email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

Attila Csáky • Cameofilm

Producer on the Move 2011 – Hongrie

par 

- Après avoir été nommé producteur hongrois de l'année en 2009, Attila Csáky (Cameofilm) a été sélectionné par l'EFP pour participer pendant le Festival de Cannes à l'initiative Producers on the Move

Attila Csáky • Cameofilm

Ayant notamment produit The Unburied Man de Márta Mészáros, Paper Palns de Simon Szabó, 1 de Pater Sparrow et Kolorado Kid de András B. Vágvölgyi, Attila Csáky travaille depuis 1987 dans l’industrie hongroise du cinéma. Il a fondé en 2003 la société de production et de distribution Cameofilm. Il a été récompensé au Hungarian Film Week 2009 par le titre de producteur de l’année pour son travail en faveur des jeunes réalisateurs.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Cineuropa : Comment avez-vous fondé et développé Cameofilm?
Attila Csáky : Après avoir été directeur de production du film hongrois le plus cher jamais produit (The BrigdeMan), j’ai décidé de produire les films qui m'intéressaient vraiment et j’ai fondé Cameofilm. Comme je venais du monde des long métrages, j'ai démarré directement dans la production de longs. Cameofilm s’est d’abord développé avec des financements hongrois avant de s’ouvrir aux coproductions internationales à partir de 2009.

Quels genre de films préférez-vous produire?
Avant tout, des films d'auteur. Pour moi, le cinéma occupe la même place dans l'art que la musique, l'architecture ou les beaux-arts. Dans les années 90, j'ai produit des films sur le photographe américain Joel-Peter Witkin et les artistes anglais Gilbert & George, et cela m’a beaucoup influencé.

Comment analysez-vous la crise que traverse le système de financement de la production cinématographique en Hongrie?
Nous sommes témoins d'une restructuration qui aurait dû être menée depuis bien longtemps. Même si certain points sont encore obscurs, je pense que nous allons dans la bonne direction. Le cinéma hongrois fait partie intégrante du cinéma universel depuis 100 ans et j'espère que cela va continuer.

Quels sont vos projets actuels?
Nous préparons Hier, le premier long métrage de Bàlint Kenyeres, un jeune talent hongrois. Nous le développons en coproduction avec la France (Les Films de l'Après-Midi), l'Allemagne (Riva Film) et la Suède (Bob Film Sweden). Le tournage commencera en novembre au Maroc. Nous avons un autre projet en développement international, d’après le roman Viaje a la Semilla du Cubain Alejo Carpentier qui a obtenu le prix Cervantes en 1977. Et je viens de présenter le court métrage d'animation Ticket de Ferenc Rófusz, réalisateur qui compte un Oscar à son palmarès.

Quel regard portez-vous sur les coproductions européennes ?
Pour Hier qui est le film le plus important de toute l’existence de Cameofilm, nous travaillons avec François d'Artemare (Les Films de l'Après-Midi), Michael Eckelt (Riva Film) et Anna Croneman (Bob Film Sweden). Le projet a reçu le prix CNC au Cinélink en 2010 et le prix Arte pour le meilleur projet de l'Atelier du Festival de Cannes cette année. Monter ce film en coproduction européenne est capital, non seulement àcause de ses qualités, mais aussi pour montrer que même dans la difficile situation financière actuelle, nous sommes capables de monter une grande production internationale. Et c’est également cette voie que nous souhaitons suivre à l'avenir.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.