email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

PRODUCTION / FINANCEMENT France / Allemagne / Luxembourg / Suisse / Iran / Liban

Yalda, la nuit du pardon en compétition à Sundance

par 

- Production majoritaire française pilotée par JBA et vendue par Pyramide, le film de l’Iranien Massoud Bakhshi fera sa première internationale à Park City dans la compétition World Cinema Dramatic

Yalda, la nuit du pardon en compétition à Sundance
Sadaf Asgari dans Yalda, la nuit du pardon

Révélé à la Quinzaine des Réalisateurs cannoise 2012 avec Une famille respectable [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
, le cinéaste iranien Massoud Bakhshi dévoilera en première internationale dans la compétition World Cinema Dramatic du 36e Festival de Sundance (du 23 janvier au 2 février 2020), son second long métrage, Yalda, la nuit du pardon [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Massoud Bakhshi
fiche film
]
, produit par France avec l’Allemagne, le Luxembourg, la Suisse, le Liban et l’Iran.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Écrit par le réalisateur, le scénario a pour cadre l’Iran, de nos jours. Maryam, 22 ans, tue accidentellement son mari Nasser, 65 ans. Elle est condamnée à mort. La seule personne qui puisse la sauver est Mona, la fille de Nasser. Il suffirait que Mona accepte d’apparaitre dans une émission de téléréalité et de pardonner Maryam devant des millions de spectateurs. Mais le pardon est difficile quand le passé refait surface… Au casting figurent Sadaf Asgari, Behnaz Jafari, Babak Karimi, Fereshteh Sadr Orafaee, Forough Ghajebeglou et Fereshteh Hosseini. La direction de la photographie a été assurée par le Bulgare Julian Atanassov (The Island [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
, 3/4 [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Ilian Metev
fiche film
]
).

Produit à 42% par la France via Jacques Bidou et Marianne Dumoulin pour JBA Production (déjà complices du premier long de Massoud Bakhshi), Yalda, la nuit du pardon a aussi été produit par les Allemands de Niko Film, les Suisses de Close Up Films, Amour Fou Luxembourg, la structure bretonne Tita B Productions, la société iranienne Ali Mosaffa Productions et les Libanais de Schortcut Films.

Coproduit par ZDF/Arte, la RTS, SRG SSR, Voo Be TV, Panache Productions et La Compagnie Cinématographique, le long métrage a également été soutenu par Eurimages, le CNC, le Film Fund Luxembourg et Pictanovo. Le tout sans oublier l’appui de la Fabrique des Cinémas du Monde du Festival de Cannes 2016, du Torino FilmLab (où le projet avait remporté le Coproduction Award et l’Audience Award), de la région Hauts-de-France, du Medienboard Berlin-Brandenburg, du Filmförderungsanstalt, de l’OFC, de NordMedia, de la région Bretagne, de Cinéforom, du Breizh FilmFund, de Bon Gah, de l’Angoa et du SundanceLab (qui lui avait décerné le Global Filmaking Award). La distribution dans les salles française est encore à dater au printemps 2020 par Pyramide qui pilote aussi les ventes internationales.

Pour mémoire, JBA Production dont la filmographie inclut des films notamment de Sergei Loznitsa (Donbass [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Sergei Loznitsa
fiche film
]
), Annemarie Jacir (Wajib – L’invitation au mariage [+lire aussi :
critique
bande-annonce
fiche film
]
), Pablo Agüero (Eva ne dort pas [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
), Alice Rohrwacher (Corpo celeste [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Alice Rohrwacher
fiche film
]
), Tsai Ming-liang, Fernando Guzzoni, Merzak Allouache, etc., compte actuellement en post-production Sème le vent [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Danilo Caputo
fiche film
]
 de l’Italien Danilo Caputo (produit notamment avec la société romaine Okta Film).

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.

Privacy Policy