email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

LOCARNO 2019 Compétition

Critique : Echo

par 

- Ce film de Rúnar Rúnarsson n'est pas juste un autre film de Noël

Critique : Echo

Echo [+lire aussi :
bande-annonce
interview : Rúnar Rúnarsson
fiche film
]
de Rúnar Rúnarsson, projeté en compétition internationale au Festival de Locarno, se passe peut-être pendant la très joyeuse période des fêtes de Noël, et il trouve bien son point d’orgue au moment des feux d’artifice qui illuminent le Nouvel An, et terrorisent les animaux domestiques, mais pas la peine de s'attendre à ce que Will Ferrell n'apparaisse soudainement en collant ou que Judy Garland n’arrive en sautillant et en chantant. Ici, les festivités servent seulement de prétexte pour présenter une vue panoramique de la société islandaise à travers 56 scènes, qui diffèrent toutes par leur longueur, leur thème, et tout le reste. En effet, au lieu de se concentrer sur une seule histoire, Rúnarsson essaie d'intégrer à son film autant d'éléments que possible, dans un acte de gloutonnerie filmique qui, sans surprise, convient très bien au décor choisi.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)
LIM Internal

Ces séquences, filmées en plan fixe, le tout très bien orchestré par la directrice de la photographie Sophia Olsson, permettent au réalisateur de composer son propre puzzle – ôter une pièce nuirait sans doute à la fluidité de l’ensemble, bien que chaque élément semble se tenir très bien par lui-même. Quoique les règles soient les mêmes pour chaque scène (par exemple : aucun acteur ne peut apparaître dans plus d’une histoire), certaines sont plus émouvantes que d’autres, comme celle où une femme plaide avec son ex pour qu’il la laisse passer du temps avec ses enfants, celle où un enfant mort gît dans un cercueil tandis qu’un employé des pompes funèbres est au téléphone avec le sien, ou celle où un vieil homme reçoit une très charmante visite de quelqu’un qu’il ne reconnaît probablement plus. D’autres scènes sont plus joueuses : Rúnarsson puise dans sa bonne maîtrise des petits rires entendus quoique forcément, cela ne fonctionne pas à chaque fois. Mais cela permet de mesurer de nouveau à quel point la période des fêtes de Noël est douce-amère, à des lieues des publicités Coca Cola parfaitement mises en scène auxquelles le film se réfère ici sur un ton goguenard.

Il est rafraîchissant de voir un film qui tourne autour de Noël et pourtant se fiche des fêtes, contrairement aux films de l'acabit de Love Actually. Bien que le choix d’employer principalement des acteurs non-professionnels soit parfaitement logique, car il permet d'ancrer le film encore davantage dans le réel environnant, la structure choisie fait qu’on a plus tendance à penser à ce film qu’à le ressentir, c’est-à-dire que l’expérience est à l’opposé de celle, bouleversante, que proposait le film précédent de Rúnarsson, Sparrows [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Rúnar Rúnarsson
fiche film
]
, qui racontait une histoire simple et s'achevait sur un des dénouements les plus dévastateurs que j’aie vus au cinéma cette année-là. Bien que le talent unique du réalisateur vise exactement là où ça fait mal sans qu’il ait besoin de faire de grands effets de manche, au bout du compte, Echo fait plus l'effet d'être le fruit d'un exercice de style mental qu'un geste venu du cœur.

Echo, produit par Live Hide, Lilja Osk Snorradottir et Rúnar Rúnarsson pour Nimbus Iceland et Pegasus Pictures en coproduction avec Jour2fête, Bord Cadre, Media Rental, MP Films, Nimbus Film et Halibut, a reçu le soutien du Centre de la cinématographie d'Islande, du fonds Nordisk Film & TV et du Ministère des Industries et de l'Innovation d'Islande, en collaboration avec Ruv et Yle. Les ventes internationales du film sont gérées par Jour2fête.

(Traduit de l'anglais)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.