email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

CPH:DOX 2020

Critique : Sisters with Transistors

par 

- C'est la fête du synthétiseur dans ce documentaire de Lisa Rovner, un vrai tube qui a décroché la mention spéciale NEXT:WAVE à CPH:DOX

Critique : Sisters with Transistors
Maryanne Amacher dans Sisters with Transistors

Le divertissant Sisters with Transistors de Lisa Rovner, distingué par une mention spéciale au Festival CPH:DOX de Copenhague après sa première mondiale à SXSW, les deux festivals ayant eu droit à une édition en ligne cette année compte tenu de la pandémie du Coronavirus, fait ce que tout bon documentaire, et même tout film, disons-le, devrait toujours faire : il prend une histoire qu’on connaissait très peu avant et prouve que le monde avait vraiment besoin de l’entendre. Quoiqu'en l'espèce, "histoires" au pluriel convient mieux, dans la mesure où la réalisatrice franco-américaine présente le travail de compositrices de musique électronique qui ont été des pionnières. Toutes sont des femmes, toutes ont été oubliées, et pourtant leur oeuvre parle d'elle-même.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

À travers des images d’archives joliment juxtaposées à des commentaires nouveaux, sans mentionner leurs compositions, Rovner parvient à capturer l’allure folle qu'avait ce territoire musical encore non arpenté – à une certaine époque du moins. Tout en étant très informatif, dans ses meilleurs moments, ce film est également, pour user d'un adjectif dangereux, assez onirique, car la réalisatrice s’assure que c’est la musique et les sentiments qu'elle peut invoquer qui priment à chaque instant, bien avant tous les faits qu’elle a estimé important de mentionner. "Ceci est l’histoire de femmes qui entendent de la musique dans leur tête", annonce Laurie Anderson au début, car elle a été invitée à prêter sa voix à la narration. Heureusement, elle n'en sort pas non plus, ou alors juste pour troubler David Letterman au plus haut point, quand Suzanne Ciani a été invitée à son émission en 1980. On doit également à cette "magicienne électronique" les effets spéciaux de la version disco de Star WarsStar Wars and Other Galactic Funk, au cas où quelqu’un chercherait une playlist alternative en ces temps de pandémie.

Ainsi, Ciani, Pauline Oliveros, Daphne Oram, Laurie Spiegel et d’autres encore nous invitent à arrêter de se faire du souci et à adorer les machines qui font de la musique, partageant leurs secrets tout en s’éclatant avec les aspects "fait maison" de la musique électronique (considérée "diabolique" en France, précise le film) qui leur a apporté plus de liberté que quoique ce soit d'autre. Elles étaient parfaitement conscientes, au bout du compte, que l'approche "fait maison" signifie parfois seulement qu’"il y a certaines barrières en place qui ne vous permettent pas de faire tout ce que vous voulez", comme l’une d’elles le dit, et que contourner tous les garde-barrières existants ne vous apporte pas automatiquement la reconnaissance.

On a du mal à se défaire d'un sentiment d'injustice en découvrant ces grands esprits féminins qui ont trop souvent été, quand le monde a finalement rattrapé son retard sur leurs folles créations, jetées sur le bas-côté. Elles le sont probablement encore, quel que soit leur genre de prédilection – dans l’industrie du film par exemple, les femmes comme Hildur Ingveldardóttir Guðnadóttir (oscarisée pour la musique de Joker) sont des cas tristement isolés. Mais Rovner s’assure bien que ce constat est également accompagné par l’excitation de la découverte et par de l’amusement, deux choses qui correspondent très bien avec ces personnages qui ne s'en laissent pas compter, notamment une fêtarde particulièrement résiliente qu'on voit danser en rythme jusqu’à l’aube, même si à ce stade la musique joue principalement dans sa tête. "Je continuerai de danser à l'infini, dit-elle, au moins jusqu’à ce que je me rappelle où j’ai garé ma voiture".

Sisters with Transistors, scénarisé par Lisa Rovner, a été produit par Anna Lena Vaney pour la société française Anna Lena Films (qui s’occupe également de ses ventes internationales) et par Marcus Werner Hed.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

(Traduit de l'anglais)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.

Privacy Policy