email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

VENISE 2019 Giornate degli Autori

Critique : Mon frère chasse les dinosaures

par 

- VENISE 2019 : Ce premier long-métrage par Stefano Cipani est un film familial sur la peur du jugement des autres à la fois joyeux et émouvant, tiré d'une histoire vraie

Critique : Mon frère chasse les dinosaures
Francesco Gheghi et Arianna Becheroni dans Mon frère chasse les dinosaures

"C’est un de ces films dont tu ressors avec l'impression d'être une personne meilleure". C'est ainsi que la volcanique actrice espagnole et icône almodovarienne Rossy De Palma décrit Mon frère chasse les dinosaures [+lire aussi :
bande-annonce
making of
interview : Stefano Cipani
fiche film
]
, le premier long-métrage de Stefano Cipani, 33 ans, déjà auteur de nombreux courts-métrages et clips musicaux. Hymne à l’imperfection et à la diversité à la fois joyeux et émouvant, tiré d’une histoire vraie – celle de Giacomo Mazzariol, 22 ans, et de sa famille "spéciale", racontée par lui dans le livre du même nom, qui s'est vendu à 300 000 exemplaires –, ce film à mi-chemin entre film familial et récit de formation a été présenté à la 16e édition des Giornate degli Autori de Venise, parmi les événements spéciaux.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

De Palma incarne ici la "tante" excentrique. Le père et la mère de la famille en question ont les traits d'Alessandro Gassmann et Isabella Ragonese. Au début du film, on les voit annoncer à leurs trois jeunes enfants l’arrivée d’un petit frère, ce qui fait en particulier la joie de l’aîné, Jack (interprété par Luca Morello enfant et Francesco Gheghi adolescent). On a immédiatement d’emblée l’impression d’une famille très joyeuse et harmonieuse et, passé le choc initial après avoir appris la nouvelle, même le fait que le nouvel arrivant, Gio  (Antonio Uras puis Lorenzo Sisto), soit atteint du syndrome de Down n'arrivera pas à éteindre le sourire de ses deux parents. Le problème, c’est le petit Jack, à qui on a simplement dit que Gio était "spécial" : convaincu que son petit frère a des superpouvoirs, quand il se rend compte qu’en fait, il est handicapé, il va vivre une crise. Une fois adolescent, il va même nier jusqu'à l’existence de ce frère "incommodant" devant ses camarades de classe, notamment Arianna (Arianna Becheroni), la fille dont il est amoureux. Naturellement, le mensonge ne va pas tenir longtemps.

Mon frère chasse les dinosaures est le portrait d’une famille simple mais rien moins que banale, et le ton du film restitue la grande légèreté du livre. La sensation qu'on a par moments que le film force un peu trop le trait (que ce noyau familial est trop idéal en termes d'ouverture, de dialogue, de décisions partagées et de joie de vivre) s'atténue vite quand on apprend de tous ceux qui ont travaillé sur cette histoire que dans la vraie vie, les Mazzariol sont vraiment comme ça : c'est une famille où on s’écoute les uns les autres. Dans ce contexte, la crise de l’adolescent Jack, la peur du jugement d’autrui et le rejet de la différence de son frère, sont intégrés au récit avec beaucoup de délicatesse et un grand sens de l’équilibre (le scénario a été composé par Fabio Bonifacci en collaboration avec Giacomo Mazzariol), et le jeune Francesco Gheghi parvient vraiment très bien à donner un visage aux tourments que traverse son personnage. L'oeuvre est de ces films dont on ressort en se sentant un peu meilleur comme personne, c’est vrai. Parce qu’il parle de bons sentiments, mais sans cacher les erreurs et la fragilité des gens (ni leurs petites mesquineries). En les transformant, au contraire, en importantes occasions de grandir.

Mon frère chasse les dinosaures est une coproduction entre l’Italie et l’Espagne qui a réuni les efforts de Paco Cinematografica et Neo Art Producciones avec Rai Cinema. Le film sortira dans les salles italiennes le 5 septembre, avec Eagle Pictures.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

(Traduit de l'italien)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.

Privacy Policy