email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

Industrie / Marché - France

Dossier industrie: Tendance du marché

Unifrance : les défis de la promotion conjointe du cinéma et de l’audiovisuel

par 

Soft power, accompagnement des talents, des producteurs et des exportateurs sur tous les supports de diffusion, communication numérique : de nouvelles stratégies internationales ciblées et nuancées

Unifrance : les défis de la promotion conjointe du cinéma et de l’audiovisuel
Le co-président Serge Toubiana, la directrice générale Daniela Elstner et le co-président Hervé Michel, lors de l'événement Unifrance (© Philippe Quaisse/Unifrance)

"Il faut oser, expérimenter, ne pas s’endormir sur nos acquis". Un après sa fusion (lire la news) avec TV France International (qui accompagnait dans le monde le monde les productions hexagonales audiovisuelles), Unifrance qui ne pilotait auparavant que la promotion du cinéma français à l’international, a dévoilé à Paris un point d’étape sur sa stratégie, détaillée par les deux co-présidents (encore pour une année) Serge Toubiana et Hervé Michel, flanqués de la directrice générale Daniela Elstner. Morceaux choisis.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

"Il faut rayonner le mieux et le plus largement possible. Pour les exportateurs, la bonne nouvelle, c’est la multiplication des canaux de diffusion, mais leur métier est plus complexe. Nous avons aussi remarqué lors du récent Marché du Film du Festival de Cannes que les plateformes sont moins présentes qu’il y a quelques années sur les terrains des acquisitions, ce qui montre bien qu’elles commencent à être mieux intégrées à l’écosystème. Comme elles ne prennent plus forcément les droits monde, pour la promotion, il y a tout un travail au cas par cas sur les sorties à articuler avec elles. En termes de promotion, Il ne faut pas penser que le cinéma et l’audiovisuel fonctionnent au détriment l’un de l’autre. Un très bon exemple est la série Dix pour cent dont le succès a donné une notoriété à Camille Cottin et à Laure Calamy par exemple, ce qu’Unifrance peut utiliser pour promouvoir d’autres œuvres."

"Nous avons désormais un outil beaucoup plus adapté à la promotion et à l’exportation du soft power français. Il y a une nouvelle porosité entre cinéma et audiovisuel et il faut faire front commun sans néanmoins diluer les spécificités de chaque secteur. Car même si la convergence se renforce sous l’impulsion des plateformes, il faut préserver l’individualité des deux secteurs qui ont des modèles et des modes de financements différents. Il y a donc des socles spécifiques, mais nous pouvons maintenant déployer des actions communes, transversales (surtout sur le documentaire, l’animation, le cinéma de genre comme le fantastique) qui s’appuient sur l’expertise d’Unifrance dans l’accompagnement des artistes et des producteurs (en particulier les plus jeunes d’entre eux) à l’international, ce qui est encore très peu pratiqué en Europe pour la production audiovisuelle. Il y a également tout un travail à mener pour se coordonner avec les chaines TV en linéaire et avec les plateformes (et ces dernières sont intéressées, notamment Netflix et Amazon) en matière de promotion internationale. Mais s’il est nécessaire que la production française soit présente sur les plateformes mondiales et d’en accompagner les talents, il faut aussi cependant lutter contre l’idée fausse actuellement en vogue médiatiquement que le cinéma serait mort car si les salles et les distributeurs sont fragilisés dans un climat de reprise post-pandémique difficile, les distributeurs n’ont pas disparu et ils ont acheté beaucoup de films récemment à Cannes".

Rendez-vous d’Unifrance à Paris en janvier 2023 et à Biarritz en septembre 2022 (250 acheteurs attendus dans la cité balnéaire basque), Rendez-vous à l’étranger avec Rome (avril 2022), Madrid (juin 2022), Berlin (novembre 2022), New-York (mars 2022) et Yokohama (décembre 2022), présence dans une myriade de festivals et de marchés internationaux, opérations diverses (10 To Watch), veille économique (avec tous les box-office mondiaux côté cinéma et des data issus du streaming qui s’améliorent même si elles sont encore loin d’être parfaites car unilatéralement déclaratives et présentées de manière parfois compliquées à décrypter), bureaux à Paris, New York, Pékin, Tokyo : Unifrance joue sur tous les tableaux, mais le domaine de la communication numérique (l’agence ayant fait figure de pionnière avec la création il y a 12 ans de MyFrenchFilmFestival) est particulièrement ciblé et figurent dans les projets 2023 la création une chaîne YouTube (avec des rendez-vous avec les artistes français) et l’implémentation d’un festival dans le metaverse à l’intérieur d’un jeu vidéo.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.

Privacy Policy