email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

CANNES 2019 Semaine de la Critique

Critique : Tu mérites un amour

par 

- CANNES 2019: Hafsia Herzi s'avère, dans son premier long-métrage derrière comme devant la caméra, aussi bonne réalisatrice qu'actrice

Critique : Tu mérites un amour
Hafsia Herzi dans Tu mérites un amour

La néo-réalisatrice Hafsia Herzi s’est faite connaître il y a dix ans en tant qu’actrice dans La Graine et le Mulet [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Hafsia Herzi
fiche film
]
d’Abdellatif Kechiche, qui lui a valu le prix Marcello Mastroianni à la Mostra de Venise et le César 2008 de la meilleure promesse féminine. Elle pourrait bien produire une aussi bonne impression dans l'univers de la mise en scène car son premier film en tant que réalisatrice, Tu mérites un amour [+lire aussi :
bande-annonce
interview : Hafsia Herzi
fiche film
]
, présenté à la Semaine de la Critique de Cannes, est une jolie réflexion poétique sur le fait d’être jeune, belle et célibataire.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

La réalisatrice elle-même y joue le premier rôle, celui de Lila. Nous la rencontrons alors qu’elle traverse un moment difficile de sa vie, car elle vient de découvrir que son petit ami Rémi la trompe. Quand il finit par partir en vacances en Bolivie, il télécharge même une application de rencontres et couche avec des prostituées. De nouveau célibataire, Lila réagit en restant entourée de sa bande d'amis proches, qui prodiguent des conseils, parfois bons, parfois mauvais, sur la manière dont elle devrait rebondir après cette relation.

Le film prend la forme d’une série de rencontres avec des prétendants potentiels additionnées de quelques brèves escapades sexuelles – quoique la majorité des rencontres s'avèrent en fait être du second type – qui sont soit le fruit du hasard, soit organisées via Internet ou par les copains. Ces rendez-vous donnent lieu à des interludes comiques formidables, notamment quand Lila passe un moment avec un homme trop confiant en lui qui ne pense pas que les applications de rencontre soient faites pour trouver l’amour, ou avec un garçon égoïste qui ne parle que de lui. Lila amuse ces hommes aussi aussi parce qu’elle n'est pas sûre de ce qu’elle veut. Se remettre avec Rémi ? Passer à autre chose ? Où qu’elle aille, elle tombe sur un garçon (parfois une fille...) prêt à lui faire du baratin avec des phrases comme "Hey, tu es asiatique ?". Ainsi, Lila, qui semble assez timide, s’ouvre au fil du récit à toutes sortes d’aventures : elle accepte de se faire photographier par le neveu du patron du café du coin, et en vient même à se laisser cajoler jusqu’à participer à un plan à trois – mais après tout, c'est bien d’un film français que nous parlons. 

Ce qui est remarquable dans ce film, c’est le fait qu'Herzi manie un dispositif qui aurait pu venir de n’importe quel film de Woody Allen au début de sa carrière et rappelle aussi Nola Darling n'en fait qu'à sa tête de Spike Lee, mais avec un regard féminin. Ce regard est incroyablement sexy et sensible et malgré toutes ces rencontres, il n'est jamais visqueux. Herzi s'intéresse à la manière dont les gens discutent entre eux quand ils essayent d’amener quelqu’un dans leur lit, et on couvre tout un éventail de méthodes, du prétendant qui offre des fleurs et récite des poèmes au type qui lui demande directement de coucher. La grande majorité des dialogues semblent très réels, et la performance de Herzi dans le rôle de Lila subjugue totalement.

Ce film est une étude de caractères qui n’a pas vraiment d’intrigue – et d'ailleurs, quand le récit tente de faire monter la tension dramatique sont ceux où il tombe à plat. Son ancien petit ami Rémi continue de revenir vers elle et d’essayer de la reconquérir et dans ces moments, l’action fait un peu forcée et mélo.

En terme de mise en scène, Herzi a clairement été influencée par Kechiche. La plupart des plans sont des gros plans pas trop rapprochés, et un certain nombre de moments-pivots se passent autour de nourriture. L’esthétique du film et le sentiment d’intimité qu'elle crée sont également des choses qu’on reconnaît du maître, et c’est un beau compliment pour quelqu’un qui est en train de se frayer une voie dans le métier de cinéaste.

Tu mérites un amour a été produit par Les Films de la bonne mère. En France, il sera distribué par Rezo Films. Les ventes à l’étranger du film sont assurées par Wild Bunch.

(Traduit de l'anglais)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.