email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

INDUSTRIE / MARCHÉ Luxembourg

La Francophonie se donne rendez-vous au Luxembourg

par 

- Le Grand Duché accueille ces 13, 14 et 15 novembre les Rencontres de coproduction francophone, où se dessinent les films francophones de demain

La Francophonie se donne rendez-vous au Luxembourg

C’est au Luxembourg que se réunissent actuellement une centaine de professionnels francophones, venus découvrir les projets de longs métrages qui feront l’actualité des cinémas francophones dans les années à venir. Une vingtaine de projets sont ainsi présentés, en recherche de partenaires de coproduction, mais aussi de diffusion. L’occasion pour les producteurs présents de renforcer leurs projets, mais aussi de nouer des relations durables avec de potentiels partenaires partageant les mêmes enjeux et problématiques.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Cette 16e édition des Rencontres de coproduction francophone, organisée par le Film Fund Luxembourg, qui se tient pendant le festival musical Sonic Visions, met aussi en lumière les enjeux créatifs et juridiques liés à la musique au cinéma.

Une séance de vidéo-pitches permettait aux auteurs et producteurs de présenter leurs projets, des projets d’une grande variété, aussi bien en termes de formats (de la fiction, de l’animation, mais aussi de la VR, notamment avec la présentation du projet de la danseuse, réalisatrice et chorégraphe Blanca Li, La Veuve Joyeuse), de genres, que de décors, d’Haïti aux Ardennes, en passant par Tunis ou Marseille.

On retiendra notamment deux ambitieux projets d’animation, L’Ascension du Haut mal, une adaptation du roman graphique culte de David B., proposée par le réalisateur français Christophe Gérard, produit par Les Films du Poisson, et Ghostdance, une animation pour adultes canado-luxembourgeoise sur les violences faites aux femmes autochtones au Canada, produit par a_BAHN (Luxembourg).

Également présentés, l’intrigant film de genre luxembourgeois, Kommunioun de Jacques Molitor, une réflexion résolument fantastique sur l’opposition entre nature et culture aux frontières du gore, porté par Les Films Fauves (Luxembourg), et coproduit en Belgique par Novak Production, ou encore le projet La Baleine de Sylvère Petit, qui entend s’affranchir de la dichotomie entre documentaire animalier et fiction humaine pour livrer un récit mêlant intimement les humains, et le monde animal, un film produit par Les Films d’Ici Méditerranée en France.

Ces trois jours de rencontres soulignent la vitalité et la diversité de la production francophone, des deux côtés de l’Atlantique, et la pertinence pour les professionnels d’allier leurs forces pour offrir la meilleure circulation possible aux oeuvres.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.