email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

FILMS / CRITIQUES Italie / France

Critique : Pinocchio

par 

- Matteo Garrone maintient l'esprit originel de l'iconique marionnette et ne se laisse pas influencer par les tendances de la production fantastique. Dans les salles en Italie à partir du 19 décembre

Critique : Pinocchio
Roberto Benigni dans Pinocchio

Est-ce que Pinocchio [+lire aussi :
bande-annonce
interview : Matteo Garrone
fiche film
]
est un film pour les enfants ? Oui, peut-être. C’est la réponse incertaine à la question que beaucoup se posent avant leur rendez-vous habituel avec les films de Noël. À quoi s'attendre de le part d’un réalisateur qui s’est inspiré de faits divers, créé des personnages obscurs comme un taxidermiste homosexuel tué par son protégé, ou un homme obsédé par les filles anorexiques, qui a rencontré le succès international en décrivant le monde des affaires et du crime de la Camorra napolitaine, qui a raconté la paranoïa progressive d’un participant à un reality show, puis affronté le style fantastique dans un film situé au XVIIe siècle avec une touche d’horreur, pour revenir à un fait divers brutal : l'histoire d’un toiletteur pour chien de banlieue qui torture un boxeur jusqu’à la mort ?

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Pinocchio est avant tout un film de Matteo Garrone, mais il ne ressemble pas à Tale of tales. C’est plutôt une interprétation philologiquement correcte d’un classique de la littérature italienne pour jeunes de la fin du XIXe siècle. Le réalisateur a maintenu l’esprit présent dans le récit de Carlo Collodi, qui a publié en 1881 le livre qui a créé une icône universelle, donnant lieu à mille interprétations philosophiques et psychanalytiques. Garonne ne s'est pas laissé influencer par les tendances qui orientent la production cinématographique de science-fiction d'aujourd’hui. Il a utilisé au mieux la technologie dont nos temps disposent, mais se référer à d’autres modèles. Et d'ailleurs, plus que du passé (notamment du projet de Stanley Kubrick réalisé par Steven Spielberg, A.I.), les duels auxquels fait face le Pinocchio de Garonne sont à venir : Disney est en train de préparer un remake du célèbre dessin animé de 1940 en version filmée, avec Robert Zemeckis à la réalisation, tandis que Guillermo del Toro produit par Netflix est en train d'élaborer sa version personnelle de l'histoire de la petite marionnette, en stop motion.

Dès la première séquence, Garonne nous immerge dans un monde rural, où les gens souffrent de famine, et la photographie du Danois Nicolaj Brüel, déjà avec Garonne pour Dogman, aide à rendre compte de cet univers ancien, entre réalité et imaginaire, dans une gamme de couleurs chaudes et brunâtres. Même le Pays des Jouets a les couleurs d'une fermette de campagne et non d'un parce d'attraction plus moderne. Roberto Benigni, qui a réalisé et interprété son Pinocchio en 2002, crève ici l'écran dans le rôle de Geppetto, et son potentiel expressif est la garantie que le film touchera le grand public. "J’ai pensé à me fabriquer moi-même une belle marionnette de bois, une marionnette merveilleuse qui sache danser, faire de l'escrime et des bonds incroyables. Avec cette marionnette, je vais faire le tour du monde". Avec cette déclaration d’intention, Geppetto le rêveur se fait l’alter ego du réalisateur : à partir d’une matière première comme le bois, et donc la vie, il veut fabriquer son cinéma merveilleux. Les scènes d’horreur sont présentes, mais modérées (il y a celle où Pinocchio se brûle les pieds, sa pendaison par le Chat et le Renard, sa transformation en petit âne), mais justement, le fait que le réalisateur retienne les rènes refroidit un peu le récit et tempère son pathos originel. Le petit héros, Federico Ielapi, est caché derrière un maquillage réalisé par le maestro Mark Coulier (Harry Potter). Massimo Ceccherini, également co-scénariste du film avec Garonne, est un Renard magnifique. Et tandis que la Fée de Marine Vacth est de bois et inexpressive, les interprétations d'excellents acteurs comme Gigi Proietti, Rocco Papaleo, Maria Pia Timo, Davide Marotta, Paolo Graziosi, Massimiliano Gallo, Teco Celio, Maurizio Lombardi et Nino Scardina, quoique parfois brèves, renvoient à une tradition théâtrale italienne qui sublime la forme cinématographique.

Pinocchio est une coproduction entre l'Italie et la France d'Archimede avec RAI Cinema et Le Pacte, et Recorded Picture Company, en association avec Leone Film Group, avec la contribution du Ministère de la Culture italien – Direction générale Cinéma et Audiovisuel et d'Eurimages, avec le soutien de la Région Latium, avce la contribution de la Région des Pouilles, de la Fondation Apulia Film Commission et de la Région Toscane – Toscana Promozioni, avec la contribution de Canal+ et Cine+. Les ventes internationales du film sont assurées par HanWay Films.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

(Traduit de l'italien)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.

Privacy Policy