email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

Spiro Scimone et Francesco Sframeli

Deux théâtreux en quête de cinéma

par 

- La transposition d’une de leur vieille pièce marque les débuts derrière la caméra des acteurs siciliens Scimone e Sframeli

Spiro Scimone et Francesco Sframeli

Pour la première fois en qualité de réalisateurs, les deux acteurs siciliens de théâtre off, Spiro Scimone e Francesco Sframeli sont Due amici (Deux amis) à la «Semaine de la critique» de la 59e Mostra de Venise.
La prémisse pour qu’ils soient la révélation italienne de la Mostra est là. Le film est une intense poésie, mélancolique et tragicomique, une fable contemporaine qui raconte les solitudes opposées de deux siciliens immigrés (Nunzio extroverti et ingénu comme un enfant et Pino adulte sans enfance) dans la terre de personne.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Le film est tiré de votre pièce théâtrale Nunzio. Dans sa transposition pour le grand écran, perd elle ses qualités ?
Scimone: «Théâtre et cinéma ne sont pas séparés, il y a entre eux une continuité dans le besoin de raconter des histoires et transmettre des émotions. Nous partons de situations réelles, mais cela ne nous suffit pas. Le cinéma, le théâtre, l’art en général doivent aller au-delà, parce que ce n’est qu’en partant du réel que l’on peut arriver au surréel, à la fable, au rêve».

Quelles difficultés avez-vous rencontré ?
Sframeli: «Nous avons aimé et détesté Nunzio, qui pour nous est comme un fils. Nous voulions faire une transposition cinématographique de notre pièce, mais découvrir, expérimenter un nouvel outil. Le résultat final est une histoire cinématographique autonome par rapport au texte théâtral ».

Quel a été la contribution de Giuseppe Tornatore, ici en qualité de producteur ?
Scimone : «Tornatore a lu nos différentes versions du scénario, et nous a laissé carte blanche. Il a compris dès le départ que nous pouvions mettre en scène ce scénario, avec nos erreurs et nos vérités. Nous avons élaboré certains de ses astuces d’homme de cinéma».

Le dialecte de Messine pour une histoire à la langue universelle ?
Sframeli: «La langue est celle construite pour le théâtre, des mots en messinais soigneusement choisis pour donner rythme et musicalité. Le texte est une partition, les paroles sont des notes et doivent créer un son harmonieux. Le messinais pour communiquer les émotions plus profondes. Parce que c’est la langue que Nunzio et Pino parlaient étant enfants, qui les a fait grandir, qui les unit, qui les ramène à leur terre d’origine».

Dans le casting vous avez voulu des acteurs de formation et d’expérience théâtrale?
Sframeli: «Il n’existe pas l’acteur de théâtre ou de cinéma, il n’existe que l’acteur».

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.

Privacy Policy