email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

LOCARNO 2019 Hors-compétition

Critique : Parents

par 

- Ce film par le duo suisse Eric Bergkraut-Ruth Schweikert nous emmène par la main dans l'intimité d'une famille moderne aux prises avec les difficultés du quotidien

Critique : Parents
Eric Bergkraut, Elisabeth Niederer et Elia Bergkraut dans Parents

Dans leur premier long-métrage de fiction, Parents [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
, projeté hors-compétition au Festival de Locarno, Eric Bergkraut et Ruth Schweikert ont décidé d'aborde frontalement un noyau familial entendu non comme une oasis de paix, maix plutôt comme un ring où tous les coups sont permis.

Parents est une comédie grotesque mettant en scène une famille qui fait face à des changements existentiels difficilement contrôlables. Un couple zurichois croit avoir fait tout le nécessaire pour préparer leurs enfants à la vie adulte, mais la réalité s'avère très différente. Les anciens enfants modèles se sont transformés en des jeunes de vingt ans endiablés et anarchiques, prêts à tout pour éviter toute responsabilité. Le lien (le cordon ombilical, même) qui unit enfants et parents se brise et les "chefs de famille" désespérés décident d’abandonner le nid familial. Y en aura-t-il un qui sortira indemne de cette bataille cruelle ?

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Parents est un des trois vainqueurs du Prix Fast Track 2018 du Fonds cinéma de Zurich, qui a pour objectif de soutenir des titres filmés de manière "rapide est sale". Le film d'Eric Bergkraut et Ruth Schweikert a été tourné en 15 jours avec un budget très petit et seulement trois mois de post-production. L’idée de mettre en scène un noyau familial au bord de la crise de nerf (pour citer le titre d’un film de Pedro Almodovar, maître absolu des tragicomédies anticonformistes), est né de l’esprit d’un duo de réalisateur qui forme aussi un couple dans la vie réelle.

Tous les membres de la famille Bergkraut ont été impliqués dans le projet (même si Ruth Schweikert, la mère, a décidé de rester derrière la caméra), dans une sorte de thérapie collective inspirée du réel. Comme le soulignent les réalisateurs eux-mêmes, le film n’est pas un documentaire pur et dur et ne cherche même pas à parler de l’intimité de manière frontale. Les personnages de Parents interprètent des personnages fictifs même s’ils sont rattachés par un lien familial réel.

“Le public ne doit pas avoir la sensation de suivre un film basé sur un scénario. Il faut qu’on ait l’impression que la caméra a suivi toute une famille pendant plusieurs semaines", nous dit Eric Bergkraut. Parents intrigue en effet parce que c’est une œuvre hybride, un mélange improbable de fiction et de réalité. Les sentiments qui unissent inévitablement les personnages sont forts, mais les rôles qu’ils interprètent sont construits, mis en scène. Eric Bergkraut et Ruth Schweikert sont parvenus à amalgamer avec brio ces deux mondes parallèles qui se fondent ensemble pour nous offrir un film inattendu et parfois exaltant.

Malgré une bande originale qui irrite à certains moments, Parents ne tombe jamais dans le mélodrame kitsch et pompeux. Ce que ce film nous offre, c’est plutôt une tranche de vie rugueuse, un moment suspendu qui permet d'observer les dynamiques souvent mystérieuses qui unissent les membres d’une même famille.

Au lieu d’utiliser le classique champ-contrechamp, les réalisateurs ont décidé de filmer les héros en une série de plans-séquences beaucoup plus libres. Cette prise de position technique (brillamment mise en valeur par le montage de Bigna Tomschin) permet au film de respirer et de ne jamais tomber dans un maniérisme exagéré. Parents est un film personnel mais jamais égocentrique, un portrait honnête et d'un réalisme sans complexe sur ce que signifie (en bien et en mal) être une famille.

Parents a été produit par la société suisse p.s. 72 productions.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

(Traduit de l'italien)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.

Privacy Policy