email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

ROME 2018

Critique : Butterfly

par 

- Alessandro Cassigoli et Casey Kauffman présentent un documentaire très intéressant sur l'aventure sportive d'Irma Testa, la première boxeuse italienne à se qualifier pour les Jeux Olympiques

Critique : Butterfly
Irma Testa dans Butterfly

Le documentariste italien Alessandro Cassigoli (qui a acquis une belle expérience du métier à Berlin, où il a réalisé six documentaires pour la chaîne franco-allemande ARTE) et le reporter américain Casey Kauffman (Al Jazeera, Sky Italia) ont de nouveau allié leurs forces, après leur documentaire The Things We Keep [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
, primé par le public au dernier festival Biografilm, pour raconter les joies mais aussi les nombreux tourments qui ont jalonné le parcours de la première boxeuse italienne de l'Histoire à se qualifier pour les Jeux Olympiques : Irma Testa, de Torre Annunziata près de Naples. Butterfly [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
, présenté dans la section Alice nella Città de la 13e Fête du Cinéma de Rome (18-28 octobre) est le récit d'une aventure sportive enthousiasmante, mais surtout le portrait d'une jeune femme partiellement en échec qui a tout remis en question. 

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Irma est montée pour la première fois sur le ring à l'âge de 12 ans, pour faire comme sa sœur, qui boxait au lieu de se dédier à la danse, comme tant d'autres petites filles. Depuis, elle n'en est jamais plus descendue. Le club Boxe Vesuviana de Torre Annunziata, piloté par l'entraîneur Lucio Zurlo, gentil et paternel, devient à partir de ce moment sa deuxième maison. Les cordes du ring lui semblent parfois une prison, mais sans elles, elle perd son souffle. Quand elle entre en équipe nationale en vue des Jeux Olympiques de Rio 2016, sa vie change du tout au tout. Loin de chez elle pendant quatre ans, sans faire autre chose que s'entraîner, elle a un seul objectif : la médaille. Les pressions sont fortes, les médias la talonnent, mais son histoire est exemplaire : cette jeune fille du "ghetto", née dans un des villages les plus violents de la province napolitaine, va devenir la première boxeuse italienne femme à participer aux JO, avec derrière elle tout le pays.

À Rio, cependant, les choses ne vont pas se passer comme prévu : Irma perd d'emblée et ne passe même pas les huitièmes de finale. À partir de là, c'est un autre film qui commence : la jeune femme rentre chez elle et commence à se demander s'il valait vraiment la peine, pour la boxe, de sacrifier sa jeunesse et ses relations humaines. Elle envisage de tout quitter de se trouver un travail dans son village, où il n'y en a pas ("Si tu reviens, tu vas faire le larbin", l'avertir sa mère), essaie de rattraper le temps perdu avec son petit frère Ugo qui, à 13 ans, refuse d'aller à l'école et se trouve sur une pente dangereuse. Elle est pleine de regrets, submergée par tous les sacrifices qu'elle a dû faire, et prévoit d'aller en Patagonie pour faire un rituel chamanique et "vomir quatre ans en équipe nationale". Pendant ce temps-là, tout le monde veut qu'elle remonte sur le ring… 

Cassigoli et Kauffman proposent là une oeuvre intéressante qui a l'authenticité d'un documentaire et l'aspect d'un film de fiction, accompagné par les musiques de Giorgio Giampà (un jeune compositeur italien nominé aux Fenix, les Oscars latino-américains, pour son travail sur Time Share [+lire aussi :
critique
bande-annonce
fiche film
]
), qui a la vertu de raconter ce qui se passe après l'échec sportif, en mettant au centre le facteur humain, non seulement quant à Irma mais pour toute la communauté qui l'entoure, les "siens", toujours présents, car les deux réalisateurs témoignent d'une grande affection pour eux. C'est une histoire de triomphe et de chute dont la fin n'est pas encore écrite. Aujourd'hui, Irma Testa s'entraîne pour les prochains Jeux Olympiques. ceux de Tokyo 2020. 

Butterfly a été produit par Indyca avec Rai Cinema et la contribution du Ministère de la Culture italien ainsi que d'Europe créative-MEDIA.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

(Traduit de l'italien)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.