe-Rothenborg dans la comédie The Food Club [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
, présentée en séance spéciale au 21e Festival du cinéma européen de Lecce (organisé en ligne du 31 octobre au 7 novembre). Et si le film a été tourné dans les Pouilles sur l'air d'un classique de la musique napolitaine, c'est que parties du froid Danemark, les trois héroïnes d'âge mûr qui se remettent en question ici vont trouver de nouveaux élans, existentiels et gustatifs, dans une Italie du sud de carte postale, chaude et rassurante, pleine d'hommes fascinants, de maisons traditionnelles dites trulli et d'orecchiette aux feuilles de navet

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)
series serie

The Food Club, à mi-chemin entre un Sex and the City pour sexagénaires et Mange, prie, aime, commence le soir du réveillon de Noël, quand Marie (Kirsten Olesen), après avoir célébré l'occasion avec ses enfants et petits-enfants, apprend que son mari (Peter Hesse Overgaard) a une autre femme dans sa vie et veut divorcer. Désespérée, elle se demande ce qu'il va advenir de sa vie, mais aussi et surtout que faire des cours de cuisine en Italie pour deux qu’elle vient de recevoir en cadeau de la part de ses enfants. Après avoir convoqué ses amies de jeunesse, Vanja (Kirsten Lehfeldt) la veuve inconsolable et Berling (Stina Ekblad), libre et indépendante, la décision est très vite prise : il suffit d'ajouter un couvert à table et de partir ensemble en direction de la belle région des Pouilles.

Une fois arrivées en pleine campagne, dans la grande ferme qui les accueille ainsi que trois autres élèves danois également, les journées des trois femmes vont être scandées par les différents menus du jour, des promenades parmi les oliviers et de délicieux dîners bien arrosés de vin rouge. Cependant, Marie ne fait que penser à son mari et aux manières possibles de le reconquérir, comme publier des photos sexy sur les réseaux sociaux. Vanja, quant à elle, n'arrive pas à s'abandonner dans les bras d'un homme qui n’est pas son cher époux, pourtant mort depuis longtemps, et Berling continue à se concentrer sur son nombril et à ne pas accepter le passage du temps. Mais au bout de cinq jours, il va sans dire que les trois amies ne seront plus les mêmes.

Entre un vol à la tire, une procession religieuse et une foule de chansons italiennes des années 1960, The Food Club est un sympathique nouvel apport au filon des comédies mettant en scène des héroïnes d'âge mûr qui redécouvrent la vie. Tout semble être écrit dès le début, cependant la réalisatrice et sa scénariste Anne-Marie Olesen Thinghuus ont su agrémenter l’ensemble d'un regard aigre-doux et sincère porté sur la vieillesse. Elles arrivent à dépeindre, à travers les aventures de ces trois jeunes filles du troisième âge qui trouve leur force dans l’union, une belle alternative de vie.

The Food Club, également interprété par Troels Lyby, Mia Lyhne et Michele Venitucci, a été produit par la société danoise Nepenthe Film et l’italienne Lume avec le soutien d'Apulia Film Commission. Les ventes internationales du film sont gérées par LevelK.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

(Traduit de l'italien)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.

Privacy Policy