email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

DOK LEIPZIG 2019

Critique : Exemplary Behaviour

par 

- Le gagnant de la compétition internationale de DOK Leipzig est un documentaire original sur la culpabilité, le pardon et la justice sociale, dont les sujets sont deux détenus condamnés à perpétuité

Critique : Exemplary Behaviour

Exemplary Behaviour vient de remporter la compétition internationale de DOK Leipzig (lire l’article). Son co-réalisateur, l'instigateur du projet, Audrius Mickevičius, étant décédé avant qu’il ne soit terminé, il a confié la mission de finir son film au philosophe Nerijus Milerius, initialement son consultant scénario. Le point de départ du projet était la douleur de Mickevičius lui-même par rapport à la mort de son frère, tué par deux hommes, et le bousculement troublant d’émotions et idées de toutes sortes qu'a entraîné le meurtre, surtout après qu’un des tueurs en ait accepté la pleine responsabilité et se soit retrouvé condamné à dix ans de réclusion, pour être relâché après cinq ans pour conduite exemplaire.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Le film s’ouvre sur la voix off de Mickevičius qui décrit les faits, et on voit une horrible photo du visage oblitéré de son frère, ce qui permet au spectateur de se rapporter à sa colère. La voix hypnotisante du réalisateur entre et ressort du film, comme à la dérive, car il nous fait les confidents de ses différentes réflexions philosophiques et poétiques sur ses sentiments contrastés, parfois accompagnés par des images de lui parlant à l’équipe du film ou au personnel de la prison.

Très vite, on fait la connaissance de deux prisonniers condamnés à perpétuité dans la prison de Lukiškės, Rimas Alekna et Rolandas Čerapokas. Dans une des scènes totalement fascinantes que propose le film, la caméra de Valdas Jarutis et Audrius Kemežys suit Rolandas, en commençant par un plan de lui qui sourit de derrière la lucarne de la porte de sa cellule, puis s'écarte quand un garde ouvre la porte et le conduit à travers les couloirs de la prison, à travers la cour, pour arriver à l’atelier de menuiserie, où Rimas est occupé à terminer une autre réplique de moto en bois.

Rolandas et Rimas nous parlent de leurs émotions et de leurs expériences, tandis que le philosophe français Bernard Stiegler, ancien prisonnier lui-même, fournit des idées qui vont du finement observé à l'étrangement évident. Ses réflexions sur l'aspect toxique de la culpabilité auraient plutôt tendance à appartenir à la première catégorie, mais c'est plutôt de la deuxième que rélèvent ses pensées sur l'expérience changeante que vivent beaucoup de détenus quand au contraire, pour certains jeunes criminels, la prison fait figure d'"école du crime", ou, ce qui est très déroutant, l'éthique du fait de permettre aux délinquants d'acquérir des compétences comme la menuiserie.

La partie la plus vivante du film concerne le mariage de Rolandas avec une autre prisonnière, Ingrida Čerapokienė, condamnée à 13 ans pour meurtre. Ils échangent de tendres lettres et envisagent d'avoir des enfants, malgré le fait qu'ils n'aient le droit de passer que quelques heures ensemble par mois. Alors qu’Ingride a déjà cinq enfants, Roland exprime des espoirs d’une naïveté touchante quant à l’avenir.

L’étrangeté du rythme lent et du ton de mélancolie sombre adoptés par le film est contrebalancée par d'autres images, comme la scène qui montre un groupe de prisonniers en train de préparer l’arbre de Noël dans la cour de la prison, ou un long segment où la caméra tourne autour de ce qui semble être une maquette de Lukiškės avant que l’éditrice Ema Konstantinova ne passe brutalement à une image monumentale d'un des murs du bâtiment, surmonté de fil barbelé dans toute sa longueur. Bien que la palette de couleurs du film soit vaste, les images donnent dans l’ensemble l’impression que le teinte qui domine est le gris métal revolver.

Ce n’est pas la seule qualité transcendantale qu'Exemplary Behaviour possède, et bien que le film ne soit pas toujours complètement cohérent dans ses idée, c’est un travail d’une poésie extraordinaire, avec le sens de l'esthétique qui va avec, qui offre de nombreux niveaux de lecture ambigus, impossibles à pénétrer par le simple sens commun, qui requièrent que le spectateur lâche prise et cède à cette dimension plus onirique.

Exemplary Behaviour est une coproduction qui a réuni les efforts d'Era Film (Lituanie), Agitprop (Bulgarie), Casablanca Film Production (Slovénie) et Stefilm (Italie).

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

(Traduit de l'anglais)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.