email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

VENISE 2019 Semaine de la critique

La Semaine Internationale de la Critique de Venise présente son programme

par 

- La section parallèle indépendante de la Mostra de Venise présentera sept premiers films en compétition et deux en séance spéciale, tous en première mondiale

La Semaine Internationale de la Critique de Venise présente son programme
Rare Beasts de Billie Piper

Une sélection faite d'oeuvres libres, "en mesure de mettre en discussion l'état des choses", pour reprendre les mots de la déléguée générale de la Semaine internationale de la critique de Venise, Giona A Nazzaro, à propos de la 34e édition de la section parallèle autonome du festival, organisée par le Syndicat national des critiques de cinéma italiens dans le cadre de la 76e Mostra de Venise (28 août - 7 septembre).

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Sept premiers films ont été choisis pour la compétition, plus deux qui seront présentés en projection spéciale, tous en première mondiale. Cette sélection se tourne volontiers sur le cinéma fantastique, s'hybridant avec le thriller voire l’animation.

Le film d'ouverture est justement un film d'animation indien qui rend hommage aux stars du Bollywood, Bombay Rose, un premier long-métrage coproduit par le Royaume-Uni, l'Inde et la France qui a été réalisé sur six ans par Gitanjali Rao, révélé à la Semaine de la Critique de Cannes en 2006 avec le court-métrage animé Printed Rainbow. La clôture a été confiée à Sanctorum du Mexicain Joshua Gil, ancien collaboration de Carlos Reygadas, dont c'est le deuxième long-métrage après La Maldad, sélectionné au 65e Festival de Berlin. Il raconte l'histoire d'une petite ville oubliée parmi les montagnes qui se trouve bouleversée quand elle devient le carrefour d'une guerre entre l'armée et les cartels de drogue.

Le Mexique est aussi représenté par le film italien en compétition Tony Driver [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
, premier film d'Ascanio Petrini qui suit un chauffeur de taxi d'origine italienne exerçant à Yuma qui transporte des migrants clandestins vers les États-Unis. Ce film a été produit par Dugong Films, à qui on doit Samouni Road [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Stefano Savona
fiche film
]
, avec la société mexicaine Fulgura Frango et Rabid Film. Le Continent américain est également au coeur de El príncipe de Sebastian Muñoz, qui a travaillé sur les décors de quelques films parmi les plus importants du cinéma chilien contemporain. The Prince est un mélodrame carcéral sur fond d'enthousiasme pour l'arrivée au pouvoir de Salvador Allende, interprété par le toujours extraordinaire Alfredo Castro.

All This Victory se passe quant à lui au Liban en juillet 2006, tandis que fait rage la guerre entre le Hezbollah et Israël. Ahmad Ghossein est un réalisateur et artiste vidéo encensé dont ce thriller politique visionnaire coproduit par le Liban, la France et le Qatar est le premier long-métrage. Parthenon est signé par Mantas Kvedaravičius, professeur associé qui enseigne les Cultures visuelles et le cinéma à l'Université de Vilnius et qui a déjà réalisé deux documentaires. Son premier film de fiction se situe entre l'Afrique (plus précisément le Soudan), l'Europe (en Grèce), la Turquie et l'Ukraine, où s'enchevêtrent et se superposent trois destins. C'est en Europe que se déroule Psychosia de Marie Grahtø, inspiré de la véritable histoire médicale de la réalisatrice, interprété par Trine Dyrholm et Victoria Carmen Sonne : Viktoria est une singulière chercheuse dans le domaine du suicide, extrêmement autodisciplinée, qui est invitée dans une unité psychiatrique pour soigner Jenny, une patiente suicidaire. L'actrice, danseuse et chanteuse britannique Billie Piper signe son premier long-métrage en tant que réalisatrice avec Rare Beasts, où elle incarne Mandy, une mère, scénariste et nihiliste en crise, aux côtés de David Thewlis (Harry Potter), Leo Bill (Peterloo [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Mike Leigh
fiche film
]
) et Lily James (Downton Abbey). Enfin, Scales est une fable féroce et enchantée réalisée par une très jeune réalisatrice saoudienne, Shahad Ameenm, qui a étudié le cinéma à Londres. Dans son premier film, une fillette de douze ans têtue vit dans un village de pêcheurs pauvre où règne une obscure tradition qui veut que chaque famille sacrifie une enfant fille aux créatures de la mer.

Les sept longs-métrages en lice à la 34e Semaine internationale de la critique vont se disputer deux prix principaux : le Prix du public (soutenu par la Commune de Taranto) et le Grand Prix de la SIC (organisé grâce au soutien de la SIAE – Societé italienne des auteurs et éditeurs), attribué par un jury international au meilleur film de la compétition. Les films de la SIC, comme tous les premiers longs-métrages présentés dans les différentes sections compétitives de la Mostra (sélection officielle et sections parallèles indépendantes), concourront en outre pour le Lion du Futur-Prix “Luigi De Laurentiis”.

Tout le programme :

Compétition
All This Victory - Ahmad Ghossein (Liban/France/Qatar)
Parthenon - Mantas Kvedaravičius (Lituanie/Ukraine/France)
El príncipe - Sebastian Muñoz (Chili/Argentine/Belgique)
Psychosia - Marie Grahtø (Danemark/Finlande)
Rare Beasts - Billie Piper (Royaume-Uni)
Scales - Shahad Ameen (Émirats arabes unis/Irak/Arabie saoudite)
Tony Driver [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
- Ascanio Petrini (Italie/Mexique)

Séances spéciales

Film d'ouverture
Bombay Rose - Gitanjali Rao (Royaume-Uni/Inde/France)

Film de clôture
Sanctorum - Joshua Gil (Mexique/Qatar/République dominicaine)

(Traduit de l'italien)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.