email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

PRODUCTION / FINANCEMENT France

L'avance du CNC pour Le temps d’aimer de Katell Quillévéré

par 

- Le CNC soutiendra aussi des films signés Ursula Meier, Robert Guédiguian, Philippe Faucon, Tony Gatlif, Mona Achache et du duo Alain Gagnol et Jean-Loup Felicioli

L'avance du CNC pour Le temps d’aimer de Katell Quillévéré
La réalisatrice Katell Quillévéré

Sept projets ont été retenus lors de la 5e et dernière session 2019 du second collège de l’avance sur recettes du CNC.

Parmi eux se distingue Le temps d’aimer qui sera le 4e long de Katell Quillévéré après Un poison violent [+lire aussi :
critique
bande-annonce
fiche film
]
en 2010 (Quinzaine des réalisateurs 2010 et prix Jean Vigo), Suzanne [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Katell Quillévéré
fiche film
]
(Semaine de la Critique cannoise 2013 et cinq nominations aux César 2014 avec le titre du meilleur second rôle à la clé) et Réparer les vivants [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Katell Quillévéré
fiche film
]
(dévoilé en 2016 à Venise au programme Orizzonti avant de participer à la compétition Platform à Toronto). Ecrit par la cinéaste avec Gilles Taurand, le scénario démarre en 1947. Sur une plage, Madeleine, serveuse dans un hôtel restaurant, mère d'un petit garçon, fait la connaissance de François, étudiant riche et cultivé. La force d’attraction qui les pousse l’un vers l’autre est à la mesure du secret dont chacun est porteur. Si l'on sait ce que Madeleine veut laisser derrière elle en suivant ce jeune homme, on découvre avec le temps, ce que François tente désespérément de fuir en mêlant le destin de Madeleine au sien.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Cette saga familiale sur deux générations sera pilotée en production par les sociétés parisiennes Les Films du Bélier et Les Films Pelléas et coproduite par les Belges de Frakas Productions.

Le CNC soutiendra également La Ligne de la cinéaste franco-suisse Ursula Meier (Semaine de la Critique cannoise 2008 avec Home [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Thierry Spicher
interview : Ursula Meier
fiche film
]
, Ours d’Argent Prix Spécial à la Berlinale 2012 pour L’enfant d’en haut [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Ursula Meier
fiche film
]
et présente au Panorama de la Berlinale 2018 avec Ondes de choc – Journal de ma tête [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
) qui sera produit par Les Films de Pierre.

Avance sur recettes aussi pour Twist à Bamako qui sera le 22e long de Robert Guédiguian (en compétition à Cannes en 2002, à Berlin en 2005 et 2008 et à Venise en 2017 avec La Villa [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Robert Guédiguian
fiche film
]
et en 2019 avec Gloria Mundi [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Robert Guédiguian
fiche film
]
) et qui sera produit par Agat Films.

Parmi les heureux élus figure également Les Harkis qui sera le 11e long de Philippe Faucon (habitué des grands festivals notamment avec Samia, La Trahison [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
, La Désintégration [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
, Fatima [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Philippe Faucon
fiche film
]
ou encore Amin [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Philippe Faucon
fiche film
]
) et qui sera produit par Istiqlal Films et coproduit par Arte France Cinéma et les Belges des Films du Fleuve.

L’avance sur recettes appuiera aussi Tom Medina de Tony Gatlif (le 20e long du cinéaste, distingué entre autres par le prix de la mise en scène à Cannes en 2004 avec Exils, sera piloté par Princes Films), le projet documentaire Little Girl Blue de Mona Achache (officialisation de la production encore dans les tuyaux) et le film d’animation Les Contes du hérisson (Tales of the Hedgehog) d’Alain Gagnol et Jean-Loup Felicioli (nominés à l’Oscar 2012 de leur spécialité avec Une vie de chat [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
et qui ont ensuite signé Phantom Boy [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
) qui est piloté par Parmi Les Lucioles Films.

A noter enfin que six projets ont été retenus par le premier collège de l’avance sur recettes du CNC : Les amours d’Anaïs de Charline Bourgeois-Tacquet (produit par Année Zéro et Les Films Pelléas), Saint Omer d’Alice Diop (SRAB Films), Jacky de Lucas Delangle (Les Films du Clan), Lumière noire de Karim Bensalah (Tact Production) et les documentaires Chantal Birman, la sage (femme) des banlieues d’Aude Pépin (Bootstrap Label) et L’État sauvage d’Audrey Baudouin (Quartet Production).

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.

Privacy Policy