email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

FESTIVALS / PRIX France

Cap sur le FIPADOC

par 

- Le festival surfe sur sa nouvelle identité exclusivement documentaire pour une édition riche de 172 titres qui se déroulera du 21 au 26 janvier à Biarritz et qui mettra la Suède à l’honneur

Cap sur le FIPADOC
Scheme Birds de Ellen Fiske et Ellinor Hallin

Démarrage demain mardi 21 janvier de la seconde édition du FIPADOC qui s’est recentré avec succès l’an dernier exclusivement sur la documentaire (après 31 éditions sous le signe la production audiovisuelle généraliste) et qui monte en régime avec 172 titres en vitrine du 21 au 26 janvier à Biarritz. Au menu figurent notamment sept sections compétitives dont quatre décerneront un Grand Prix.

En compétition internationale, parmi les 12 films en lice inédits en France se distinguent deux nominés à l’Oscar 2020 du meilleur documentaire : Honeyland [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Ljubomir Stefanov, Tamara …
interview : Tamara Kotevska, Ljubomir …
fiche film
]
du duo macédonien Ljubomir Stefanov - Tamara Kotevska (qui est aussi nominé à l’Oscar celui du meilleur film international) et The Cave [+lire aussi :
critique
bande-annonce
fiche film
]
du Syrien Feras Fayyad (produit par le Danemark, avec l’Allemagne, les États-Unis, le Qatar et la France). Les accompagnent Cold Case Hammarskjöld [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Mads Brügger
interview : Mads Brügger
fiche film
]
du Danois Mads Brügger (prix de la mise en scène au Sundance), Love Child [+lire aussi :
critique
bande-annonce
fiche film
]
de sa compatriote Eva Mulvad (dévoilé au par le TIFF Docs), la production suédo-britannique Scheme Birds [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
de Ellen Fiske et Ellinor Hallin (présenté à Tribeca) et The Wind. A Documentary Thriller [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Michał Bielawski
fiche film
]
de Michał Bielawski (produit par la Pologne avec la Slovaquie, dévoilé à Visions du Réel). Sont aussi à l’affiche They Call Me Babu [+lire aussi :
critique
fiche film
]
de la Néerlandaise Sandra Beerends (découvert à l’IDFA), Tales from the Prison Cell d’Àbel Visky (coproduit par la Hongrie, la Croatie et le Royaume-Uni), La maleta de madame Colette de l’Espagnol Joan Bonet et le moyen métrage Ervin de la Norvégienne Karoline Grindaker. Le tout sans oublier la production britannique The Human Factor [+lire aussi :
critique
fiche film
]
de l’Israélien Dror Moreh et Queen Lear [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
de la Turque Pelin Esmer (présenté à Sarajevo).

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

12 titres participeront à la compétition nationale dont Les lycéens, le traître et les nazis de David André, Les Belles Dames de Marion Lippmann et Sébastien Daguerressar, Danser sa peine de Valérie Müller et La Cravate [+lire aussi :
critique
bande-annonce
fiche film
]
de Etienne Chaillou et Mathias Théry. Ont aussi été sélectionnés Vie et destin du livre noir, la destruction des Juifs d’URSS de Guillaume Ribot, Les mots de la cité de Laurent Chevallier, L’Affaire Caravage de Frédéric Biamonti et Le blob, un génie sans cerveau de Jacques Mitsch. La compétition française est complétée par les moyen-métrages Pays basque et liberté, un long chemin vers la paix de Thomas Lacoste et Abbas by Abbas [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
de Kamy Pakdel, et par la mini-série (3x52mn) Goulag, une histoire soviétique de Patrick Rotman.

12 films également brigueront le Grand prix du documentaire musical, parmi lesquels Brassens par Brassens du Français Philippe Kohly, The Heart is a Dream du Suédois Jacob Frössén, Once Aurora [+lire aussi :
bande-annonce
interview : Benjamin Langeland
fiche film
]
des Norvégiens Stian Servoss et Benjamin Langeland, Solo [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Artemio Benki
fiche film
]
d’Artemio Benki (dévoilé à Cannes, au programme de l’ACID) et trois productions britanniques : Marianne & Leonard : Words of Love [+lire aussi :
critique
bande-annonce
fiche film
]
de Nick Broomfield, Ella Fitzgerald : Just One of Those Things de Leslie Woodhead, et Janet Baker in Her Own Words de John Bridcut.

Enfin, dix titres sont en course pour le Grand prix Impact, dont la coproduction franco-belge L’homme a mangé la Terre de Jean-Robert Viallet, les productions suisses Le goût de l’espoir de Laura Coppens et Silence radio [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Juliana Fanjul
fiche film
]
de la Mexicaine Juliana Fanjul, Overseas [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Yoon Sung-A
fiche film
]
de Sung-a Yoon (découvert à Locarno, à cinéastes du présent), Advocate [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Rachel Leah Jones et Lea T…
fiche film
]
de Rachel Leah-Jones et Philippe Bellaïche, Numéro 387 disparu en Méditerranée de la Française Madeleine Leroyer et Zero Impunity [+lire aussi :
critique
bande-annonce
fiche film
]
de Nicolas Blies, Stéphane Hueber-Blies et Denis Lambert.

Au-delà de trois autres sections compétitives (Smart pour les expériences numériques, courts métrages, films d’école), le FIPADOC reconduit son Panorama de la création francophone (9 titres dont Main basse sur l’eauLords of Water de Jérôme Fritel) et initie deux nouveaux programmes (Histoires d’Europe avec 10 films et En famille avec 9 titres), sans oublier le menu des séances spéciales (incluant entre autres State Funeral [+lire aussi :
critique
bande-annonce
fiche film
]
de Sergueï Loznitsa). Le festival consacrera aussi un Focus à la Suède, mettra à l’honneur la réalisatrice franco-chilienne Carmen Castillo et déclinera ses Journées Professionnelles à travers des sessions de pitchs internationaux et de très nombreux débats (où figurent en bonne place Arte, France Télévisions, Europe Creative, le CNC, et HBO Europe).

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.

Privacy Policy