email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

TORONTO 2019 Platform

Alice Winocour • Réalisatrice de Proxima

"On peut être une bonne mère et une bonne astronaute"

par 

- D'un toit en surplomb du Festival de Toronto, Cineuropa a interrogé Alice Winocour sur son nouveau film, Proxima, avec Eva Green, Sandra Hüller et Matt Dillon

Alice Winocour  • Réalisatrice de Proxima

Alice Winocour est née à Paris. Elle a étudié à la Femis et elle a réalisé les court-métrages Kitchen (2005), Magic Paris (2007) et Pina Colada (2009). Ses deux premiers longs-métrages, Augustine [+lire aussi :
critique
bande-annonce
fiche film
]
(2012) et Mustang [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Alice Winocour
fiche film
]
(2015), ont joué au Festival de Toronto. Son nouveau film, Proxima [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Alice Winocour
fiche film
]
, interprété par Eva Green, Matt Dillon et Sandra Hüller, projeté dans la section Platform de l'événement canadien, a été tourné entièrement dans les lieux où il se déroule, notamment à l’Agence spatiale européenne. Le film détaille les difficultés auxquelles fait face une mère quand elle sait que son rêve d’aller dans l’espace signifiera être séparé de sa fille pendant un an.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Cineuropa : Décrivez-nous la genèse de Proxima.
Alice Winocour : J’ai pensé que la figure de l’astronaute se séparant de la Terre pourrait résonner par rapport à l’idée d’une mère qui se sépare de sa fille. Le scénario reflète les différentes étapes de séparation par lesquelles passe une fusée tandis qu’elle fait son chemin au-delà de l’atmosphère. Ce n’est pas seulement le fruit de mon imagination : le protocole de l’agence spatiale russe appelle vraiment cela "séparation ombilicale". Il y a aussi cette expression notre mère la Terre, donc c’est une métaphore pour cette attachement.

Pourquoi avez-vous voulu humaniser l’expérience des astronautes ?
Parce que je trouve intéressant que les films présentent habituellement les astronautes comme des superhumains, alors qu'être astronaute, c’est une expérience de fragilité, qui vient du fait d’être dans l’espace. On est physiquement conditionnés pour vivre sur Terre. Dans l’espace, les humains perdent leur sens de l’équilibre, le corps grandit de quelques centimètres, les cellules vieillissent. C’est difficile dans l’espace, et l’entraînement est ardu. Le film montre la mutation que traversent les astronautes pour devenir une personne de l’espace.

Parce que tandis que l’espace se profile en toile de fond, le film se préoccupe de la vie sur Terre
C’est un film sur la difficulté qu’il y a à quitter la Terre. Ce qu’on ne voit pas souvent dans les films sur l'espace, c’est combien il est difficile de quitter la Terre parce que nos corps sont faits pour vivre sur cette planète. L'odeur des arbres nous manque, ainsi qu'être dans la nature.

Était-il essentiel pour vous de mettre des personnages féminins au centre de l'intrigue, comme dans vos films précédents ?
On pourrait dire que c’était la chose la plus importante pour moi. Ma première idée était de faire un film sur une superhéroïne qui est aussi une mère. Voilà deux choses qui ne sont pas souvent représentées au cinéma ensemble, comme si elles étaient incompatibles. Dans la vraie vie, les astronautes ont souvent des enfants, mais on ne sait pas ça, parce qu’on n’en parle pas beaucoup. Je pense que les femmes n’en parlent pas, parce qu'on les conditionne pour qu’elle en ressentent de la honte. Dans cette société, avoir des enfants est considéré comme une faiblesse, car cela signifie qu’on ne peut pas être compétitive. Mais le fait d'avoir, supposément, à choisir entre sa carrière et ses enfants, c'est une construction de la société. Je pense que ce que le film dit, c’est qu’on peut être une bonne mère et une bonne astronaute.

Qu’est-ce qui vous a donné l’idée de choisir Eva Green pour le rôle principal ? C’est un rôle qui se détache tellement de la manière dont on la perçoit.
Je voulais une mère qui ne ressemblerait pas à une mère normale. C’est ce que j’aimais bien à propos d’Eva : c’est une sorte de guerrière. Elle a cette sorte d’étrangeté mais aussi cette grâce, et je ne pense pas que ce soit une coïncidence si elle a joué dans autant de films de Tim Burton. C’est déjà une personne de l’espace, d'une certaine manière. Elle s’est vraiment donnée pour ce rôle et s'est entraînée très dur.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

(Traduit de l'anglais)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.

Lire aussi