email print share on facebook share on twitter share on google+

INDUSTRIE France

Kara remporte le Prix Eurimages à Cartoon Movie

par 

- Le projet germano-belge en stop-motion de Sinem Sakaoğlu a reçu vendredi le Prix Eurimages au Développement de la Coproduction

Kara remporte le Prix Eurimages à Cartoon Movie
Kara de Sinem Sakaoğlu

Second long-métrage en stop-motion de Sinem Sakaoglu après Le Marchand de Sable [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
, Kara est inspiré de la propre vie de la réalisatrice turque. A destination d’un public plutôt pour jeune adultes, le film suit les pérégrinations d’une petite fille, un été entier à Istanbul. Alors que Kara va devoir faire face à la perte de sa grand-mère, le film se veut universel sur des thèmes tels que la quête de soi, à mi-chemin entre drame et comédie fantastique. Le film a reçu le Prix Eurimages au Développement de la Coproduction à Cartoon Movie.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Produit par la société allemande Visual Distractions (Julian Hermannsen, Sinem Sakaoğlu), et coproduit par les spécialistes belges de la stop-motion Beast Animation (Annemie Degryse), Kara a un budget de 13 million d’euros. L’un des plus gros au sein des différents films présentés aux pitchs des projets en développement au Cartoon cette année.

Après un premier pilote et le tournage de 3 minutes d’animation, les producteurs se laissent un an pour boucler le financement du film. "Nous sommes toujours en cours de devis et essayons de déterminer les répartitions entre studios de fabrication car c’est un gros budget. C’est crucial car il nous faut la meilleure répartition pour bien orienter le projet", souligne Annemie Degryse. De son côté, Beast Animation s’est engagé après une première phase de développement, il y a une petite année. Aujourd’hui, le scénario est achevé et traduit en quatre langues (français, anglais, turc, allemand) et l’équipe compte sur la dotation non-remboursable du prix Eurimages pour commencer les travaux de storyboard et d’animatique. "Nous souhaitons vraiment avoir tout en place avant de commencer la production ; nous sommes satisfaits du script et désormais c’est important pour nous d’avancer du côté visuel, c’est à ça que vont nous servir les 20.000€ du prix", explique Julian Hermannsen. "Dans le cas de l’animation, le scénario en dit moins sur le film que l’animatique, c’est l’étape cruciale que nous allons pouvoir commencer à financer", ajoute la productrice belge.

A propos de spécificité des longs-métrages d’animation justement. C’est la première fois qu’Eurimages décerne son prix au développement de la coproduction au Cartoon Movie. Le jury composé de Karin Schockweiler (Film Fund Luxembourg), Felix Vanginderhuysen (JEF, Belgium) et Sara Wikler (StudioCanal, France) a auditionné 12 projets en développement. "Nous avons été touchés par la sensibilité que le projet Kara dégage, avec son animation en stop-motion à forte valeur ajoutée. Le jury veut encourager les projets indépendants ambitieux, les jeunes talents femmes et tous les producteurs aguerris qui les accompagnent avec inspiration", a expliqué Karin Schockweiler lors du déjeuner de remise des prix. "Nous voulons encourager tous les participants au Cartoon à demander l’aide d’Eurimages, peut-être que vous ne l’aurez pas, mais continuez à demander notre aide car nous faisons tout pour mettre l’animation à l’honneur au sein de l’institution".

Si tout se passe bien pour l’équipe de Kara, la production durera 28 mois, avec une sortie du film prévue fin 2021. Les producteurs sont à la recherche d’un troisième partenaire spécialiste de la stop-motion et des distributeurs locaux pour pouvoir boucler le financement et le planning de fabrication. Le Cartoon aura été une étape charnière pour l’équipe et pour Annemie Degryse, mais la précaution est de mise : "Nous devons être prudents à ce stade car si nous sommes en discussion avec un vendeur international, nous sommes aussi dépendants des territoires avec lesquels nous allons coproduire. Il faut bien faire ça dans l’ordre". Encore sous l’émotion de l’annonce du prix, Sinem Sakaoğlu songe au casse-tête que représente le montage financier et productionnel de son film : "Tout ça c’est le puzzle sur lequel nous sommes en train de travailler en ce moment justement. Ne me demandez pas de savoir qui va travailler sur l’animatique, je viens d’avoir cet argent ! Ça va être le bon moment pour penser à des noms."

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.