email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

BERLINALE 2020 Forum

Critique : Chico ventana también quisiera tener un submarino

par 

- BERLINALE 2020 : Le premier film de l'Uruguayen Alex Piperno est un récit fantastique sur un marin qui voyage dans l'espace et le temps à bord d'un navire de croisière avec des portails magiques

Critique : Chico ventana también quisiera tener un submarino
Daniel Quiroga dans Chico ventana también quisiera tener un submarino

La section Forum du 70e Festival de Berlin a accueilli la première mondiale de  Chico ventana también quisiera tener un submarino [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
, un énigmatique premier long-métrage par l’Uruguayen Alex Piperno, né à Montevideo. Il s'agit d'un récit fantastique sur des portails magiques cachés à bord d'un navire de croisière de luxe. Un jeune sans nom, interprété par Daniel Quiroga, fait partie de l’équipage de cette embarcation touristique qui traverse la Patagonie. Mais le marin ne semble pas prendre très au sérieux son emploi, et en conséquence, il est prévu qu'il soit prochainement expulsé du bateau pour ne pas s'être conformé à ses obligations en tant qu’employé. Dès le début du film, on est mis en garde par l’étrange comportement du héros. Dans un dialogue entre le jeune homme et son superviseur, son chef lui reproche d’avoir disparu plusieurs fois sans qu’on puisse le localiser. Après cette conversation, on apprend les raisons de l’absence du jeune homme sans nom, en l’accompagnant dans ses fréquents voyages spatiaux.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

L’élément surnaturel de la trame de Chico ventana también quisiera tener un submarino est présent dès la première scène du film. Malgré cela, le rythme calme de ses images presque contemplatives, ainsi que la parcimonie des dialogues, permet au réalisateur de déguiser l'aspect fantastique, ou de genre, qui définit le film. Et ainsi, jour après jour, le héros erre comme un fantôme dans la salle des machines du bateau de croisière, en quête de portails magiques qui vont lui permettre d’échapper à son travail infernal pour au service du divertissement des riches.

Pendant une de ses balades nocturnes, le jeune homme découvre une porte cosmique qui conduit à une maison située au centre d’une grande ville d’Amérique latine, peut-être Montevideo. Dans cet appartement réside une femme (interprétée par Inés Bortagaray, la scénariste de La Vie invisible d'Eurídice Gusmão [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Karim Aïnouz
fiche film
]
et La vida útil [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
) avec laquelle il va nouer une amitié intime qui lui permettra d'alléger son malaise existentiel.

Au-delà de cela, le bateau a une autre porte astrale qui mène à une forêt dans la province d'Ifugao, aux Philippines. À des milliers de kilomètres du garçon et de la femme sans nom, les habitants de cette région sont dérangés par l’apparition soudaine de ce portail magique, caché dans une toiture et trouvé par une garde (Noli Tobol). Après des jours à faire des sacrifices et des offrandes aux esprits sans obtenir quelque réponse que ce soit, ils décident de passer à l’action. Chico ventana también quisiera tener un submarino, qui prend la forme d'un labyrinthe spatio-temporel irréaliste, est une histoire fantastique sur les individus qui sont perdus dans leur monde, qui se voient ici offrir l’opportunité de voyager vers les autres s’ils renoncent à la compréhension rationnelle du cosmos.

Chico ventana también quisiera tener un submarino a été produit par la société uruguayenne La pobladora cine avec Pelicano cine (Argentine), Desvia (Brésil), Baldr Film (Pays-Bas) et Cinematografica (Philippines). Les ventes internationales du film sont gérées par l'enseigne hollandaise Square Eyes.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

(Traduit de l'espagnol)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.