email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

SAN SEBASTIAN 2019 Compétition

Malgorzata Szumowska • Réalisatrice de The Other Lamb

"The Other Lamb est un peu étrange"

par 

- La réalisatrice polonaise Malgorzata Szumowska a évoqué pour Cineuropa son nouveau film, The Other Lamb, en compétition aux festivals de San Sebastian et Londres

Malgorzata Szumowska  • Réalisatrice de The Other Lamb
(© Jorge Fuembuena / SSIFF)

L’inimitable réalisatrice polonaise Malgorzata Szumowska s'est forgé une œuvre illustre en créant des films ambigus avec des conclusions ouvertes sur la dynamique des jeux de pouvoirs entre les sexes et le moralisme religieux. The Other Lamb [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Malgorzata Szumowska
fiche film
]
, avec Raffey Cassidy, Denise Gough et Michiel Huisman, est son premier travail en anglais. Le film, tourné en Irlande, est un conte macabre sur une fille de 15 ans qui se met soudain à interroger les structures de la secte au sein de laquelle elle a été élevée. Le film est en compétition aux festivals de San Sebastian et Londres, après sa première mondiale à Toronto.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Cineuropa : Pourquoi avez-vous voulu faire un film en anglais ?
Malgorzata Szumowska : Après sept longs-métrages pour la plupart en polonais, plus un en français avec Juliette Binoche, d’une certaine manière, j’étais prête à me lancer dans quelque chose de complètement différent. Peut-être que aussi que j’étais lasse d’écrire dans mes propres scénarios, de raconter des histoires sur mon pays tout le temps. Travailler en anglais m’a donné l’impression que j’étais en dehors du contexte polonais et du contexte cinéma d’auteur. C’était comme m'évader d’une sorte de niche. J’aime ça. Je me suis dit : "Si je ne fais pas ça maintenant, alors quand ?".

Est-ce que vous cherchiez un scénario en anglais ou est-ce lui qui vous a trouvée ?
On m’avait proposé deux autres scénarios provenant du marché américain et j’ai décidé de passer. Je n’étais pas désespérée de faire un film en anglais. Quand le scénario de celui-ci est arrivé, je me suis dit qu’il pourrait me convenir, car je cherchais quelque chose en rapport avec ma sensibilité.

Le film a beaucoup de thèmes qui sont constants dans votre filmographie : la religion, le patriarcat, la hiérarchie et les structures rigides du pouvoir. Est-ce que c’est ça que vous y avez vu ?
Exactement. Tous ces éléments m’ont semblé très familiers, ainsi que l’utilisation du corps physique : les menstruations, la sexualité féminine et la sexualité en général. Je ne me sens pas déconnectée du film parce que quelqu’un d’autre a écrit le scénario, d'autant que je suis beaucoup intervenue sur le scénario également : j’ai ajouté les rêves et aussi j’ai dû l’adapter aux conditions de production, car on avait avait 25 jours de tournage et seulement trois semaines de préparation. Nous avions un budget serré – tout était très serré.

Quelles recherches avez-vous faites sur les sectes ?
J’ai vu une foule de documentaires sur le sujet. Certains m’ont beaucoup inspirée pour le film (des choses comme Wild Wild Country et Holy Hell), mais j'ai aussi regardé d'étranges documentaires inconnus sur YouTube. Il y a tellement de documentaires sur les sectes, sur des hommes entourés de 25 femmes. C’est fascinant, parce que je ne pouvais pas comprendre pourquoi elles suivent ces types. Ils sont peut-être charismatiques mais à mes yeux, ils ne sont pas du tout séduisants. C’est pour cela que j’ai dit : "Au moins, notre leader devra être séduisant, car cela pourrait constituer une raison pour le suivre". Je pense que ça tient à une mentalité que les gens ont dans certaines circonstances historiques et culturelles. Les femmes, spécialement, sont tellement peu sûres d'elles qu’il est facile de les manipuler, d’une certaine manière, plus facile que ça ne l’est avec les hommes. Je pense que c’est en train de changer en ce moment, c’est une révolution, mais pendant de nombreuses années, des milliers d’années, les femmes ont été victimes de cette situation.

Vous laissez le film en l'air. Il dresse le tableau d’une société, mais vous le maintenez ouvert à beaucoup d’interprétations
Bien sûr. Je ne donne aucune réponse et je ne fournis pas une seule interprétation – j'aime bien faire comme ça. Ce film est un petit peu étrange.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

(Traduit de l'anglais)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.

Lire aussi

Privacy Policy