email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

Cartoon 2021 - Cartoon Movie

Dossier industrie: Animation

Cartoon Movie indique les grandes tendances du cinéma d’animation européen en 2021

par 

Projets ciblant les adultes, thématiques écologiques, style documentaire, et toujours un flot d’adaptations de livres et de bandes-dessinées : les principaux enseignements du 23e Cartoon Movie

Cartoon Movie indique les grandes tendances du cinéma d’animation européen en 2021
Golem de Jiří Barta

Incontournable rendez-vous de la grande famille du cinéma d’animation européen, la 23e édition de Cartoon Movie (qui s’est déroulée exceptionnellement en ligne du 9 au 11 mars 2021) a permis de prendre le pouls du secteur avec 55 projets de longs métrages en vitrine, issus de 16 pays du Vieux Continent (dont 21 pour la France, neuf pour l'Espagne, et trois chacun pour le Danemark, l'Allemagne, la Roumanie et l'Italie) qui ont attiré 307 acheteurs (un nombre en hausse de 13% par rapport à 2020).

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Au-delà d’une large variété de genres abordés, allant de la comédie à l'aventure, en passant par les drames, l'horreur, la science-fiction, les documentaires et les récits initiatiques de passage à l'âge adulte, le tout reflétant également une grande diversité dans les enjeux, les périodes historiques et les contextes abordés, quelques tendances spécifiques ont émergés.

D’abord l’animation ciblant les adultes poursuit son essor puisqu’elle représentait 27 % des projets du Cartoon Movie 2021 contre 21 % l'année précédente. Parmi les titres illustrant ce segment de marché en croissance, on peut mentionner Golem du Tchèque Jiří Barta (produit par Hausboot), le projet français Jungle rouge (Red Jungle) du duo Juan José Lozano - Zoltan Horvath (piloté par Dolce Vita Films), Les Oiseaux ne se retournent pas (Birds Don't Look Back) de la Française Nadia Nakhlé (lire l’interview de Sébastien Onomo, producteur de Special Touch Studios), Igi de la Géorgienne Natia Nikolashvili (20 Steps Production), Black is Beltza II: Ainhoa de l’Espagnol Fermin Muguruza (Talka Records et Ambra Projectes Culturals), Your Spotted Skin des Allemands Daniel Nocke, Stefan Krohmer et Thomas Meyer-Hermann (Studio Film Bilder, Raumkapsel, Schmidt & Stein-Schomburg), Winnipeg, Seeds of Hope de Elio Quiroga et Beñat Beitia (Espagne/Chili/France - Dibulitoon Studio, La Ballesta, El Otro Film, Midralgar/Marmita Films), Pepino the Accordionist (Espagne/Portugal - Meh Producciones, Sparkl Animation) ou encore le franco-polonais A Door to the Woods de Jola Kudela (Nectarious Film, Opus Film).

L’écologie est également de plus en plus présente au cœur des scénarios comme le démontrent des projets comme Starseed de la Roumaine Anca Damian (produit par Aparte avec les Français de Special Touch Studios), White Plastic Sky des Hongrois Tibor Bánóczki et Sarolta Szabó (Salto Film and Media Productions avec les Slovaques de Artichoke), Le Gardien du feu (The Fire Keeper) de la Française Jeanne Irzenski (Gao Shan Pictures - lire l’article) et La Poudre d'escampette (Cut and Run) de sa compatriote Chloé Cruchaudet (Blue Spirit Productions).

L’animation documentaire est aussi un segment en hausse notable car elle permet d’aborder des sujets difficiles, en évitant le pathos et en redonnant vie à des itinéraires historiques. Une tendance incarnée notamment par Flee [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Jonas Poher Rasmussen
fiche film
]
de Jonas Poher (récemment primé au Sundance), par le projet français Le Parfum d'Irak de Léonard Cohen (Nova Production, Miyu Productions) et le norvégien Adil du duo Adil Khan - Julian Nazario Vargas (Norsk Fjernsyn/Monday Production).

Phénomène beaucoup plus habituel, les adaptations de livres et de bandes-dessinées restent une valeur sûre puisque cette source d’inspiration a concerné 33% des projets pitchés au Cartoon Movie 2021. Sont notamment en gestation la transposition en animation cinématographique d'auteurs comme la Belge Amélie Nothomb (Métaphysique des tubes qui sera réalisé par le Français Liane-Cho Han et produit par Maybe Movies et Ikkli Films), ses compatriotes Johan Pilet et Jean-Michel Darlot (Ninn, piloté par la structure française TeamTO), la Française Marie Desplechin (Séraphine, réalisé par Sarah Van Den Boom, produit par Little Big Story, JPL Films et Tu nous za pas vus), la Danoise Josefine Ottesen (Rosa and the Stone Troll, réalisé par Karla Holmbäck, produit par Dansk Tegnefilm), l’Irlando-Américain John Chambers (Granny Samurai - the Monkey King and I, réalisé par le Danois Jesper Møller, produit par la société allemande Dreamin Dolphin Film), le Roumain Cezar Petrescu (The Adventure of Fram the Polar Bear, réalisé par Stefan Buzea et produit par Duo Animation Production) et l’Anglais Stephen Collins (La gigantesque barbe du mal - The Gigantic Beard that was Evil ; production associant Espagne et Royaume-Uni avec Able & Baker et Snafu Films).

Enfin, la présence en tête de gondole de réalisateurs connus demeure un atout important comme le démontrent les films à venir du Français Denis Do (Sorya - Special Touch Studios), de l’Espagnol Salvador Simó (Caramel's Words - Koniec Filma), du Belge Ben Stassen (Chickenhare et le hamster des ténèbres [+lire aussi :
critique
interview : Ben Stassen et Benjamin Mo…
fiche film
]
) ou encore d’Anca Damian (avec son autre projet, The Island qui associe Roumanie, Belgique et France avec Aparte Film, Take Five et Komadoli).

Le top 10 des projets du Cartoon Movie 2021 ayant reçu le plus d’attention est : (1) Saba (Maybe Movies, France), (2) Séraphine (Little Big Story, France), (3) La Poudre d'escampette (Cut and Run) (Blue Spirit Productions, France), (4) Ninn (TeamTO, France), (4) Becco di Rame (Copperbeak) (Ideacinema, Italia), (5) Les Ombres (Shadows) (Autour de Minuit, France - lire l’interview), (6) Arco (Remembers, France), (7) Marie-Louise, ma petite Princesse (Pictak, France), (8) Tsitili (Les Films du Poisson Rouge, France), (8) Golem (Hausboot, Czech Republic), (9) Red Jungle (Dolce Vita Films, France), (10) Valentina (Abano Producións, España), (10) Granny Samurai - the Monkey King and I (Dreamin Dolphin Film, Germany).

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.

Privacy Policy