email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

LA VALLETTE 2019

Critique : Of Time and the Sea

par 

- Ce premier long-métrage expérimental à combustion lente, bien maîtrisé, par Peter Sant, coproduction entre Malte et le Royaume-Uni, a été projeté sur l'île, au Festival de La Vallette

Critique : Of Time and the Sea
Ruth Borg dans Of Time and the Sea

Le réalisateur australien d’origine maltaise Peter Sant vient de présenter son premier long-métrage, la coproduction maltaise et britannique Of Time and the Sea [+lire aussi :
bande-annonce
interview : Peter Sant
fiche film
]
, au Festival de La Vallette, après sa première mondiale au FIDMarseille l’année dernière. Ce film, tourné en maltais, est un titre maîtrisé et courageux qui nous enlève pour nous emmener dans un monde imaginaire glauque, aride et rocheux où l'ancien coexiste avec le moderne (c'est-à-dire que les personnages se servent de micro-ondes mais portent également des armures) et où règne une atmosphère d'hostilité et de paranoïa.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

L’histoire se passe sur First, une des trois îles nues (les deux autres étant, logiquement, Second et Third), apparemment légèrement peuplée. Une maladie non spécifiée a ravagé cette terre, et tous ceux qui sont atteints sont à présent sur Second, tandis que Third abrite apparemment les animaux à l’origine de la maladie. La vie sur First est lente, monotone et répétitive. Le film se concentre sur une poignée de ses résidents (anonymes) : le "roi" (Narcy Calamatta), affaibli par la maladie et la folie, et ses deux filles, dont l’une (Mandy Misfud) accomplit les taches ménagères et semble tenir le rôle de la femme absente du roi, tandis que l’autre (interprétée par l’excellente Ruth Borg) a été chargée par son père de former un bastion pour protéger le domaine "palais" (qui n'est en fait qu'un bunker de pierre sur une falaise) des envahisseurs. La paranoïa du roi semble être partagée par les autres habitants de First : il reçoit en effet la visite d’un chevalier qui lui dit "Méfiez-vous des visiteurs", ce qui est peut-être un clin d’œil aux attitudes actuelles par rapport à l’immigration.

Pendant le film, les personnages principaux interagissent avec une poignée d’individus hauts en couleurs : un Chinois qui est venu à First pour "apprendre à oubliere, quelques voisins et un orchestre de cuivres qui altèrent complètement la dynamique et dérangent l’ordre établi.

Avec son rythme lent, son intrigue minimale et ses personnages souvent bougons, réticents à parler et toujours en train de se plaindre, Of Time and the Sea reste totalement ouvert à l’interprétation – d’autant plus que les personnages et les îles sont anonymes. Est-ce que First, Second et Third représentent les trois îles principales de Malte ? Peut-on vraiment apprendre à oublier sélectivement les choses et à se débarrasser de tous les souvenirs qui font "enfler nos têtes" ? Est-il possible de "rompre le cycle éternel" et de se défaire d’un coup de ses routines pour ouvrir ses horizons ? On pourrait également lire dans ce film une critique de la manière dont les gouvernements négligent leurs citoyens, car le roi, égoïstement, garde toute la nourriture de l'île pour lui.

Sur le plan technique, ce film est très impressionnant compte-tenu du petit budget et de l’équipe limitée dont il a bénéficié. Le design sonore est incroyablement important et contient des couches superposées, tellement riche en détail qu'il est impossible de tout ingérer la première fois. Le travail du chef-opérateur Martin Testar (qui a filmé les 90% du film), avec sa caméra fixe, souligne cette impression d’immobilité statique. Le parcours artistique de Sant dans d'autres domaines, notamment les installations, est ici évident.

Certes, Of Time and the Sea ne va pas faire connaître au grand public le mystère et la désolation du paysage rural maltais, mais le film confirme que Sant est un cinéaste de talent sur lequel il va falloir garder l'oeil dans le champ du cinéma d'art et d'essai.

Of Time and the Sea a été produit par la société maltaise de Sant, Hereonin. Le plus gros de la post-production a été effectué au Royaume-Uni.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

(Traduit de l'anglais)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.