email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

TORONTO 2019 Contemporary World Cinema

Critique : Mjólk, la guerre du lait

par 

- Le nouveau film de Grímur Hákonarson, situé dans un village islandais inspiré par son équivalent réel, Skagafjörður, raconte la puissante histoire d'une femme courageuse, et encore beaucoup plus

Critique : Mjólk, la guerre du lait
Arndís Hrönn Egilsdóttir dans Mjólk, la guerre du lait

Le nouveau film de Grímur Hákonarson, Mjólk, la guerre du lait [+lire aussi :
bande-annonce
interview : Grímur Hákonarson
fiche film
]
, a été présenté dans la section Contemporary World Cinema du Festival de Toronto. C’est le troisième long-métrage du réalisateur après Summerland (2010) et Béliers [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Grimur Hakonarson
fiche film
]
(2015), lauréat du Prix Un Certain Regard à Cannes.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)
LIM Internal

L’histoire se passe dans une petite communauté de fermiers islandaise, inspiré par un village qui existe vraiment, Skagafjörður, situé au nord-ouest du pays. On suit les mésaventures d'Inga (Arndís Hrönn Egilsdóttir), une productrice de produits laitiers d’âge moyen qui se rebelle contre la coopérative locale toute puissante après la mort mystérieuse de son mari. Inga essaye de convaincre les autres fermiers de se rallier à elle pour s'élever ensemble contre la corruption de la coopérative et de son directeur (Sigurður Sigurjónsson), mais elle se heurte à de grandes résistances, ce qui la force à se confronter à la dépendance et à la loyauté de la communauté vis-à-vis de cette entreprise unique, dominante.

Ainsi, on accompagne une héroïne atypique, incarnée avec maestria par Arndís Hrönn Egilsdóttir. Son personnage est calme et stoïque, elle cherche la justice avec un énorme niveau de volonté. Inga va se servir de son sens de la ressource pour se libérer de l’emprise de la coopérative. La mort de son mari constitue un point de rupture et c’est un très bon dispositif d’intrigue pour déclencher la transformation du personnage. En général, les interprétations des acteurs et les dialogues sont secs et concis. Non seulement le procédé retient-t-il l’attention captivée du spectateur, mais il laisse aussi de la place pour que les acteurs puissent insuffler de la vie dans les actions non verbales qu’ils dépeignent à l’écran.

L’acteur aguerri Sigurður Sigurjónsson était également un excellent choix pour le rôle du directeur de la coopérative : le personnage est plutôt complexe et difficile à jauger, car ses mots et ses actions vont bien au-delà de la dichotomie classique gentil/méchant. Son attitude guindée et retenue sert de barrière impénétrable qui empêche les autres personnages, et peut-être également les spectateurs, d’établir un vrai contact avec son âme. Tout le film est imprégné d’une ironie douce et subtile qui allège parfois l’humeur, mais nous rappelle aussi qu'après tout, on ne fait qu’observer la vie d’une petite communauté fermière: rien de plus, rien de moins.

Par ailleurs, la photographie, confiée au directeur de la photographie estonien Mart Taniel (The Man Who Surprised Everyone [+lire aussi :
critique
bande-annonce
fiche film
]
, November [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Rea Lest
fiche film
]
), reflète superbement la vie intérieure d'Inga à travers de la manière dont les paysages environnants, le temps et les intérieurs sont représentés. Somme toute, ce film de Hákonarson est un conte puissant sur la rébellion situé dans une société fermée qui sert de métaphore pour toutes les communautés opprimées. Il contient aussi une critique intrinsèque de la corruption, du capitalisme et des monopoles. Il fonctionne bien parce qu'il n’est pas plein de discours ou de diatribes superflus, ou de toute référence évidente à une de ces bestioles-là. Même si ce film aborde des problèmes spécifiques à l’Islande rurale, leurs répercussions universelles peuvent facilement être mesurées, car la communauté qu'on voit ici sert d’exemple flagrant qui pourrait représenter n’importe quelle zone isolée conservatrice du monde, où le vrai pouvoir est généralement dans les mains de quelques personnes influentes.

Mjólk, la guerre du lait a été coproduit par Netop Films (Islande), Profile Pictures (Danemark), One Two Films (Allemagne) et Haut et Court (France). Les ventes internationales du film sont gérées par l'agence polonaise New Europe Film Sales.

(Traduit de l'anglais)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.