email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

BERLINALE 2020 EFM

Loco Films dans le sillage de Servants à Berlin

par 

- Le vendeur français misera sur le film d’Ivan Ostrochovský dans la compétition Encounters. Au line-up se distinguent aussi des films en post-production de Luàna Bajrami et Veiko Õunpuu

Loco Films dans le sillage de Servants à Berlin
Servants d’Ivan Ostrochovský

Après des débuts remarqués dans la fiction avec Koza [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Ivan Ostrochovský
fiche film
]
(passé notamment par le Forum de la Berlinale et Toronto, et candidat de son pays à l’Oscar 2016), l’ancien documentariste slovaque Ivan Ostrochovský (à l’affiche du Forum de la Berlinale 2014 avec Velvet Terrorists [+lire aussi :
critique
bande-annonce
fiche film
]
) continue à creuser le sillon fictionnel avec Servants [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Ivan Ostrochovský
fiche film
]
, qui sera dévoilé en première mondiale à Encounters, la nouvelle section compétitive de la Berlinale (70e édition du 20 février au 1er mars). Un film qui sera le fer de lance à l’European Film Market du line-up de la société parisienne de ventes internationales Loco Films.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

L’équipe Loco Films de Laurent Danielou et Arnaud Godart négociera donc pour un long métrage annoncé comme l’histoire secrète de l’implication de l’Église en faveur du régime communiste pendant la guerre froide. Vainqueur entre autres de la Bourse d’aide au développement du Arras Film Festival, le scénario écrit par le réalisateur avec Rebecca Lenkiewicz et Marek Leščák est centré sur Michal et Juraj qui étudient la théologie au séminaire en 1980, dans une Tchécoslovaquie sous la férule totalitariste. Craignant la dissolution de leur école, leurs tuteurs façonnent des séminaristes en conformité satisfaite avec le parti communiste régnant. Chacun des jeunes étudiants doit choisir entre la voie la plus facile (collaborer avec le régime) ou bien se retrouver sous la surveillance draconienne de la police secrète… Au casting figurent entre autres Samuel Skyva, Samuel Polakovič, le bien connu Vlad Ivanov, Vladimír Strnisko et Milan Mikulčík. La production a été pilotée par les Slovaques de Punkchart Films avec en coproduction leurs compatriotes de Sentimental Film et de Radio and Television of Slovakia, les Roumains de Point Film, de Libra Film et de Hai Hui, les Tchèques de Negativ, et les Irlandais de Film and Music Entertainment.

A Berlin, Loco Films lancera également les préventes sur promoreel pour deux titres en post-production. Le premier est La Colline où rugissent les lionnes (The Hill Where Lionesses Roar) de la franco-kosovare Luàna Bajram. Primé en décembre au Work In Progress des Arcs Film Festival, ce premier long de la réalisatrice a été produit par OrëZanë Films (Kosovo) et Vents Contraires (France). Le scénario est centré sur Qe, Li et Jeta, trois amies qui se sentent sans aucun avenir et qui, pour transformer leur quotidien, décident de créer un gang. Mais l’excitation de l’indépendance se révèlera dangereuse…

Pointe également en post-production The Last Ones de l’Estonien Veiko Õunpuu (lire l’article), cinéaste révélé avec Autumn Ball [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
(vainqueur de la section Orizzonti à Venise en 2007) et qui avait confirmé son talent avec The Temptation of St. Tony [+lire aussi :
critique
bande-annonce
fiche film
]
(en compétition East of the West à Karlovy Vary en 2010) et Free Range [+lire aussi :
critique
bande-annonce
fiche film
]
(Forum de la Berlinale 2014). Produit par l’Estonie (Homeless Bob Production) avec la Finlande (Bufo) et les Pays-Bas (PRPL), The Last Ones est un western moderne en pleine toundra, en Laponie, dans un village de mineurs où s’entassent caravanes et mobiles homes délabrés et où va exploser la haine entre bergers de rennes et mineurs…

À l’EFM, Loco Films orchestra aussi des premières de marché pour Let There Be Light [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Marko Škop
fiche film
]
du Slovaque Marko Škop (prix du meilleur acteur à Karlovy Vary, Atlas d’argent du meilleur réalisateur à Arras, également primé à Trieste et passé entre autres par Busan, Les Arcs ou encore Chicago), pour la comédie Peaches & Cream de Gur Bentwich (11 nominations pour les prix annuels de l’Académie israélienne) et pour Leaving Afghanistan du Russe Pavel Lounguine (notamment prix du scénario au festival de Shanghai et sorti dans son pays par Disney sur plus de 1000 écrans).

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.