email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

GDYNIA 2019

Critique : Supernova

par 

- Riche en action et en signification, le premier long-métrage impressionnant de Bartosz Kruhlik a fait sa première mondiale au Festival du film polonais de Gdynia

Critique : Supernova
Marcin Hycnar dans Supernova

C’était censé être un dimanche matin agréable, facile. Le soleil brillait déjà de mille feux dans le ciel, donnant à l'air une teinte comme crayeuse. L’herbe sèche, la route de campagne tranquille, les meuglements sonores des vaches : tout dans la scène d’ouverture de l'excellent premier long-métrage de Bartosz Kruhlik, Supernova [+lire aussi :
bande-annonce
interview : Bartosz Kruhlik
fiche film
]
, qui a fait sa première au Festival du film polonais de Gdynia, est bucolique. Mais bientôt, quatre personnes arrivent et détruisent la paix du lieu. Il y a d’abord une femme, déterminée à quitter son mari alcoolique, qui part avec seulement un maigre baluchon et deux jeunes enfants. L’homme essaie de l’arrêter, mais l’alcool coule déjà dans ses veines, ce qui rend ses tentatives inefficaces. En quelques minutes, un accident horrible va intervenir et croiser le destin de cette famille brisée avec celui d’un politicien (Marcin Hycnar), qui les renverse en voiture, et d’un policier (Marek Braun), vite arrivé sur le théâtre de l’accident. Ces événements horribles sont observés de près par les locaux, armés de smartphones et de leur curiosité, qui va vite se transformer en colère justifiée. Tout ce qui suit va sembler surprenant, choquant, et pourtant inévitable : cette route étroite se met à ressembler à une scène d'une tragédie de l'Antiquité, où une divinité cruelle décide du sort des hommes.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

La structure de l’histoire est admirable, et chaque élément de ce film modeste (dont le budget était d'environ 300 000 €) soigneusement inventé et conçu. Aucun geste et aucun accessoire n'est là par hasard : tout compte et s'additionne. Chaque fusil accroché à un mur servira. Kruhlik, également auteur du scénario, contrôle totalement ce qu’on voit à l’écran. Il exécute ses intentions avec précision et dirige merveilleusement et les acteurs principaux, et les acteurs secondaires, dont les performances vont du profondément intense au discret. La troupe se compose d'acteurs relativement peu connus (sauf Hycnar, ce qui a du sens ici, puisqu'il joue un personnage public), ce qui, additionné aux plans longs et aux coupes rares, souligne le réalisme et la tension du récit. La pâle lumière blanche et les mouvements de caméra rapides et abrupts qui contraste avec cette lumière sont le fait du directeur de la photographie polonais de plus en plus prisé Michał Dymek (Dolce Fine Giornata [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Jacek Borcuch
fiche film
]
).

Mais Supernova offre plus que sa forme. Kruhlik enquête sur la manière dont les gens fonctionnent en groupe, sur la manière dont leurs opinions et leurs actes peuvent être changés et influencés. Les perspectives et la quantité d’information qu'on fournit aux gens sont essentiels dans les décisions qu'ils prennent. Les jugements rapides, les décisions prises sous l’influence de l’alcool ou des émotions, l'incapacité à avoir voir les choses avec plus de distance, en d’autres termes tous les raccourcis mentaux auxquels on peut avoir recours sont les ennemis, présents quoiqu'invisibles, dans Supernova. L’existence de ces forces qu’on ne voit pas mais qui dictent le comportement des gens est un des thèmes les plus importants pour Kruhlik. Et bien que certaines puissent être domptées par la raison ou les règles, d’autres rôdent, puis explosent dans une lumière aveuglante.

Supernova a été produit par Munk Studio (Varsovie) en coproduction avec Canal+ Pologne. Le film est distribué par Forum Film au niveau national. Ses ventes internationales sont assurées par IKH Pictures Promotion.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

(Traduit de l'anglais)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.