email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

FILMS / CRITIQUES Suisse

Critique : La preuve scientifique de l’existence de Dieu

par 

- Ce film de Frédéric Baillif, à mi-chemin entre documentaire et fiction, reste fidèle à un cinéma différent

Critique : La preuve scientifique de l’existence de Dieu
Irène Jacob et Alain Simonin dans La preuve scientifique de l’existence de Dieu

La comédie La preuve scientifique de l’existence de Dieu [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
du Genevois Frédéric Baillif, dont la sortie a été retardée, l’épidémie du Covid19 ayant obligé tous les cinémas à fermer, arrivera enfin dans les salles suisses le 16 juillet.

Le cinéma de Baillif correspond à un concept particulier : il se nourrit de son expérience et de sa formation (il a étudié à l’Institut des études sociales de Genève et s’est lancé dans le cinéma en autodidacte) pour donner vie à des films colorés et authentiques, très souvent fruits d’une observation minutieuse de la société qui l’entoure. Une liberté qu’on retrouve dans son nouveau film, La preuve scientifique de l’existence de Dieu, un mélange explosif d’acteurs professionnels – Jean-Luc Bideau (dont on entend aussi la voix hors-champ) et Irène Jacob – et de personnes qui ont vraiment vécu les faits racontés, sans oublier le rappeur genevois Makala. Un va-et-vient entre réalité et fiction souligné aussi par une alternance d'images d’archives réelles et d'images recréées pour le film. Fidèle à son idée d'un cinéma qui ne pose pas de barrières entre documentaire et fiction (comme c’était déjà le cas de son film précédent, Tapis rouge [+lire aussi :
critique
bande-annonce
fiche film
]
), Frédéric Baillif n’a cependant pas peur d'"étiqueter" son film comme une comédie. Une liberté et une audacité qui sont les bienvenues par rapport à un cinéma parfois trop timoré s'agissant d’abattre les frontières entre les genres.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

L’histoire ("h" majuscule et minuscule) racontée dans La preuve scientifique de l’existence de Dieu est celle d’un groupe d’amis de longue date qui partagent un passé chargé de luttes révolutionnaires colorées par mai 68. En tant que pacifistes inconditionnels, les cinq soixante-huitards se sont intensément battus pour la création d’un service civil comme alternative au service militaire, alors obligatoire en Suisse pour tous les citoyens de sexe masculin. Formé d’hommes et de femmes (à une époque où les femmes ne pouvaient pas encore voter dans le pays !), le mouvement qu’ils ont constitué a été un des premiers à remettre en cause la sacro-sainte institution du service militaire obligatoire. Cinquante ans après, les protagonistes de cette transformation révolutionnaire se retrouvent pour tourner un documentaire sur leur passé de militants, une idée d’un des membres du groupe qui laisse les autres plutôt perplexes. Le tout se déroule juste avant un vote au niveau fédéral sur l’interdiction d’exporter des armes et peu après la mort accidentelle du neveu d’Alain, un des membres du groupe, pendant qu’il effectuait son service militaire.

Au-delà des péripéties de ces personnages, La preuve scientifique de l’existence de Dieu soulève des questions plus universelles, comme celle de savoir en quoi consiste aujourd’hui l’activisme et où sont allées les idées de 68 : se sont-elles transformées ou ont-elles définitivement disparu ? Ou encore : comment se situe la Suisse, le berceau des droits de l'Homme, dans tout ça ? Sans jamais trop se prendre au sérieux, Frédéric Baillif rend hommage à ses personnages en leur offrant la liberté d’être eux-mêmes dans une société qui voudrait homologuer tous et tout : "Soyez vous-mêmes et surtout ne vous prenez pas pour des acteurs", n'hésite-t-il pas à leur répéter.

La preuve scientifique de l’existence de Dieu a été produit par Freshprod et la RTS Radio Télévision Suisse. La distribution nationale du film est assurée par Aardvark Film Emporium. Ses ventes internationales ont été confiées à Fizz-e-Motion.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

(Traduit de l'italien)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.

Privacy Policy