email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

TORONTO 2019 Platform

Critique : Rocks

par 

- Le nouveau film de Sarah Gavron tourne autour de l'amitié entre des écolières du quartier East End de Londres, et il est rock n' roll

Critique : Rocks

La réalisatrice Sarah Gavron et les scénaristes Theresa Ikoko et Claire Wilson ont adopté pour créer le film Rocks [+lire aussi :
bande-annonce
interview : Sarah Gavron
fiche film
]
une approche peu commune : elles ont demandé à leur jeune troupe, composée principalement d'acteurs non-professionnels, de contribuer à part entière à Hackney, East London. Au cours d’ateliers qui ont duré plusieurs mois, les véritables histoires des interprètes et leur vernaculaire ont fait leur chemin dans ce scénario superbe. Certains des sujets traités ici sont graves, mais cela n’empêche pas le film d’être une aventure amusante qui plonge en profondeur dans l’angoisse qui va avec l'adolescence. Rocks est un titre britannique qui devrait faire beaucoup de bruit, après sa première dans la section compétitive Platform du Festival de Toronto.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Le film doit son titre au surnom de l’héroïne, Olushola (Bukky Bakray), avant tout connue sous le nom de Rocks parce qu’elle est toute en aspérités. Cela décrit d'ailleurs et le personnage, et le film, car ils sont tous les deux exubérants, audacieux et à plein volume, dans le bon sens.

Rocks a des problèmes à la maison : sa mère est partie en laissant un mot où elle lui demande de s’occuper de son petit frère. Chômeuse depuis peu, elle n’arrive pas à gérer le stress de la vie et lui écrit qu’elle reviendra dans quelques jours. En voyant la réaction de Rocks, on comprend que ce n’est pas la première fois que cela arrive, de sorte qu'elle ne s'inquiète pas outre mesure. Et ainsi Rocks, sans l'avoir choisi, porte le poids du monde sur ses épaules. Sa situation est encore aggravée par son refus d'atténuer la tension qu'elle ressent en parlant aux autres de ses problèmes. La grande peur de Rocks, c’est que les services sociaux se rendent compte qu’elle vit avec son frère sans la supervision d’un adulte.

Voilà l'histoire de fond de ce film qui parle de la difficulté de grandir et d'une amitié triangulaire : Rocks est en effet partagée entre sa meilleure amie Sumaya (Kosar Ali) et une nouvelle dans le quartier, Roshé (Shaneigha-Monik Greyson), qui entre en scène comme un ouragan. Roshé représente une possibilité d’évasion tandis que Sumaya veut que son amie en difficulté traite ses problèmes de front et vide son sac, pour que les autres puissent comprendre ce qui lui arrive et l’aider. Cependant, comme cela arrive souvent dans les meilleurs films, et dans la vie, les conseils les plus sages sont ignorés. Rocks choisi de fuir ses problèmes, métaphoriquement d'abord, puis littéralement.

Voici une œuvre rare qui offre un aperçu authentique de la vie des jeunes filles d’aujourd’hui. On pourrait la rapprocher de Bande de filles [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Céline Sciamma
interview : Céline Sciamma
fiche film
]
de
Céline Sciamma, car les deux films partagent des thèmes similaires et un même désir de mettre l’histoire de ces filles au centre du récit. Que les deux films proposent des moments vivifiants de danse et de musique souligne l’universalité du comportement des filles de cet âge. Rocks parvient même à proposer des scènes de cours à l'école, car le rire et les larmes n'y sont jamais loin l’un de l’autre. La scène de bataille de nourriture est particulièrement amusante, et même les personnages très secondaires sont adorables.

La décision de laisser les garçons sur la touche est maline : il se passe tellement de choses dans les vies des héroïnes que point n'est besoin de compliquer davantage, en ajoutant à l'intrigue des trames sentimentales, ce qui est déjà bien complexe.

Rocks est un film qui s'inscrit très nettement dans la tradition du réalisme social britannique. Cependant, il reste assez léger et joyeux pour que l'audience correspondant au milieu et à l'âge des personnages qu’on voit à l’écran le reconnaisse et l'apprécie. Jusqu’au dénouement, tout à fait pertinent, on assiste avec ce film à une belle symphonie douce-amère.

Rocks est une production britannique de Faye Ward et Ameenah Ayub Allen pour Fable Pictures. Les ventes internationales du film sont gérées par Altitude Film Sales.

(Traduit de l'anglais)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.