email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

BERLINALE 2020 Berlinale Special

Matteo Garrone • Réalisateur de Pinocchio

"La meilleure manière de surprendre les gens était de revenir au texte original"

par 

- BERLINALE 2020 : Nous avons rencontré Matteo Garrone pour en savoir plus sur son adaptation de Pinocchio, avec Roberto Benigni, projeté dans la section Berlinale Special

Matteo Garrone  • Réalisateur de Pinocchio

L'Italien Matteo Garrone était au 70e Festival de Berlin pour une projection de son film Pinocchio [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Matteo Garrone
fiche film
]
dans la section Berlinale Special. Le film, interprété par Roberto Benigni, est déjà sorti en Italie et son lancement a été un succès. Cineuropa a rencontré le réalisateur à Berlin pour voir si son nez s'allongeait en répondant à nos questions.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Cineuropa : Pourquoi faire un film de plus sur Pinocchio ?
Matteo Garrone :
Pourquoi pas ? D’abord, parce que j'ai fait mon premier dessin, mon premier storyboard sous forme de roman graphique de Pinocchio, quand j’avais six ans. Ensuite, j'ai grandi avec le Pinocchio de Luigi Comencini, la série télévisée, quand j'avais 10 ou 11 ans. Cette histoire a été à mes côtés toute ma vie. Après Tale of Tales [+lire aussi :
critique
bande-annonce
Q&A : Matteo Garrone
fiche film
]
, je voulais continuer mon parcours d’exploration de cette dimension, celle des contes de fées.

Avez-vous toujours été un grand fan du livre Les Aventures de Pinocchio de Carlo Collodi, paru en 1883 ?
J’ai lu le livre pour la première fois il y a environ cinq ans. En le lisant, j’ai découvert que l’histoire était assez surprenante : il y a beaucoup d'éléments dedans qui m'ont fait l'effet d'être méconnus, et beaucoup de choses dont je ne me souvenais pas. C’est ainsi que l’idée m'est venue d’en faire un défi, parce que quand on fait un Pinocchio, il faut trouver une manière de faire quelque chose qui surprenne le public. Après tout, le spectateur pense qu’il connaît déjà toute l’histoire. Pour moi, la meilleure manière de surprendre les gens étaient de revenir au texte original.

Quelle est la pertinence de l’histoire de Pinocchio aujourd’hui ?
Pinocchio est un récit qui parle de nous. Il parle du passé, parce que c’est une histoire de pauvreté, l'histoire d’un pauvre fermier, ce qui n'empêche pas que c’est aussi une histoire pour le futur, parce qu'elle parle du fait d’être humain et de la lutte pour survivre, pour être heureux, pour l’amour. C’est aussi une belle histoire d’amour entre un père et un fils. C’est vraiment riche et visionnaire.

Pouvez-vous nous en dire plus sur la magnifique esthétique du film et la décision d'utiliser un vrai petit garçon pour jouer Pinocchio, au lieu d'avoir recours à des images de synthèse ?
J’aime bien quand les effets spéciaux sont invisibles dans le film. Il est essentiel, quand on regarde un film, d’oublier la caméra, de tout oublier, d’entrer dans cette dimension parallèle, cette dimension magique où on est avec le personnage. J’aime bien utiliser des effets, notamment des prothèses.

Quel est le risque le plus grand que vous ayez pris ici ?
Un des plus gros risques, c’est qu'aucun de nous ne savait comment Federico Ielapi, le jeune acteur qui joue Pinocchio, aller réagir au port de prothèses sur une telle période de temps, parce qu’il avait huit ans et devait passer quatre heures au maquillage tous les jours, pendant trois mois. C’était un risque significatif, parce qu’il est toujours dans le film.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

(Traduit de l'anglais)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.

Lire aussi

Privacy Policy