email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

CANNES 2021 Hors-compétition

Ari Folman • Réalisateur de Où est Anne Frank !

“Je ne referais pas de nouveau un film d’animation pour adultes”

par 

- CANNES 2021 : Le réalisateur israélien révèle comment sa mère l’a aidé à faire une aventure animée inspirée du journal d'Anne Frank

Ari Folman  • Réalisateur de Où est Anne Frank !

L’Israélien Ari Folman a parlé à Cineuropa de son nouveau film, Où est Anne Frank ? [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Ari Folman
fiche film
]
, qui a joué hors-compétition au Festival de Cannes.

Cineuropa : Est-ce que ça a été une expérience plaisante, de faire Où est Anne Frank ?
Ari Folman :
Non, ça a été vraiment dur. Ça a été une lutte, juste pour y survivre. J’ai travaillé dessus pendant huit ans. Ma mère est une survivante de l'Holocauste, et elle a 98 ans. Elle m’a dit : "Ari, il t'a fallu deux fois le temps qu’a duré l'Holocauste elle-même pour faire ce film. Tu devrais te sentir embarrassé". Elle a raison. J’ai apprécié certains moments, mais je pense que la production de films d'animation est la chose la plus difficile qui existe. Et plus le film est gros, moins on a le temps de se dédier purement aux éléments artistiques avec les designers et les animateurs. On ne fait que se débattre tout le temps.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Quand on vous a contacté pour faire ce film, est-ce qu’on vous a suggéré l'idée d'incarner le personnage de Kitty ?
Ce n’est pas ça non. On est venu me trouver avec le journal, et je ne voulais pas du tout de ce projet. Je me disais qu’il n’y avait rien de nouveau que je pourrais dire sur l’histoire d’Anne Frank. J’étais las de l’animation après Le Congrès [+lire aussi :
critique
bande-annonce
fiche film
]
, et je voulais une pause. Ils ont dit : "OK, lisez-le de nouveau, et puis allez voir votre mère". Ils connaissaient mon histoire. Je l’ai lu, et j’ai trouvé que c’était une œuvre littéraire incroyable. J’ai des enfants adolescents, eh bien on ne peut pas imaginer que c'est une fille de 13 ans qui a écrit ça. Ensuite, je suis allé voir ma mère, qui est juive polonaise, et je lui ai dit qu'on m'avait fait cette proposition. Elle a dit : "Écoute, nous ne nous sommes jamais mêlés de ta carrière, mais si tu n'acceptes pas ce projet, je vais mourir demain matin. Mon corps attendra que tu le fasses".

Et quand avez-vous eu l’idée de rattacher l'histoire d'Anne Frank à la crise des réfugiés en Europe ?
La partie sur les réfugiés ne s’est présentée qu’en 2015. J’ai changé le dernier acte quand la crise des réfugiés a commencé. L’idée était de connecter Anne Frank à des questions contemporaines. Le scénario original a été influencé par une histoire sur laquelle j'ai lu quelque chose pendant le siège de Sarajevo en 1995, celle d'une fille qui s’est déclarée être là l'Anne Frank bosniaque. C’était au tout début d’Internet, et elle publiait tous les jours une courte intervention sur sa vie pendant le siège. Un jour, un hélicoptère a atterri dans son village et l'a emmenée. On l'a amenée à Paris pour l'interviewer en studio. On l'a interrogée sur le fait d'être une Anne Frank bosniaque et on lui a demandé comment elle pensait que ça se finirait. Elle a dit qu’elle mourrait, comme Anne Frank. On lui a dit : "merci", et on l'a remise dans un avion pour la Bosnie au lieu de l’aider à s’échapper.

Le style d’animation de ce film est plus facile à digérer que certaines visions plus artistiques qu'on trouvait dans vos films précédents. Est-ce parce que vous vouliez que le public se concentre sur l’histoire ?
C’est la première fois que je fais un film en songeant au public. Cette fois, à chaque décision artistique, j’ai pensé aux enfants qui le verraient. Mes enfants ont été mes cobayes tout du long. Si ce film n'amène pas les enfants au cinéma, eh bien c’est un échec. Je pense que je comprends beaucoup plus de choses sur le cinéma à présent.

Dans quel sens ?
Je ne referais pas de nouveau un film d’animation pour adultes, jamais. Je crois de moins en moins dans l’existence de grands projets artistiques que personne ne va voir, qui ne font que voyager de festival en festival. Le Congrès était un projet à 10 millions d'euros, mais le public ne l'a pas vu. 

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

(Traduit de l'anglais)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.

Lire aussi

Privacy Policy