email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

SHEFFIELD DOC FEST 2019

Critique : Nomad: In the Footsteps of Bruce Chatwin

par 

- Werner Herzog rend un vibrant hommage à son grand ami, anti-conformiste de coeur comme lui, l'écrivain voyageur britannique Bruce Chatwin

Critique : Nomad: In the Footsteps of Bruce Chatwin

Nomad: In the Footsteps of Bruce Chatwin, troisième long-métrage de Werner Herzog projeté en avant-première dans les douze derniers mois, signe le retour du grand cinéma allemand. Ce documentaire dresse un portrait de Bruce Chatwin, écrivain voyageur britannique avant-gardiste, ami d'Herzog et mort du SIDA en 1989. En dépit d’un point de vue britannique abscond, les adeptes d'Herzog ne devraient pas rater ce film car il offre également un portrait en miroir de sa propre carrière assez révélateur. Le film dont l'avant-première a eu lieu en avril au festival du film de Tribeca à NYC, a fait sa sortie européenne au Sheffield Doc/Fest. Herzog était là en personne pour une séance questions-réponses suivie d'une master class le lendemain.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

C’est au sommet de sa gloire que Chatwin disparaît. Il est alors une célébrité littéraire authentique avec à son actif un certain nombre de bestsellers (comme In Patagonia and The Songlines). Si son travail est aujourd'hui un peu désuet, ce documentaire devrait lui valoir de nouveaux admirateurs tant les causes qu’il défend passent bien à l'écran. Il est un aventurier à l'ancienne, un fier-à-bras de la vieille école avec un caractère edwardien, pas en phase avec la morosité de la Grande-Bretagne d'après-guerre. De son propre aveu, sa passion est une "connaissance secrète" : Il révèle les songlines aborigènes, ces légendes énigmatiques du bush australien, traverse les grottes de Patagonie à la recherche de fossiles rares et marche à travers de vastes étendues, comme le font les nomades auxquels il aime s'identifier. Plus récemment, des déclarations selon lesquelles ses découvertes ne sont que mensonges commencent à émailler sa réputation. La vérité est pour Chatwin quelque chose de malléable, lui qui ne veut pas abîmer la vision poétique qu'il a des choses.

Bien entendu, Herzog, a la même ferveur pour la " vérité extatique ", et Nomad est un hybride parfait de leur sensibilité à chacun. Chaque chapitre du film est consacré à une des œuvres majeures de Chadwin. Tout au long du documentaire, nous suivons Herzog dans son propre voyage, un parcours idéaliste sur les lieux que l’on trouve dans les livres de Chadwin. L'idée du livre In Patagonia a germé lorsque Chatwin est revenu sur les découvertes de son cousin Charles Amherst Milward, un autre aventurier débonnaire. Herzog passe par la magnifique demeure de Milward qu'il décrit dans un passage en voix off comme "affreusement horrible". Et c'est à ce moment-là que le ton excentrique et enlevé du film bascule dans l'irrévérence. Dans la session de questions-réponses, Herzog avoue être un peu inquiet de ce qu'il a transmis à la BBC, et Nomad évite brillamment d'emprunter le ton exagérément majestueux et surfait qui caractérise généralement les documentaires d'art de ce genre.

En abordant ce qu’il affectionne dans son documentaire, Herzog semble revigoré. Ses films précédents comme Queen of the Desert et Lo and Behold, Reveries of the Connected World, ont posé problème au réalisateur. Il a eu du mal à s'approprier les thèmes (le diplomate Gertrude Bell, et les débuts d'internet) pour faire ce qu'il sait faire. Chatwin, à l'inverse, est comme un frère spirituel : les premiers films allemands d'Herzog ont influencé la curiosité de Chatwin sur le monde, et Herzog a lui rendu la pareille en adaptant l'un de ses romans, Cobra Verde, qui fût sa dernière collaboration avec Klaus Kinski, dont le caractère difficile est connu de tous. Le symbole clé du film est le petit sac à dos de Chatwin dont Herzog a hérité après sa disparition. Comme, ou presque comme, les deux personnages principaux du film Persona d'Ingmar Bergman, Nomad décrit la communion de deux âmes.

Nomad: In the Footsteps of Bruce Chatwin est une production britannique. Le film a été produit par Lucki Stipec et Steve O’Hagan pour BBC 2 et Arena. Richard Bright est le producteur exécutif pour BBC Studios. La société britannique Sideways Film assure les ventes à l'international.

(Traduit de l'anglais par Karine Breysse)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.