email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

ICEDOCS 2020

Critique : Lessons of Love

par 

- Dans ce touchant documentaire de Małgorzata Goliszewska et Katarzyna Mateja sur une femme désespérée de changer sa vie, ce que veut le coeur n’est pas ce qu’enseigne l’Église

Critique : Lessons of Love

Après une première mondiale à l'IDFA, Lessons of Love [+lire aussi :
bande-annonce
interview : Małgorzata Goliszewska et …
fiche film
]
de Małgorzata Goliszewska et Katarzyna Mateja débarque à la deuxième édition du festival IceDocs. Le film emprunte sans doute un sentier qu’on parcourt avec assez de plaisir – il raconte l'histoire de Jola, qui décide de changer sa vie peu épanouissante à l’âge de 69 ans –, mais bien que la ritournelle "Il n’est jamais trop tard" ait été répétée au cinéma fortement et clairement depuis quelques temps déjà, du film finlandais Ladies of Steel [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Pamela Tola
fiche film
]
à n’importe quel long-métrage à l'affiche duquel se trouve Diane Keaton ces temps-ci, ce documentaire vous réserve un bon coup de poing en plein estomac. Après tout, on peut dire ce qu'on veut sur la nécessité du changement, mais comme on peut l'entendre dans une certaine comédie de Judd Apatow, parfois, "plus on attend, plus ça devient dur".

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Dans le cas de Jola, son insatisfaction et les problèmes au sein de son mariage sont assez évidents dès le début, qui se déploie à ciel ouvert aux côtés de son mari, qui vit en Italie, et semble se réjouir à l’humilier devant la caméra. Rien qu’imaginer toute une vie passée à encaisser des jurons innommables, sans mentionner l’alcoolisme et la violence physique qui vont avec, est déjà insoutenablement douloureux. Et pourtant, elle continue de trouver difficile de tout simplement se décider à partir, car les mots de "pour le meilleur et pour le pire" résonnent dans ses oreilles de bonne fille catholique polonaise. "J’ai toujours écouté ma grand-mère et le prêtre", dit-elle à un moment, amèrement, ce qui ne l'empêche pas de se tourner de nouveau vers le second en cas de doute. Il y a quelque chose de presque surréaliste, et cependant de presque trop reconnaissable, à voir une femme d’âge mûr en souffrance se faire sermonner par un jeune prêtre qui ne sait rien de la vie sur la nature des relations humaines. Mais même lui se retrouve coi quand elle lui demande si on peut aimer un homme qui vous a fait du mal toute votre vie. Peut-être qu'on peut. Mais à quoi bon ?

Goliszewska et Mateja ont l’intelligence de ne pas essayer de répondre à toutes ces questions elles-mêmes : dans ce documentaire d’observation, c’est à Jola qu'il revient de résoudre sa situation. Avec ses sourcils fins à la Marlene Dietrich, la vieille dame, qui continue d’avoir honte de porter ses lunettes en public, comme la Marilyn Monroe de Comment épouser un millionnaire, est fascinante à regarder. Elle est déchirée entre son désir d’emprunter une voie moins conventionnelle et ses propres préjugés – car bien que les institutions sanctionnées par l’Église aient clairement failli à leur mission vis-à-vis d’elle, "une femme doit se comporter en femme". Ces dilemmes sont capturés ici avec beaucoup de tendresse, tandis qu’elle parvient petit à petit à sortir de sa conque, en suivant un cours de danse, quand elle chante ou même quand elle se met à fréquenter un autre homme et apprend lentement à lui donner une étreinte ou à lui parler de son éducation froide, auprès d'autres enfants déjà adultes. Quand on la voit assise avec des amis sur la plage, à parler des abus du passé et de toutes les mauvaises décisions prises, des expériences hélas partagées par les autres aussi, Lessons of Lovetranscende l'histoire de cette femme à elle seule : le film traite de la vie vécue selon la religion, ou tout simplement vécue en suivant les règles des autres, des règles qui semblent toujours placer le bonheur personnel très bas dans la liste des priorités (s'il y figure !). Effectivement, plus on attend, plus ça devient difficile. Mais ce qui compte, c’est de le faire.

Lessons of Love a été produit par Anna Stylinska pour la société polonaise Widok Films, en coproduction avec HBO Europe, le Fonds régional de Poméranie, MX35 Ruzik Wajda Sp j et Aura Films. Les ventes internationales du film sont assurées par Autlook Filmsales.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

(Traduit de l'anglais)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.

Privacy Policy