email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

BRIFF 2019

Critique: Cavale

par 

- Virginie Gourmel revisite le thème de la fugue adolescente en suivant la course folle de trois jeunes filles en quête de sens

Critique: Cavale

Kathy, une adolescente secrète et rebelle n’a qu’une idée en tête : fuir l’établissement psychiatrique dans lequel on l’a enfermée. Très vite elle s’en échappe pour retrouver son père, le seul à pouvoir la libérer de "cette prison". Contre toute attente ses compagnes de chambrée, Nabila et Carole, aussi barges que loufoques, s’invitent dans cette fugue improvisée. Mais rien ne se passera comme prévu…

Après Stagman et Aïe, deux courts métrages aux univers fantastiques, Virginie Gourmel s’est associée à Micha Wald (Voleurs de chevaux [+lire aussi :
critique
bande-annonce
fiche film
]
, Simon Konianski [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Micha Wald, réalisateur de…
fiche film
]
) qui signe le scénario, pour retracer l’itinéraire de Kathy, jeune fille fragile en perte de repères, qui cherche par tous les moyens à réécrire son histoire. Sur sa route, elle croise deux autres solitudes, Nabila et Carole, tout aussi paumées. Toutes trois se reposent l’une sur l’autre, mais quel soutien peuvent-elles bien espérer avec des appuis aussi bancals ?

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Dans ses deux premiers films, Virginie Gourmel s’intéressait à des monstres dont la difformité était visible, un vampire et un homme-cerf, des personnages à la marge, différents, abîmés par la vie. Avec Cavale [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
, sélectionné en Compétition National au Brussels International Film Festival, elle opère un basculement dans le réel en mettant en scène des personnages dont la monstruosité est toute intérieure: des freaks, des jeunes un peu givrés, lourdement médicamentés, des adolescences agitées.

A l’hôpital, Kathy se rebelle, refuse les cachets, ne veut pas de cette "protection" décidée par le juge. Et les filles de s’interroger sur leur santé mentale. Une fois les murs de l’hôpital franchis, le film se mue en road-movie. Un vrai parcours initiatique pour Kathy, Nabila et Carole. En mode "Famille je vous hais", les trois inséparables par la force des choses découvrent l’amitié, la trahison, les premiers émois, comme une adolescence en accéléré, jusqu’au glissement. Le trio se change en duo quand Kathy tombe croise le chemin de son petit frère…

Le film, vécu du point de vue des adolescentes, est porté par trois jeunes actrices qui font leur première apparition à l’écran: Lisa Viance, Yamina Zaghouani et Noa Pellizari. Si Cavale ne réinvente pas le format du road-movie, ni celui du coming of age, le film parvient le temps de quelques scènes gracieuses à incarner l’adolescence au féminin. En filmant le rapport au corps de trois jeunes filles prises dans un tourbillon moral et hormonal, qui tentent avec énergie et maladresse de trouver des réponses aux questions qui les taraudent, Virginie Gourmel propose un portrait à multiples facettes de cette période si éphémère, tout en questionnant notre rapport à la folie.

A l’image, on retrouve la jeune chef opératrice qui a le vent en poupe, Juliette Van Dormael (Mon ange [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Harry Cleven
fiche film
]
), qui vient également de signer l’image de Filles de Joie de Frédéric Fonteyne (ex-La Frontière - lire la news). Le travail sur les couleurs notamment, et la cinégénie des décors apportent un certain souffle à la fugue des trois jeunes filles.

Cavale est produit par Artémis Production et coproduit par Point Prod. Le film sort le 26 juin en Belgique avec Artébis.

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.