email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

VISIONS DU RÉEL 2019

Critique : The Wind. A Documentary Thriller

par 

- Ce quatrième long-métrage documentaire de Michał Bielawski, sur un vent mystérieux et destructeur, est un vrai tour de force

Critique : The Wind. A Documentary Thriller

Dans la région de Podhale, au sud de la Pologne, dans la chaîne des Tatras, souffle un vent spécifique à l'endroit, appelé hlavny. Comme nous en informe un carton au début du quatrième long-métrage documentaire de Michał Bielawski, The Wind. A Documentary Thriller [+lire aussi :
interview : Michał Bielawski
fiche film
]
, il est "fort, mordant et destructeur, et affecte le corps ainsi que l'âme". Le film a fait son avant-première dans le cadre de la compétition international de la récente édition de Visions du Réel.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

L'ouverture du film fait honneur à son titre : des images vacillantes de ce vent puissant et imprévisbile en train d'arracher des toits et des arbres sont accompagnées d'enregistrements d'appels aux secours d'urgence. Les gens appellent non seulement pour indiquer des situations dangereuses, mais pour des motifs personnels, comme cet homme qui informe l'opérateur qu'il est sur le point de se suicider. C'est un début sombre et tendu, mais en nous mettant directement en contact avec les autochtones, le réalisateur cerne bien son sujet en adoptant un point de vue humaniste.

Hanka, une femme d'âge moyen, essaie de calmer ses chevaux dans leurs boxes à mesure que le vent grossit, et un voisin, plus âgé, vient l'aider à protéger sa maison. Dans une scène nocturne pleine de suspense, ils bravent le vent et la neige en essayant de clouer un plaque de plastique sur le toit pour le sécuriser et Bielawski, ou plutôt son chef-opérateur Bartek Solik, est avec eux en haut de l'échelle pour nous offrir des gros plans qui contribuent à rendre le danger palpable.

On rencontre aussi une urgentiste qui discute avec un collègue du fait qu'un homme s'est pendu dans les bois. Sont également mentionnés les appels d'urgence de "réguliers", souvent des gens tombés dans l'alcoolisme. Bielawski est attentif à bien nous montrer les effets psychologiques qu'a le vent dont il parle, à travers des détails étranges, parfois comiques. Hanka est amoureuse de la forêt et lui dédie des poèmes (qu'elle récite en pleurant). Elle voudrait aussi vendre une partie de son terrain pour acheter un bout de forêt au Parc naturel des Tatras.

De son côté, le voisin de cette dernière part en randonnée avec sa famille et se retrouve victime d'une petite attaque cardiaque, et l'urgentiste se dispute avec son petit ami. Tout le monde semble soudain très irritable. Une scène où un petit garçon avec des béquilles saute sur un trampoline suggère que la vie dans cette région dominée par le hlavny a une dimension encore plus obscure.

Tout ceci converge vers l'acte final, où le vent revient de plus belle. Le réalisateur prépare soigneusement le terrain, avec des plans majestueux sur les nuages qui s'amassent en haut des montagnes tandis qu'un orchestre joue la musique de Lukaš Kobela. Le son a ici un rôle clef, et Kobela ainsi que le designer sonore Martin Merc ont créé une symphonie de compositions complexes et d'effets sonores qui contribuent tout autant à offrir un effet de crescendo jusqu'au final que les riches images, qui vont de scènes nocturnes oniriques au blanc presque complet de la forêt enneigée et à des images cataclysmiques de la destruction causée par le hlavny.

The Wind. A Documentary Thriller est un tour de force en matière de documentaire d'observation, une oeuvre aussi puissante et souvent aussi sombre que son sujet. Ce film a été coproduit par Telemark (Pologne), Peter Kerekes Film (Slovaquie) et HBO Europe. Ses droits internationaux sont gérés par le département Ventes & Promotion de la Fondation pour le cinéma de Cracovie (Krakow Film Foundation).

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

(Traduit de l'anglais)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.