email print share on facebook share on twitter share on google+

PUNTO DE VISTA 2018

Critique : Young & Beautiful

par 

- Marina Lameiro est en compétition au festival du documentaire navarrais avec un portrait de sa génération désenchantée, et d'elle-même

Critique : Young & Beautiful

La fraîcheur et la proximité, mais aussi le désenchantement de sa génération imprègnent les 72 minutes du premier long-métrage de Marina Lameiro, Young & Beautiful [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
, projeté en avant-première mondiale mardi 6 mars à Pampelune, dans le cadre de la compétition du 12e Festival international du documentaire Punto de Vista en Navarre.

Young & Beautiful porte le même titre qu'une chanson de Lana del Rey (dont le refrain dit : "Continueras-tu de m'aimer quand je ne serai plus jeune et belle ?"), présente en version instrumentale dans le film, aux côtés de deux thèmes du duo de techno Platiblond Extreme (dont le chanteur joue dans le film, et que Lameiro connaît déjà pour avoir réalisé le clip de leur morceau "No seré tu sirena") : "Tú lo sabes" et "A por ti", qui parle des angoisses lancinantes qui s'emparent des gens et les suivent partout comme une ombre.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

De l'angoisse, il y en a, dans l'âme des quatre héros du film (cinq si on compte la voix de la réalisatrice, qui dialogue avec eux tout du long et partage avec eux une profonde intimité physique et émotionnelle) : Ione (la sœur de Lameiro), Poti, Nais (sa meilleure amie) et Das (David Perez, avec lequel elle a collaboré sur des projets artistiques), de jeunes gens en fin de trentaine qui s'interrogent sur leur présent, leurs attentes et leur futur ("Trouver mon chemin"), mais surtout sur un système social dont ils n'arrivent pas à comprendre ni à accepter les règles strictes censées définir la vie des gens.

La caméra de Lameiro accompagne ainsi une mère qui est retournée avec sa fille vivre chez ses parents, un danseur qui décide de chercher un travail plus alimentaire (mais qui ne l'oblige pas à renoncer complètement à sa créativité artistique) et un musicien tatoué qui va de rave en voyages en excursions à la campagne tandis que se déploient (avec la sincérité d'une conversation entre amis) leurs propos sur ce qui les inquiéte, ce qu'ils sont et dans quelle direction ils vont... si tant est qu'ils le sachent.

Marina Lameiro s'est occupée du scénario, de la mise en scène, de la photographie, du son en prise directe et de la production du film. Le montage en a été confié à Diana Toucedo (qui a dévoilé il y a peu, dans la section Panorama de Berlin, son film Trinta lumes [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Diana Toucedo
fiche film
]
). Young & Beautiful, développé dans le cadre du Master en documentaire de création de l'IDEC-Universidad Pompeu Fabra, a été tourné sur deux ans entre le Pays basque, la Navarre, la Catalogne et Valence, avec le soutien d'un groupe de mécènes et du Gouvernement de Navarre.

(Traduit de l'espagnol)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.